Régulation des indemnités : les élus de la majorité se défilent

Au conseil municipal du lundi 11 février, les élus de l’opposition ont proposé une délibération pour proportionner les indemnités des élus à leur présence en conseil.

A maintes reprises, ils ont constaté des absences répétées, parfois sur des trimestres entiers, d’élus de la majorité. Mieux : un des conseillers n’a assisté à aucune séance du conseil municipal, pas même le jour de son installation il y a plus de deux ans. Un élu fantôme que personne ne voit nulle part, pas même en mairie.

A l’heure où une défiance de plus en plus forte s’installe vis-à-vis des politiques, quels qu’ils soient, les élus de l’opposition ont jugé important de tirer la sonnette d’alarme en envoyant un signal fort à la population. L’indemnité d’un élu local doit être justifiée par une présence dans les instances délibérantes et par un réel exercice de son mandat. Rappelons également que l’actuelle municipalité a augmenté de 40% le volume des indemnités par rapport à l’ancienne majorité. Cette situation est fortement inéquitable et injuste vis-à-vis des autres conseillers qui, eux, assument leur mandat à plein.

Mais ce n’est pas la perception des élus de la majorité. Le maire et la majorité municipale ont voté « CONTRE » la délibération proposée et donc contre un principe pourtant largement partagé par la population.

Une occasion ratée

Pourtant, le texte proposé s’inscrivait dans la ligne de ce qui a été adopté dans d’autres collectivités territoriales, conseil départemental ou régional. Au département, le dispositif a été approuvé et voté par le maire de notre commune. Mais sur la commune, le maire oublie ses engagements départementaux.

Pour se justifier, le maire prétend que le conseiller municipal en question aurait refusé de toucher ses indemnités. Etrange, quand on sait que trois mois après l’installation de ce conseiller au sein du conseil municipal, à la suite à de nombreuses démissions, le maire fait voter une délibération lui octroyant des indemnités.

Ethique et responsabilité

Il est des bons principes de fonctionnements démocratiques et respectueux des règles institutionnelles qu’il convient d’adopter pour plus d’exemplarité sur la bonne utilisation de deniers publics. C’est la volonté des élus de l’opposition. Mais ce n’est pas celle de l’ensemble des membres de la majorité, dont certains ne sont pas dupes mais restent silencieux. Ils cautionnent une situation intenable, incompréhensible du public présent au conseil municipal, et n’en sortent pas grandis.

Ceux qui ne cessent de donner des leçons depuis le début de mandat ratent une belle occasion et envoient un bien mauvais signal à la population.

Le maire et les élus de la majorité ignorent les sapeurs-pompiers

Le mercredi 30 janvier, à Melun, les sapeurs-pompiers de Saint-Fargeau-Ponthierry avec ceux de la Communauté de l’agglomération Melun Val de Seine (CAMVS) dressaient le bilan annuel de leur activité pour 2018.

Un moment important pour les 70 sapeurs-pompiers basés à Saint-Fargeau-Ponthierry, qui sont un maillon essentiel à la sécurité des biens et des personnes sur notre commune. Ils participent au vivre ensemble des Féréopontains.

Mais pour la première fois depuis 30 ans, aucun élu de la majorité municipale de la commune n’était présent : ni le maire, à la fois conseiller départemental portant la responsabilité des pompiers, ni ses adjoints, ni ses conseillers, n’ont daigné participer à ce moment important de reconnaissance de l’activité de la caserne.

Une absence d’autant plus remarquée que c’était la première fois que ce bilan du centre d’incendie et de secours local était coordonné avec l’ensemble des centres de l’agglomération : Vaux-le-Pénil, Dammarie-les-Lys et Melun. Quelle image pour l’extérieur !

Des élus toujours plus absents

Pourquoi, le 25 janvier, le maire utilise-t-il l’image emblématique des sapeurs-pompiers lors de ses vœux à la population, alors qu’ils les ignorent la semaine suivante ?

Les 20 sapeurs-pompiers professionnels, les 50 pompiers volontaires, ainsi que les jeunes sapeurs-pompiers auraient mérités une peu plus de reconnaissance de la part du premier magistrat de la ville et de ses colistiers.

D’autant que deux sapeurs-pompiers ont été décorés lors de la présentation de leur bilan le 30 janvier, pour leurs actes de courage et de dévouement.

Dommage que les élus de la majorité municipale aient brillé par leur absence et n’aient même pas fait l’effort de venir ne serait-ce que pour les saluer.

