Un budget 2019 électoraliste qui cache de piètres réalités

Dernier budget de la mandature

Le lundi 25 mars 2019 s’est tenu le conseil municipal consacré au budget 2019. C’est le dernier budget présenté par l’actuelle majorité.

Les élus de l’opposition du groupe Transition se sont opposés à ce budget qui cache de bien tristes réalités et oublie complétement de préparer l’avenir de la commune et des Féréopontains.

Nous vous proposons de découvrir ici la déclaration de groupe des élus de l’opposition faite à l’issue des débats.

© RPA

A lire aussi :


Un budget 2019 électoraliste

Pourquoi électoraliste ?

Electoraliste, parce qu’il n’est fait que de promesses dont on sait que vous ne faites pas le tiers de ce que vous annoncez. Il suffit de voir, quand on compare les budgets prévisionnels et les comptes administratifs comme l’a démontré Denis Puglièse, les taux de réalisation qui ne font même pas un tiers de ce que vous annoncez à chaque fois.

Electoraliste, parce qu’il distille des micros actions pour satisfaire des attentes privées. Il n’y a pas d’investissement majeur à votre initiative, à l’image de ce qui s’est passé durant tout ce mandat. En regardant précisément les investissements, il n’y a que du saupoudrage à visée uniquement électoraliste.

Electoraliste, parce qu’il cherche à vous attribuer des excédents qui ne sont que le résultat de la somme des excédents récupérés des excédents de l’ancienne mandature.

En réalité, vous n’avez cessé de ponctionner le contribuable, pour constituer des excédents dont vous ne faites rien de conséquent pour notre ville. Il paie l’impôt pour faire des excédents !

Alors soit vous investissez pour accompagner le triplement du rythme de construction que vous avez décidé, soit nous vous demandons de rendre l’argent à ceux que vous avez ponctionnés pour rien.

OUI, rendez l’argent

Rendez l’argent aux contribuables ponctionnés deux fois pour alimenter l’annonce d’un excédent, alors que tant de besoins existent. Vous avez priorisé une hausse de 40% des indemnités des élus que vous avez refusé de verser en proportion des présences en conseil municipal.

Rendez l’argent aux commerçants du marché à qui vous continuez de réclamer la redevance supplémentaire pour financer des animations, animations que vous avez supprimées.

Rendez l’argent aux usagers de l’assainissement. Lors du transfert de la compétence de la CAMVS, vous avez gardé la redevance là où les surplus de notre gestion (1,2 millions d’euros) étaient faits pour investir et non pas pour faire de l’affichage. Leur redevance aurait dû baisser dès 2016.

Rendez l’argent aux usagers de l’électricité pour laquelle la taxe communale (environ 280 000 euros) était faite pour lancer une politique d’enfouissement des lignes électriques. Pas une seule ligne enfouie en six ans ! Voir, vous laissez passer en aérien la fibre là où les fourreaux avaient été financés et installés en anticipation. Quel gâchis !

La Réalité : vous êtes le « monsieur Impôt » de cette décennie

Vous êtes le seul élu qui ait réussi à augmenter les impôts où que vous soyez élu, ponctionnant toujours un peu plus le pouvoir d’achat de chacun.

N’avez-vous pas, en tant qu’élu communal, provoqué la baisse du pouvoir d’achat des Féréopontains par deux fois, alors que depuis 12 ans les taux n’avaient pas bougé, comme vous l’avez reconnu lors de la présentation de la dernière année de notre gestion, du compte administratif 2013 que vous avez-vous-même présenté en conseil municipal dès votre arrivée ?         

Et pourtant, à peine  installé en 2014, vous prenez des mesures provoquant l’abaissement du pouvoir d’achat : lors du passage de l’abattement fiscal de 20% à 15% ponctionnant surtout les familles ; puis en 2016, avec le passage à l’agglomération melunaise où lors de l’ajustement des taux vous vous en mettez un peu plus dans votre cagnotte au détriment du niveau de vie de chacun.

