Les Féréopontains volontaires pour préparer l’avenir de leur commune

Samedi 13 avril, les élus de l’opposition ont réuni des Féréopontains de tous les âges pour imaginer comment sortir du mandat le plus catastrophique de notre histoire communale.  La salle était pleine et les échanges riches autour d’une question : comment préparer une véritable alternative ?

Alors que l’équipe municipale, à l’image du maire, a supprimé tout échange avec les habitants et a fait de la non-participation de la population à la vie communale un principe, le renouveau de la démocratie participative a été largement plébiscité. Les outils de communication prenant en compte l’évolution des technologies et des pratiques d’expression ont été mis en avant.

Les participants ont fait plusieurs constats : mépris de l’environnement, accélération de l’urbanisation sans aucun contrôle, détachement de la municipalité du Parc Naturel du Gâtinais, mise à la poubelle de l’agenda 21 élaboré collectivement et validé à l’unanimité…

Face à cet état des lieux, l’appel à prendre des mesures locales engageant vraiment notre ville dans la transition écologique est apparue comme une priorité.

Un constat sans appel

Les réflexions se sont également portées sur le centre-ville. Il est ressenti comme étant en plein démantèlement, après avoir été conforté pendant des années, avec l’installation d’équipements publics, ou la revitalisation du commerce de proximité. Les échanges ont aussi abordé la place de notre commune dans l’agglomération melunaise qui pousse à valoriser nos espaces périphériques au profit, avant tout, des attentes des promoteurs immobiliers. Notre entrée de ville en est l’illustration.

Le délaissement du service public et son assouvissement à des intérêts privés a été beaucoup commenté. La destruction de la mairie et sa conséquence – éloignement des services à la population – en est un des tristes exemples.

Enfin, l’indifférence aux fondamentaux du quotidien, tels que les habitants sont en droit d’attendre de leur collectivité, ont été rappelés. Propreté, sécurité, réfection des routes, entre autres, doivent redevenir des priorités organisées, programmées et efficacement traitées.

Mobilisation

Cette réunion majeure, samedi dernier, en appellera d’autres. Les Féréopontains sont de plus en plus mobilisés pour sortir de cet engrenage voulu par le maire et son équipe qui nous mènent dans le trou… sous les gravats !

Beaucoup, devant le désastre de la gestion de la municipalité, ont choisi de quitter la commune où ils ne se reconnaissent plus et dans laquelle ils estiment ne plus avoir leur place.

Pourtant, il existe d’autres orientations.

Après 2h 30 de riches débats, le message de conclusion est essentiel :

un autre choix est possible !

Un avenir semé de bombes à retardement

Après avoir fait exploser les impôts dans toutes les collectivités où il siège, après avoir fait déraper l’endettement à 50% de plus que la moyenne nationale, le maire se prépare à laisser sous le tapis de lourds dossiers pour les années à venir, véritables bombes à retardement pour la prochaine équipe municipale et les Féréopontains.

Absence d’entretien des routes

Depuis 5 ans, les routes sont totalement délaissées. Aucune n’aura été entretenue ni refaite durant ce mandat. Avec un réseau de 50 kilomètres de route sur notre commune, ce sont entre 500 000 euros et 800 000 euros qui sont nécessaires chaque année pour assurer cette charge. Faute de cela, la dégradation continue et le coût de l’entretien ne fera qu’augmenter, d’autant qu’aucun budget n’est prévu pour 2019.

Absence d’entretien du patrimoine communal

Que ce soit les 26 Couleurs, ou les écoles qui se dégradent un peu plus chaque jour, que ce soit les équipements collectifs ou ceux utiles à tous, comme les châteaux d’eau de la ville dans un état déplorable, il n’existe aucune politique d’entretien. Combien de défaillances, d’animations annulées, de manifestations reportées dues à des problèmes qui n’auraient pas dû exister si un entretien régulier avait été assuré ? Sans parler d’un des bâtiments de l’actuelle mairie, acheté 1,2 million d’euros et qui reste désespérément en friche faute de réhabilitation. Coût des travaux : 1 million d’euros !

Non-respect des règles et des normes imposées par la loi

Le plan d’accessibilité est quasiment au point mort, à chaque fois repoussé, malgré les rappels à chaque présentation en conseil municipal. La moindre animation sur la question du handicap sert d’alibi pour masquer l’absence d’avancées sur l’accès aux équipements.

La question de la transition écologique n’est pas mieux traitée. Les collectivités ont pourtant l’obligation de réduire de 20% la consommation énergétique de leurs équipements d’ici 2020. Pourtant, aucun investissement en ce sens n’a été fait durant tout le mandat. Et rien n’est prévu sur la dernière année en cours.