Des pompiers toujours plus présents

Alors rendons hommage au travail de nos sapeurs-pompiers qui ont effectué 2 351 sorties en 2018, soit 10% de plus que l’année précédente. Secours d’urgence à la personne lors de malaises ou d’accidents de la route, incendies, interventions sur des nids de guêpes, ils sont sur tous les fronts pour le bien de la population.

Des vœux en grande pompe qui ne trompent personne

Des vœux en grande pompe, des annonces creuses, inexactes ou tronquées, devant un public clairsemé ! C’est ce qu’il faut retenir des vœux 2019 du maire de Saint-Fargeau-Ponthierry.

Le 27 janvier dernier, sous un grand barnum loué pour l’occasion, la traditionnelle cérémonie n’a fait ni dans la sobriété, ni dans la modestie : une soirée prévue et financée pour 1 200 personnes mais qui n’en a attiré qu’à peine plus de 300. La vidéo auto-célébrant le premier magistrat de la ville a accumulé les images pour donner une impression d’actions intensives durant l’année écoulée. Mais elle n’a pu masquer la vacuité de ce mandat. Les quelques images de réunions publiques clairsemées sont là pour faire le constat du désintérêt des Féréopontains pour cette équipe municipale.

Les quelques habitants qui ont fait le déplacement vendredi soir dernier en sont restés sur leur faim. Le film « bilan de 2018 » projeté a délibérément omis certains sujets, comme par exemple la destruction de la mairie, évènement pourtant marquant de l’histoire de la commune. Aucune mention. Difficile à assumer, il est vrai.

Vacuité également du discours du maire, dont le seul objectif a été de dire ce que le citoyen a envie d’entendre, quitte à ce que ce soit le contraire des réalités.

Des baisses d’impôts… pour 2027 ?

« Les impôts devraient encore baisser », a osé annoncer Jérôme Guyard. Après avoir voté au département une hausse de 15% des impôts en 2015, après avoir voté en 2016 à la CAMVS, en tant que vice-président de l’agglomération melunaise, une hausse de plus de 6% des impôts, après avoir augmenté par deux fois les impôts sur la commune – en 2014 par une baisse des abattements puis en 2016 par une hausse des taux cumulés – il ose faire croire que les impôts vont « continuer à baisser » d’ici 2027 !

Un chantier sportif dans le flou

Alors que la population explose (troisième plus forte progression démographique de toute la Seine et Marne), et devant la gronde des milieux sportifs inquiets du manque d’infrastructures sportives en conséquence, le maire annonce de nouveaux équipements. Mais il oublie de mentionner la destruction programmée de salles de la rue du Stade. C’est en fait une concentration d’infrastructures en cœur de ville au détriment des hameaux, l’exact inverse de ce qu’il aurait fallu faire. Et aucune mention n’est faite d’un calendrier clair, ni précisé le montant et le montage financier.

Santé : un nouveau remède placebo

Le maire a vanté l’installation prochaine d’une nouvelle structure médicale à destination de kinésithérapeutes. Mais ce ne sera en réalité que le déplacement du personnel médical libéral, installé jusqu’ici au bord de la RD607, vers un bâtiment public réaménagé.

Cette installation permettra surtout au praticien concerné de partir en retraite en récupérant son patrimoine immobilier. Le cabinet médical change juste de trottoir, sans que cela n’apporte un service supplémentaire pour les patients.

C’est la stricte reproduction du schéma appliqué à la maison de santé libérale financée à hauteur de 600 000 euros par l’impôt des Féréopontains, sans aucun service en plus pour la population.

Sureffectifs du collège : des rustines anti pédagogiques

Dernier dossier vanté par le maire, le collège. Avec l’augmentation de la population, ce sont ses effectifs qui explosent. Comment, face à cela, le maire peut-il se féliciter de porter sa capacité à 1 100 élèves par la construction d’une extension ?

Une hérésie ! La problématique aurait mérité d’être réellement raisonnée en lien avec les parents d’élèves. L’hypothèse de l’organisation d’une annexe du collège, dans les bâtiments municipaux inoccupés par exemple, n’a même pas été envisagée.

Concentrer 1 000 élèves sur un site aux espaces de vie réduits est un non-sens pédagogique et une faute éducative grave.

Chaotique

L’exercice de pouvoir de cette municipalité connaît visiblement des ratés en cette fin de mandat. Ces vœux en sont une illustration. Les Féréopontains ne se sont que très peu déplacés. Ils ont cessé de croire aux discours et ne viennent plus aux réunions publiques non plus. Un autre signe ne trompe pas : l’annonce officielle, vendredi dernier, du refus de nombreux élus de la majorité actuelle de se représenter.