A l’agglomération melunaise, à peine arrivé en 2016, vous décidez et votez une augmentation d’impôts ramenant plus de deux millions de recettes issus de la poche des contribuables, dont les contribuables Féréopontains.

Sans oublier que, dès votre arrivée au département de Seine et Marne, vous décidez et votez une augmentation des taux de fiscalité pour les Seine-et-Marnais, dont les contribuables féréopontains.

Vous êtes l’un des grands responsables de cette grogne au ponctionnement du pouvoir d’achat, sans aucun retour de services telle que cela s’exprime dans l’opinion publique… Cette grogne qui pousse les gens sur les ronds-points.

Vous êtes à l’origine de quatre augmentations d’impôts en trois ans : je dois vous informer que, vous sachant toujours très soucieux de votre image, j’ai pris l’initiative de vous proposer pour rentrer dans le Livre des Records à la rubrique « Fiscalité » ou bien « contribuables lésés ». 

Vous avez présenté votre budget en disant qu’il était rare de voir une commune baisser les taux d’imposition. Je vous confirme qu’il n’est pas rare de les voir baisser la veille des élections après les avoir augmentés tout un mandat. Il est plus rare, il est vrai, de voir un maire s’engager pour huit ans, c’est-à-dire à s’engager pour l’équipe municipale qui suivra. 

Et si vous avez privé  la population de son pouvoir d’achat c’est pour faire quoi ? Pour quel retour de services ? 

Car la réalité, à y regarder de plus près, c’est : 

L’Accroissement des déficits : Exemple, le Centre de santé. Entre le budget 2013 et le budget 2019 : doublement de la subvention d’équilibre !

L’Accroissement de la dette passant de 17 millions d’euros en 2013 à 22,6 millions d’euros en 2019, avec un emprunt supplémentaire de 3,5 millions d’euros lorsque vous ne prévoyez rembourser que 1,7 million d’euros.

L’Accroissement de l’endettement par habitant passant de 1 300 euros à 1 533 euros, alors que la population augmente. Soit 50% de plus que la moyenne nationale de la strate qui est d’à peine 1 000 euros.

Mais le pire est sans doute ce qui va venir

Car votre gestion, faite que d’illusion et d’effet de communication, ne renferme en réalité que des bombes à retardement.

Quelques exemples concrets pour illustrer mes propos :

Les châteaux d’eau en perdition, bien qu’ayant gagné le procès que nous avions engagé suite à des malfaçons. Depuis rien n’a été fait. Ce sera pour les autres…

Les routes : vous décidez d’engager 5,5 millions d’euros pour cinq ans mais pourtant aucune expression dans les budgets, ni dans celui de 2018 ni dans celui de 2019. Malgré nos 50 kilomètres de routes à entretenir qui nécessitaient entre 800 000 et 1 million d’euros d’investissement dans les budgets d’avant votre arrivée. Durant les six ans de votre mandat, aucune route ne sera refaite ou simplement entretenue. Sachant que plus on attend, plus la route se dégrade, plus la réhabilitation coûte chère. Mais ce sera pour les autres….

Les bâtiments communaux, non entretenus, provoquant des désordres importants qui coûteront cher à vos successeurs.

Les friches des bords de Seine, dont vous avez bloqué le projet d’aménagement qui devait nous être proposé en juin 2014. Un attentisme qui nous coûte cher, soit environ 200 000 euros chaque année où il ne se passe rien. Cinq ans de perdu que l’on devra payer pour rien.…

Enfin, quel gâchis d’avoir acheté ce bâtiment d’à côté, payé environ 1,2 million d’euros et ce pour ne rien en faire ! Avec un million d’euros de frais à engager pour pouvoir l’utiliser, quand on manque tant de locaux sur la commune ! Cadeau pour ceux qui suivront et qui auront la charge de payer sa réhabilitation.…

Tout cela n’est qu’une batterie de « bombes à retardement » programmées à exploser dès les échéances électorales de 2020 passées.