Des dossiers majeurs stoppés et délaissés qu’il faudra bien faire aboutir

Deux exemples :

La zone d’activités de la Mare aux loups.

Remplie aux 2/3 grâce à l’arrivée de Toys »R »Us, un projet tout prêt pour le dernier tiers de la zone a été mis à la poubelle. Objectif du maire : confier ces terrains à BDM déjà heureux détenteur des terrains du centre-ville obtenus à moitié prix de leur valeur (200€ du m²). Sur la Mare aux loups, BDM, intermédiaire imposé par le maire pour commercialiser la zone, va récupérer sa marge sur des terrains restés sans commercialisation depuis de trop nombreuses années.

La réhabilitation des friches du bord de Seine :

Un groupement d’investisseurs devait rendre son projet pour juin 2014. Mais à son arrivée, la nouvelle équipe municipale stoppe tout. Depuis, plus rien ne se passe. Les intérêts des terrains déjà achetés se cumulent année après année, rendant l’opération de réaménagement de moins en moins possible. La seule solution sera de densifier un maximum de logements sur cette zone. Peut-être est-ce d’ailleurs l’objectif de cette inertie totalement incompréhensible ?

Ces lourds dossiers laissés en souffrance devront être assumer par les Féréopontains et gérées, après les élections municipales de mars 2020, par les successeurs de l’actuelle municipalité au bord de l’explosion.

Samedi 13 avril, à 17H00 salle Ginette Rivière, les élus de l’opposition du groupe Transition engagent le débat avec les Féréopontains pour préparer, avec eux, l’avenir de la commune.

Ce sera l’occasion de rappeler qu’il faudra déjà assumer les conséquences des actes ou des absences d’actes de l’actuelle équipe municipale dont le mandat restera gravé comme étant le plus catastrophique de toute l’histoire de notre commune.

Des excédents en trompe l’œil et un endettement galopant

Nous l’avons dit ici, la baisse d’impôts promise par la municipalité de Saint-Fargeau-Ponthierry n’en est pas une. Le maire Jérôme Guyard, avec l’aval de l’ensemble de ses colistiers, a même réussi à augmenter la facture fiscale de plus de 10% depuis cinq ans à travers tous ses mandats électoraux.

Mais l’autre point mis en avant lors du dernier conseil municipal fait tout autant pschitt ! L’équipe municipale s’est autofélicitée d’excédents budgétaires qui en réalité ne sont pas les siens.

La majorité élue en 2014 a hérité, de l’ancienne équipe municipale, d’un excédent de l’exercice 2013 de 914 434 euros. A ce montant, il faut ajouter l’excédent qui était porté par l’ex communauté de communes Seine-Ecole, pour 918 246 euros. Sans oublier le solde du budget assainissement, repris sur le budget de la ville, qui représente 1 339 913 euros. On est loin des prétendus déficits annoncés en 2014.

Tout cela paraît technique mais permet de constater, notamment, qu’au total ce sont 3 172 593 euros d’héritage qui ont été laissés. Or, il ne reste à ce jour que 2 462 824 euros. Si la gestion de l’ancienne municipalité n’avait pas laissé ces excédents budgétaires, la situation serait en déséquilibre de 709 769 euros.

Mais qu’a donc fait de cet argent l’équipe en place ?

Le service public a été très sérieusement démantelé et les investissements restent très en-dessous des promesses faites et des vrais besoins de la commune. Malgré de grandes communications, à peine 35% des investissement annoncés à grand coup de communication ont abouti. Il en sera de même en 2019, même si la promesse a été faite, une fois de plus, de réaliser en une année tout ce qui aurait dû être fait en cinq ans, mais qui ne l’a pas été.

Pour réaliser ces investissements, c’est l’endettement de la ville qui explose.

Il passera de 17 millions d’euros en 2013, à 21 millions d’euros prévu pour 2019. Ce qui portera l’accroissement de la dette par habitant de 1 300 euros en 2013, à près de 1 500 euros en 2019, alors que la population ne cesse d’augmenter. On arrivera ainsi à 50% de plus d’endettement par habitant que la moyenne nationale pour des communes de même niveau de population que la nôtre.

La future municipalité qui gérera la commune en 2020 devra redresser ces finances et retrouver une gestion équilibrée au seul bénéfice des Féréopontains.

La future équipe devra aussi dégoupiller plusieurs bombes à retardement, bien cachées par la propagande de la majorité.