Chaos dans la majorité…

Voyant cela, le maire retente le coup de 2014. Celui de réussir à gagner et conserver le pouvoir par des effets d’annonces à objectifs clientélistes, oubliant qu’il a d’abord des comptes à rendre de sa gestion de la collectivité.

Et là, seuls les faits parleront. Chacun jugera sur les réalités, ne se laissant plus prendre ni par les effets d’annonces, ni par les fausses informations et encore moins par les promesses trop faciles à faire.

Ces vœux en grande pompe et la communication aussi sophistiquée soit-elle n’effaceront pas ces années de gestion calamiteuse de la commune.

Le pire mandat que Saint-Fargeau-Ponthierry ait connu de toute son histoire !

Morgan Ciprès, un Féréopontain sur le toit de l’Europe

« Un rêve de gosse » !

Morgan Ciprès n’en revient pas. Avec sa partenaire Vanessa James, le Féréopontain de 27 ans a décroché la médaille d’or aux championnats d’Europe de patinage artistique, ce jeudi 24 janvier à Minsk, en Biélorussie.

Le duo décroche ainsi son premier titre international. Mieux : il s’agit du premier titre européen pour un couple français depuis 1932 dans un programme libre.

Pour Morgan, cette médaille est « un aboutissement, une fierté, un rêve de gosse », comme il l’a déclaré après sa victoire. Et cette médaille, Morgan l’a mérité, amplement. C’est le fruit d’un engagement de longue date.

Une consécration qui puise ses sources à Saint-Fargeau-Ponthierry

Le Féréopontain a très tôt chaussé les patins. Il découvre le patinage à l’âge de 5 ans à la patinoire de Dammarie-Lès Lys. Licencié depuis au club de glace de la commune (CSG Dammarie-Lès Lys), il a gravi les échelons de la discipline avec aplomb et détermination. Des compétitions juniors aux rencontres nationales, Morgan a même eu la chance de faire partie de l’équipe olympique de patinage lors des JO 2018 de PyeongChang, en Corée-du-Sud.

Son trophée européen, il le doit notamment à son environnement familial. Encouragé et protégé par sa mère, il a pu pleinement développer et affirmer son art de la glisse. Morgan, c’est aussi une histoire de 27 ans avec Saint-Fargeau-Ponthierry. Passé par le collège François Villon (ainsi que par le lycée Joliot-Curie de Dammarie-Lès Lys), il aime à dire dans ses interviews qu’il aime venir se ressourcer chez lui.

Morgan Ciprès porte haut les valeurs du sport, chères depuis longtemps à notre commune qui, pendant des décennies, a œuvré pour que ses habitants puissent s’épanouir pleinement dans les meilleures conditions. L’accompagnement, dès ses débuts, de la commune, ainsi que les soutiens financiers de la Communauté de communes Seine-Ecole et du Conseil général de Seine-et-Marne, ont participé à l’éclosion et à l’affirmation de ce grand champion.

Le résultat est là.

© capture d’écran France 2

Chapeau, champion !

La transition : une promesse d’avenir

.

C’était en décembre 2015 à Paris. La COP21 (Conférence des parties sur le climat) se refermait sur un espoir. Celui que le réchauffement climatique soit contenu en deçà des 2°C d’ici 2100.

Depuis, c’est la déception et l’inquiétude. Les événements climatiques majeurs se multiplient. Les Etats-Unis se sont retirés de l’Accord de Paris. Et la COP24 qui s’est tenue fin 2018 en Pologne a accouché d’une souris. L’urgence semble ne pas avoir été perçue.

Ce rendez-vous manqué est symptomatique de l’insuffisance d’actions, voulue ou subie, de nos gouvernants, qui ne s’attaquent pas réellement aux causes du réchauffement de la planète.

Le dérèglement climatique mondial est dû essentiellement à l’utilisation débridée des énergies fossiles, dont le pétrole, principal vecteur de pollution. Or, le pic pétrolier a été atteint entre 2005 et 2010. Depuis, la production peine à répondre à la demande qui ne cesse d’augmenter.

Finalement, c’est notre environnement qui en subit les conséquences, notre planète que l’on oublie et les peuples que l’on sacrifie. Il est donc urgent de mettre en œuvre les solutions pour envisager un monde sans pétrole.

Malgré les renoncements des gouvernements, il faut garder espoir. Si ce n’est grâce aux États, c’est par la mobilisation et l’engagement concret de la société civile que les solutions émergent. Au quotidien, les ONG, les citoyens, les collectivités locales, s’emparent déjà de cet enjeu climatique.