Il faudrait encore parler du coût de vos décisions qui nous privent de précieuses recettes.

Perte de recettes irrattrapables, comme ce patrimoine foncier bradé à BDM qui nous prive d’une rentrée financière de 4,5 millions d’euros si vous aviez vendu au prix normal du marché et pas bradé à moitié prix.

Ou encore la dissolution de notre communauté de communes Seine-Ecole que vous avez voulu éclater un an avant que la loi ne vous y oblige. Une année trop tôt qui nous prive pour toujours de la compensation de la totalité des recettes fiscales d’entreprises issues de Toysrus, soit près de 500 000 euros par an !

Mais on peut aussi parler de la perte définitive des recettes issues du dernier tiers de la ZAC de la Mare aux loups, que vous avez volontairement stoppée pour la céder à vos amis de BDM. Un retard qui prive la commune de recettes fiscales évaluées à plus de 400 000 euros par an.

Soit au total plus d’un million d’euros par an que vos choix ont fait perdre à la commune. Soit six millions d’euros sur un mandat !

Si l’on rajoute le scandale de la cession des terrains du centre-ville à BDM, ce sont 10 millions d’euros sur le temps de votre mandat dont on se prive.

Largement de quoi faire un vrai gymnase et de réaliser tout ce que vous n’avez pas fait ou que vous auriez dû faire mais qu’il faudra bien faire un jour.

Mais vous préférez pour cela aller chercher dans la poche de nos concitoyens et chacun, derrière vos annonces, verra bien si par rapport à 2014 leurs impôts locaux ont augmenté ou baissé. Finalement, ils constateront que là seulement où cela baisse c’est quand, à l’image du coût des ordures ménagères, cela échappe à votre gestion.

Mais là où votre budget inquiète le plus, c’est dans la préparation de l’avenir

Mais où en est-on des grands enjeux de la société et de vos obligations ? Où sont les financements ? Où sont les investissements ? Rien dans ce budget, qui certes est à l’image de ceux d’avant…     

Quatre exemples :

La santé, quand on sait que juste à nos portes, Moissy Cramayel a réussi à installer une permanence de soins la nuit et le weekend, et que Pringy  va accueillir trois nouveaux praticiens. Des dépenses chez nous pour aucun service supplémentaire !

L’enfance, avec les plans mercredi qui devaient se substituer aux NAP du fait du passage à la semaine à quatre jours, avec pourtant des financements à l’appui émanant de l’Etat. Rien sur ce budget pour nos enfants.

L’OpenData. N’étiez-vous pas obligé depuis octobre 2018 de la mettre en place ? A moins que la transparence des données et des informations ne vous fasse peur. Rien sur ce budget

La transition écologique enfin, sujet majeur, où vous avez l’obligation de réduire les gaz à effet de serre de 20% d’ici 2020. Rien sur ce budget 

Outre le Livre des Records, vous aurez toute votre chance pour rentrer dans les livres d’histoire locale. On retiendra que votre mandat aura été le plus désastreux de l’histoire de la commune. L’état des châteaux d’eau qui prédominent, la ville où l’état du cœur de ville transformé en tas de gravats ne sont que les tristes expressions du délabrement global et général de la commune.

Je ne comprenais pas pourquoi vous avez financé l’installation de pierres tombales à l’entrée de la mairie. Maintenant j’ai compris. Vous vouliez installer le meilleur symbole de ce qu’aura été votre mandat : la fin d’une commune en vie, la fin de sa dynamique.

On attendait que ce budget rattrape un peu cette gestion calamiteuse. S’il tente de répondre à quelques demandes surtout privées, il n’est fait que de promesses qui, on le sait, ne seront jamais tenues à l’image de toutes celles que vous avez faites depuis 2013. Nous saurons y revenir et les rappeler le moment utile.

Ce budget est donc incapable d’assurer les besoins du présent, pas plus que de préparer l’avenir pour des contribuables toujours autant sollicités mais aussi toujours autant frustrés de rien avoir en contrepartie.