Nous lèverons un coin du tapis qui les masquent la semaine prochaine.

Baisse des impôts : la promesse de 2014 n’est pas tenue

Le conseil municipal du 25 mars 2019, consacré au budget, a été celui du lancement de la campagne électorale de l’équipe municipale en place.

A moins d’un an des élections, le maire et son équipe ont tenté de faire croire que les impôts locaux allaient baisser. Mais une lecture attentive du budget présenté et des actes de la majorité depuis cinq ans prouve le contraire.

Le maire de Saint-Fargeau-Ponthierry est le seul élu où, partout où il siège, a augmenté les impôts dès son arrivée. Sur les trois collectivités où il est en responsabilité, il a décidé, par quatre fois, de ponctionner un peu plus les contribuables.

  • Sur la commune, les taux avaient été maintenus inchangés pendant 12 ans jusqu’en 2014. Mais dès son arrivée, le maire, en abaissant de 20% à 15% les abattements servant de base au calcul des impôts locaux, a, de fait, voté une augmentation des taxes locales.
  • En 2016, il remet ça. Les taux cumulés avec l’intercommunalité Melun-Val-de-Seine augmentent.
  • Dans la foulée, à peine installé comme vice-président de la CAMVS, Jérôme Guyard enclenche une hausse immédiate des impôts locaux.
  • Toujours en 2016, nouvellement élu comme conseiller départemental, il vote une augmentation des taux départementaux.

Jamais un élu n’avait réussi l’exploit de voter des augmentations systématiques des impôts. Grâce au maire de Saint-Fargeau-Ponthierry, le pouvoir d’achat des Féréopontains a été ponctionné quatre fois de suite. Un exploit ! Mais à quelles fins ? Surement pas au profit des services publics et de la qualité de vie.

Une baisse en trompe l’œil

A quelques mois des élections, monsieur « impôts » fait croire qu’il les baisse pour 2019. Et il ose même s’engager à le faire sur 8 ans, espérant ainsi rester confortablement installé dans son fauteuil. Une promesse à seule visée électoraliste qui ne tient pourtant pas une seconde.

La baisse qu’il claironne partout n’aura pas d’effet. La diminution de 1,5% des taxes locales ne couvrent pas la hausse de 2,2% des bases de calcul de l’impôt imposées par l’Etat. Si la gestion de l’équipe municipale avait été aussi bonne qu’annoncée, elle aurait permis de compenser cette hausse.

Les familles directement touchées

Ce sont pourtant les familles qui prennent de plein fouet ces augmentations successives qui s’ajoutent aux diverses hausses des tarifs des services publics. En 2019, leurs impôts augmenteront encore

Il n’y a que la taxe sur les ordures ménagères qui baisse. Mais elle n’est en rien le fruit de la volonté de la municipalité, comme nous l’avons dit ici la semaine dernière.

C’est le SMITOM, le syndicat qui gère la collecte et le traitement des ordures ménagères, qui a réussi à faire diminuer le coût de la tonne traitée, grâce une gestion saine.

Bizarrement, c’est le seul secteur où le maire de Saint-Fargeau-Ponthierry n’est pas gestionnaire. Y aurait-il une relation de causes à effet ?

A lire ou relire :

Baisse de la taxe sur les ordures ménagères : le maire n’y est pour rien

Le maire de Saint-Fargeau-Ponthierry et ses colistiers sont très fiers d’annoncer qu’ils ont baissé la taxe sur les ordures ménagères. Si cette baisse est réelle, elle n’est en rien le fruit de la volonté de la municipalité.

Il faut savoir que la collecte et le traitement des ordures ménagères dépend du Syndicat Mixte Intercommunal de Traitement des Ordures Ménagères, le SMITOM. Ce syndicat regroupe 67 communes, dont les 18 de la Communauté d’agglomération Melun-Val-de-Seine (CAMVS).

Depuis 15 ans, le SMITOM a permis, grâce à une saine gestion des finances et des investissements, d’avoir des cotisations inchangées.

En 2018, ces cotisations ont baissé, passant de 28 à 25 € la tonne par habitant.

En 2019, les cotisations annuelles vont connaître une nouvelle baisse. Elles vont passer de 25 à 22 € la tonne. Sur deux ans, la diminution est de 21.15 % par habitant, et ce malgré une hausse du coût de l’incinération relative à diverses taxes sur les activités polluantes.

La CAMVS, qui a délégué la gestion du ramassage et du traitement des déchets au SMITOM, ne fait, en fait, que répercuter la baisse des taux qui sont adoptés par tous les adhérents du SMITOM.