La transition, écologique, économique, sociale et solidaire, s’organise. A défaut d’impulsion nationale, c’est localement que se trouve la clé. De nombreuses communes multiplient les initiatives dans les domaines de l’habitat, des déplacements, de l’alimentation, de la santé, de l’emploi, de l’énergie, de la démocratie.

Cette transition, portée par une ville dans son ensemble, un quartier ou par un collectif d’habitants, se vit aussi bien dans les territoires ruraux que dans des quartiers urbains : Trièves, Bordeaux, Salies-de-Béarn, Épinal, Les Mureaux ou Grande-Synthe… les exemples de territoires où tout est construit et vu sous le prisme de la transition, fleurissent partout. Et l’adhésion des habitants est recherchée à chaque nouvelle action mise en place.

Partout ? Pas vraiment en fait.

A Saint-Fargeau-Ponthierry, cette transition écologique et solidaire, on en est loin. Là où des territoires agissent pour une vie plus respectueuse de l’environnement et de l’humanité, chez nous, le développement de la commune se fait sans conscience environnementale, sans respect ni concertation des habitants, sans vision de l’avenir.

Espaces agricoles sacrifiés, environnement délaissé, densification débridée de l’urbanisme, engorgement des déplacements, services publics délaissés, solidarité oubliée… la liste des renoncements est longue.

Pourtant, rien n’est inéluctable. Il est encore temps d’imaginer la ville et la société de demain.

Pour notre avenir et celui de nos enfants, organisons la transition pour faire revivre et espérer Saint-Fargeau-Ponthierry.

RPA et les élus de l’opposition du groupe Transition
vont s’y employer avec vous, dès cette année 2019.

Explosion des effectifs du collège : les élus du groupe Transition prennent position

.

L’explosion des effectifs du collège François Villon de Saint-Fargeau-Ponthierry demande des réponses cohérentes à prendre en urgence, et de l’anticipation raisonnée pour l’avenir.

A la rentrée 2019, les collégiens vont devoir subir à nouveau les effets du triplement du rythme de construction imposé à la commune depuis 2014.

Nous n’avons cessé d’alerter la majorité municipale sur la nécessité d’accompagner cette politique d’urbanisation voulue, par une politique d’investissement susceptible de produire les équipements indispensables et notamment des établissements scolaires.

Nous avons alerté sur les chiffres tronqués fournis l’année dernière à l’Education Nationale dont le seul but était de cacher les effets de cette frénésie immobilière imposée à la ville (3ème ville de Seine-et-Marne par le rythme de progression de la population).

Nous avons, il y a trois mois, dénoncé le nouveau PLU, voté le 17 septembre 2018, qui ne prévoit aucun emplacement pour un nouveau collège apparaissant pourtant comme indispensable depuis au moins un an.

Absence totale d’anticipation ou nouvelle capitulation de la municipalité
devant les exigences de Dammarie-les-Lys qui revendique d’accueillir cet établissement ?

En attendant la construction de ce collège, des générations de collégiens se préparent à vivre, pendant plusieurs années, une scolarité dans des conditions de vie scolaire inadaptées dues au choix de les concentrer dans un même lieu contraint par des espaces limités.

Dès la rentrée 2020, le collège devra accueillir au moins 1 000 élèves.

Certes, des salles de cours seront réalisées d’ici là. Mais les conditions de vie scolaire seront peu propices à la sérénité d’adolescents qui auront bien du mal à accéder à la restauration scolaire dans de bonnes conditions, ou à partager les cours de récréation surchargées.

Aussi, les élus d’opposition du groupe Transition :

  • Demandent que, face au choix de concentrer 1 000 collégiens dans un même établissement prévu initialement pour 600 élèves, puisse être étudiée en urgence l’hypothèse d’une annexe du collège dans les bâtiments municipaux de proximité ouverts par exemple aux enfants de 6ème.
  • Exigent que la construction du nouveau collège se fasse sur la commune de Saint-Fargeau-Ponthierry. C’est notre commune qui est à l’origine de la surpopulation scolaire et il est impensable d’imaginer les enfants de la commune devoir se déplacer tous les jours en cars sur Dammarie les lys, commune déjà pourvue de deux collèges.

Concertation nationale : les Féréopontains, aussi, ont la parole

.

Le mouvement des « gilets jaunes » a mis en lumière la détresse d’une grande partie des Français. Face aux difficultés du quotidien, leur sentiment est de ne pas être pris en compte dans le débat public, de ne pas se sentir écoutés.

Les citoyens, vous, nous, ont besoin de plus de démocratie au quotidien : information, concertation, construction de projets collectifs… Que notre avis ne nous soit demandé au niveau national qu’une fois tous les cinq ans (ou tous les six ans au niveau municipal) ne suffit plus.