Vous comprendrez alors pourquoi nous voterons CONTRE votre budget, d’abord conçu à des fins électoralistes. Un budget fait d’abord pour vos intérêts électoraux, mais surtout pas pour ceux des Féréopontains.

Budget 2019 : Aucune vision pour les Féréopontains

Le lundi 25 mars 2019, les élus de l’opposition ont décrypté le budget prévisionnel 2019 de Saint-Fargeau-Ponthierry.

Il est marqué par un manque cruel de vision d’avenir pour les Féréopontains.

Voici leur analyse.


Aucune vision pour les Féréopontains

Quelques commentaires sur ce budget qui va illustrer de belle manière ce que nous avions indiqué depuis deux ans, à savoir que pour cette dernière présentation, il y a lieu d’ouvrir la boite à cadeaux et d’essayer de montrer tout ce qui va être fait, juste avant les élections.

Sachant que du rêve, les deux budgets précédents en ont fourni notamment à ceux qui vous ont cru avec votre politique volontariste en matière de sport (Cf rob et budget 2017 et Rob et budget 2018).

En matière de fonctionnement, comment juger un budget qui précise en dépenses qu’elles devraient baisser le 1,4% par rapport au budget 2018, quand dans le même temps, suite au compte administratif que vous avez voté, l’accroissement serait de 8,27% que l’on peut détailler entre :

  • Le poste 011 qui évolue de 9,77%, notamment sous le coup de l’externalisation massive que vous prônez.
  • Le poste 012, charges de personnel qui évolue lui de 5, 38% : ce qui paraît totalement contrecarrer votre choix politique puisque, non seulement vous externalisez de plus en plus de travaux sans qu’aucun Féréopontain ne voit vraiment une amélioration pour lui  propreté extérieure, propreté des équipements, embellissement de la ville) mais en plus vous arrivez à faire augmenter les charges de personnel (dont nous avons vu tout à l’heure que vous aviez annulé plus de 800 000 euros de budget en 2018).

Par ailleurs, nous devons certainement avoir des soucis de chiffrage sur ce poste 012 puisqu’il est indiqué dans le rapport de présentation page 19,

  • Chapitre 012 compte administratif 2017, 10 467 894 euros quand le CA que vous avez voté est de 10 689 190 euros,
  • Compte administratif 2018, 10 689 191 euros quand vous venez de voter pour valider 10 133 191 euros.

C’est à n’y rien comprendre si ce n’est vous permettre d’affirmer fièrement que les charges de personnel diminuent de 2,48 % d’un budget à l’autre.

Au budget oui, dans le virtuel, dans le réel (le compte administratif) c’est archi faux, comme les chiffres de ce tableau !

Autre point important à rappeler

Votre subvention d’équilibre au Centre municipal de santé positionnée au budget 2019 à 148 000 euros, certes en diminution de 20 000 euros par rapport au budget 2018, demeure encore quasiment trois fois plus élevée que celle versée en 2014. Et pour quels services de plus ?

Je ne m’attarderai pas à reprendre tous les points de la partie dépenses de fonctionnement sur lesquels nous aurons largement de quoi travailler lors de cette dernière année.

Par contre, sur la partie recette, évidemment que nous nous inscrirons en faux sur votre affirmation de baisser la pression fiscale.

De votre programme de campagne, il ne reste rien quant à une quelconque baisse. Vous avez eu de multiples possibilités de baisser les taux, mais vous n’en avez rien fait jusqu’à ce budget.

Vous diminuez la pression de 1,5% sur la seule chose qui vous reste possible de modifier, la taxe sur le foncier bâti.

En parallèle, dommage pour vous, toutes les bases augmentent de 2,2% amenant une nouvelle augmentation des impôts cette année.

Et si vous n’êtes pas responsable de la hausse des bases, vous aviez la possibilité au moins d’alléger d’un niveau équivalent votre taux : ce que vous ne faites pas, comme à l’accoutumée depuis 5 ans.