Cette baisse de taxe n’est donc nullement le fruit de la gestion de la municipalité.

Le maire et la majorité municipale tentent de faire croire le contraire pour récolter les fruits de la bonne gestion des autres.

Non, monsieur le maire, ce n’est pas grâce à vous que ces impôts diminuent. La communication ne fait pas tout. La réalité des faits est là.

Agents municipaux : silence dans les rangs !

Les agents municipaux ont eu droit, avec leur dernier bulletin de paie, à un courrier de la mairie un peu particulier. Objet de cette lettre : rappeler le devoir de réserve de chaque agent territorial et leur obligation de neutralité.

La municipalité y fait référence à la « période préélectorale qui s’annonce » pendant laquelle chaque fonctionnaire doit adopter une conduite « tant pendant sa présence au travail que dans le cadre de sa vie privée ». L’agent doit ainsi faire preuve « de retenue et de mesure dans l’expression, tant écrite qu’orale, de ses opinions personnelles ».

Le maire rappelle encore que l’agent doit assurer ses fonctions à l’égard des administrés « quels que soient leurs opinions religieuses ou politiques, leur origine, leur sexe, et doit s’abstenir de manifester ses opinions ».

Les agents municipaux connaissent très bien leurs droits et devoirs. La réserve et la neutralité leur sont chevillées au corps. Mais si ces rappels sont tout à fait légitimes, deux points, toutefois interrogent.

Pourquoi ce rappel maintenant ?

Dans son courrier, le maire fait référence à « la période préélectorale qui s’annonce ». Le concept est un peu flou. Il aurait fallu, pour le moins, préciser un peu ce qu’il entend. Mais, quelle que soit la période, le devoir de réserve et l’obligation de neutralité s’imposent à chaque fonctionnaire. Il ne peut divulguer d’informations confidentielles ni nuire à son employeur. Mais pourquoi faire aujourd’hui un rappel à l’ordre qui jette la suspicion générale ? Pour mieux museler la parole et faire peur au personnel ?

Quelle limite à la vie privée ?

L’autre point concerne la « vie privée ». Un employé municipal ne peut donc pas s’épancher, chez lui, sur ce qu’il vit au travail ? L’agent n’a donc pas le droit de parler de ses difficultés, de son mal-être, de la pression qu’il subit, des dysfonctionnements des services, des remontrances et humiliations ? Est-ce que vider son sac dans le cadre de sa vie privée est condamnable ? Est-ce qu’échanger ses idées sur la société et ses opinions politiques dans le cercle privé est interdit, parce qu’on travaille à Saint-Fargeau-Ponthierry ? A-t-il le droit de se défendre syndicalement ?  La liberté d’expression s’arrête-t-elle aux portes de la ville ?

Tout salarié, quel qu’il soit, a besoin de ce temps de décompression auprès de ses proches, de son cercle d’amis. Quand on est mal dans son travail on en parle. C’est 50% de la guérison. Sinon, c’est le « burnout » qui s’annonce, ou la dépression.

De quoi a peur le premier édile de la commune ? Que la vie qu’il fait mener à ses agents ne transpire trop en dehors des murs de la mairie ?

Trop tard. L’ambiance qui règne sous votre toit est connue depuis longtemps des Féréopontains. Lorsque que l’on observe la valse des démissions des employés depuis 2014, démissions volontaires, mutations, arrêts maladie, on a tout de suite compris d’où vient le problème. On ne peut que s’inquiéter du bilan social désastreux de ces cinq années de mandat. Nous aurons d’ailleurs l’occasion très prochainement de le souligner.

Le malaise vécu par les agents est également perceptible au sein des élus de la majorité. Sans revenir sur les démissions qui ont émaillé le mandat, soulignons seulement les dissensions clairement affichées de nombreux adjoints et conseillers.

Le maire manque de sérénité. Ne contrôlant plus ses colistiers, il s’en prend donc à ses agents.

Cette année préélectorale qui s’ouvre lui fait perdre tout sens de la réalité.

La mairie enterre le conseil des associations

Le conseil des associations « ne semble plus être totalement adapté aux besoins des associations et de la collectivité ».

C’est par ces mots que la municipalité a annoncé mi-février aux associations la fin du conseil des associations, après l’avoir laissé volontairement dépérir.

Créé en 2002 par la précédente municipalité, ce conseil a été un des outils de la démocratie participative, au même titre que les conseils de quartier, le conseil inter-quartiers et l’observatoire du service public ouvert aux questions de tous les habitants.