 

Dire pour agir

 

Le manque de démocratie participative régulière fige notre parole dans le temps. Il sclérose notre société et donne un blanc-seing à l’exécutif. Le mandat qui est donné aux élus est certes, légitime, issu des urnes, après un processus où chacun peut exprimer ses choix, ses programmes. Mais le revers de la médaille est que les élus oublient qu’une politique doit répondre, années après années, aux réalités de l’actualité, aux injustices sociales et au quotidien des administrés. Ils restent souvent sourds aux doléances qui leur parviennent.

La démocratie participative doit être une réalité, partout. Au niveau national, comme à l’échelle d’une commune.

 

Pour faire vivre cette démocratie participative, qui a pu exister sur la commune jusqu’en 2014, RPA se propose d’ouvrir ses cahiers de doléances afin de vous donner la parole.

 

Vous souhaitez vous exprimer sur les grands sujets nationaux ou faire part de vos questionnements et propositions au niveau local ?

RPA vous offre un espace d’expression libre !

Nous nous engageons à relayer l’ensemble de vos doléances auprès des élus concernés, qu’ils soient nationaux, régionaux, départementaux ou municipaux.

 

Parce que votre avis compte, que notre quotidien doit être pris en compte, réellement, l’ensemble des élus, quels qu’ils soient, doit nous entendre.

 

Nous vous proposons d’être vos relais, de compiler vos doléances dans la transparence.

 

Pour vous exprimer, rendez-vous sur le blog des Cahiers de doléances de RPA

Nous irons bien sûr aussi à votre rencontre.

Le citoyen a la parole

 

Conseils de quartiers : que sont-ils devenus ?

.

Créés en 2002, l’objectif de ces conseils était de partager le pouvoir de décision avec les habitants, en confrontant l’expertise des élus avec l’expertise professionnelle des services municipaux et l’expertise citoyenne des habitants. L’expression démocratique était ouverte.

Six conseils de quartiers existaient : Les Bordes, Jonville, Moulignon/Auxonnettes, Ponthierry-Seine, Saint-Fargeau et Tilly.

 

Mais en 2014, ils sont remplacés par des conseils de hameaux. En 2015, le maire impose une nouvelle charte de fonctionnement qui réduit le conseil de 20 membres possibles à 3 seulement. C’est l’élu qui choisit le référent habitant.

 

Le nouveau concept est d’accepter les propositions des élus et de ceux qu’ils ont choisi pour composer le bureau, avec encore quelques anciens bénévoles. Aucune réponse, ni de suivi aux questions posées par les habitants. Plus de réunions publiques avec les élus qui apportaient des informations municipales. Un fonctionnement à l’opposé de ce qui se faisait AVANT !

Rien d’étonnant, « le mot démocratie participative » n’est pas dans le vocabulaire du maire !

Trois habitants référents démissionnent. Résultat : fin de l’activité de trois conseils.

Fin 2015, le maire a tué la démocratie locale

 

AVANT, l’expression des habitants était relayée auprès de la municipalité par l’élu qui présidait chaque conseil de quartier. Un compte-rendu était rédigé et adressé aux participants.

Les questions émises par les habitants étaient analysées, la faisabilité des demandes était examinée par les élus et les responsables des services concernés. Une réponse, favorable ou non, était donnée avec des explications précises. Des contre-propositions étaient émises.

Le dialogue et les compromis existaient.

Aujourd’hui plus d’échange entre la municipalité et les habitants !

 

AVANT, Chaque conseil de quartier gérait un budget de 4 000€ pour l’animation du quartier (Noël, carnaval, rallye vélo…) et les petits travaux (plan de circulation, allée piétonne, lavoir…).

Pour les investissements plus importants (aires de jeux, trottoirs…) un budget de 80 000€ était géré démocratiquement par l’ensemble des six quartiers. Ainsi, des équipements collectifs étaient aménagés. En général, les budgets n’étaient pas totalement dépensés.
Une vraie vie de quartiers existait. Les habitants se rencontraient pour préparer des projets d’animation et d’environnement, émettre des idées autour d’un verre de l’amitié. La convivialité était le maître mot.

Aujourd’hui cette dynamique est cassée.

 

Les habitants ont vite compris que ces nouveaux conseils de hameaux n’avaient plus rien de commun avec les conseils de quartiers ! D’où leur désintérêt.

Quelques anciens bénévoles tentent malgré tout d’animer leur quartier du mieux qu’ils peuvent.

 

Le maire a ainsi réussi son « œuvre », conforme à sa philosophie.

Aujourd’hui plus de démocratie participative,

l’objectif de la municipalité est atteint

1 2 3 8