Pendant 12 ans, le conseil a été un lieu de rencontre, d’échanges, de conseils, au service de tous les bénévoles et dirigeants d’associations. Il a été la source de nombreuses initiatives, réfléchies collectivement : forum des associations, colloques, formations, pot des bénévoles… Il a contribué à animer la vie associative de notre commune.

Ce conseil avait également pour objectif, notamment, de coconstruire, avec les associations, les critères et propositions d’attribution de subventions, qui étaient ensuite soumises à délibération du conseil municipal. C’est grâce à cette politique volontariste et à l’implication de nombreux bénévoles qu’a perduré un dynamisme associatif à Saint-Fargeau-Ponthierry pendant tant d’années.

Politique de la terre brûlée

Mais, semble-t-il, ce qui fonctionne n’a pas bonne presse auprès de l’actuelle majorité municipale. Tous les outils mis en place par l’ancienne municipalité au service de la démocratie participative ont déjà fait les frais de cette politique de la terre brûlée.

Les élus de la majorité ne réunissaient plus le conseil des associations depuis longtemps. Leur incapacité, pour ne pas dire leur incompétence, à porter une vraie politique associative de manière participative et démocratique, les a conduits à enterrer cette instance.

Un questionnaire alibi

Un questionnaire a été envoyé aux associations pour connaître leurs attentes. Mais il sonne faux. Sous des aspects « à l’écoute des associations », ce sont surtout des questions creuses qui surgissent après cinq longues années de pouvoir et n’apportent pas grand-chose. Lieux d’échanges, communication, appuis techniques ou temps forts de la vie associative, tous ces domaines avaient été pris en compte jusqu’en 2014, avant d’être abandonnés.

Ce sondage, préféré à une réunion collective, a surtout des allures de rattrapage d’une inaction totale depuis cinq ans. Il arrive à quelques mois des échéances électorales. Subitement, le sort et les besoins des associations intéressent les élus. Etonnant, non ?

L’acte de décès de ce conseil, envoyé aux associations, est un marqueur de plus d’une politique qui oublie l’essentiel : les Féréopontains.

Régulation des indemnités : les élus de la majorité se défilent

Au conseil municipal du lundi 11 février, les élus de l’opposition ont proposé une délibération pour proportionner les indemnités des élus à leur présence en conseil.

A maintes reprises, ils ont constaté des absences répétées, parfois sur des trimestres entiers, d’élus de la majorité. Mieux : un des conseillers n’a assisté à aucune séance du conseil municipal, pas même le jour de son installation il y a plus de deux ans. Un élu fantôme que personne ne voit nulle part, pas même en mairie.

A l’heure où une défiance de plus en plus forte s’installe vis-à-vis des politiques, quels qu’ils soient, les élus de l’opposition ont jugé important de tirer la sonnette d’alarme en envoyant un signal fort à la population. L’indemnité d’un élu local doit être justifiée par une présence dans les instances délibérantes et par un réel exercice de son mandat. Rappelons également que l’actuelle municipalité a augmenté de 40% le volume des indemnités par rapport à l’ancienne majorité. Cette situation est fortement inéquitable et injuste vis-à-vis des autres conseillers qui, eux, assument leur mandat à plein.

Mais ce n’est pas la perception des élus de la majorité. Le maire et la majorité municipale ont voté « CONTRE » la délibération proposée et donc contre un principe pourtant largement partagé par la population.

Une occasion ratée

Pourtant, le texte proposé s’inscrivait dans la ligne de ce qui a été adopté dans d’autres collectivités territoriales, conseil départemental ou régional. Au département, le dispositif a été approuvé et voté par le maire de notre commune. Mais sur la commune, le maire oublie ses engagements départementaux.

Pour se justifier, le maire prétend que le conseiller municipal en question aurait refusé de toucher ses indemnités. Etrange, quand on sait que trois mois après l’installation de ce conseiller au sein du conseil municipal, à la suite à de nombreuses démissions, le maire fait voter une délibération lui octroyant des indemnités.

Ethique et responsabilité

Il est des bons principes de fonctionnements démocratiques et respectueux des règles institutionnelles qu’il convient d’adopter pour plus d’exemplarité sur la bonne utilisation de deniers publics. C’est la volonté des élus de l’opposition. Mais ce n’est pas celle de l’ensemble des membres de la majorité, dont certains ne sont pas dupes mais restent silencieux. Ils cautionnent une situation intenable, incompréhensible du public présent au conseil municipal, et n’en sortent pas grandis.

Ceux qui ne cessent de donner des leçons depuis le début de mandat ratent une belle occasion et envoient un bien mauvais signal à la population.

1 2 3 9