Après, le dernier point que nous aborderons, c’est celui de la section investissement.

Ici vous vous êtes surpassés.

Mon commentaire de l’an passé était de qu’il était impossible de croire une seule seconde à votre chiffrage, et votre compte administratif m’a donné raison, mais là…

Vous affichez 7 537 107 euros en dépenses, soit 46% de plus que l’an dernier mais surtout, 155% de plus que votre compte administratif !

Il y en a pour tout le monde, une vraie liste à la Prévert :

  • Les sportifs avec les projets de Cosec, de terrain synthétique, de rénovation de la halle…
  • Les habitants avec la rénovation du marché, la rénovation des trottoirs…. beaucoup de trottoirs mais bizarrement pas de chaussée alors qu’une simple ballade en ville permet de voir ce que cinq ans de non investissement produit…
  • Quelques travaux dans les écoles (170 000 euros sur 7 537 107, c’est quand même 2% !), mais surtout presque autant pour permettre l’aménagement du bâtiment mis à disposition des professionnels de santé (150 000), mais beaucoup moins que l’aménagement du cimetière de Saint-Fargeau (273 000)…

Dans tous les cas, je pense sans me tromper pourvoir donner rendez vous dans un an pour constater, au rythme où vous aller, que vous aurez réalisé 20% de tout cela !

Bref, cela n’appellera pas de commentaire supplémentaire en dehors de votre second cheval de bataille électoral 2014…

Le désendettement de la ville : avec un emprunt de 3 520 418 euros d’inscrit, nous repasserons à plus de 21 millions d’euros de dettes soit une charge par habitant à près de 1 500 euros (quand la moyenne nationale de la strate est de 900 euros).

Ce sera certainement un record dont vous pourrez vous féliciter tout au long de cette année, mais qui en plus du reste, nous fait voter contre votre dernier budget.

A lire aussi

Compte administratif 2018 : Une gestion loin d’être vertueuse

Le lundi 25 mars 2019, lors du conseil municipal, les élus de l’opposition ont analysé le compte administratif 2018 de la commune. Il en ressort une gestion qui est loin d’être vertueuse.

Nous vous retranscrivons ici cette analyse.

Une gestion loin d’être vertueuse


Comme je l’ai fait l’an dernier, je remercie les services pour la qualité des documents remis.

Comme je l’ai fait l’an dernier, j’aurai aussi presque pu reprendre mon commentaire de 2018 et le transposer sur 2019, tant les années se suivent et se ressemblent.

Et bien sûr, nous n’aurons pas du tout la même clé de lecture de votre « excellente » gestion.

Comme l’an dernier, vous arrivez à dégager un excédent de fonctionnement de 2 4628 24 euros.

Peut-être est-ce utile de rappeler ici que cet excédent est aussi le fruit des différents résultats reportés depuis le début de la mandature.

Et pour le coup, la bonne gestion prend une autre teinte quand vous avez cumulé dans les différents résultats reportés :

  • 914 434 euros laissés par l’ancienne mandature et surtout, et je le redis, que vous avez bénéficié lors de l’intégration du budget assainissement à la communauté d’agglomération de
  • 918 246 euros sur les excédents communauté de commune Seine-Ecole et de 1 339 913 euros du résultat d’assainissement.

Pour les nouveaux habitants, il faut rappeler que ces derniers montants appartenaient aux usagers de l’assainissement de la ville et qu’ils ont été transférés aux comptes de la ville quand la compétence a basculé à la CAMVS.

Si l’on additionne ces trois chiffres, nous arrivons à un total de 3 172 593 euros, nous en sommes à un déficit de 709 769 euros.

Ce n’est assurément plus la même lecture.

Concernant les chiffres en eux-mêmes, que dire de la section de fonctionnement ?

Que comme l’an dernier, on y retrouve des montagnes de crédits annulés par rapport aux crédits ouverts.

C’est ainsi, 8,91% des crédits annulés sur les dépenses de fonctionnement avec notamment une ligne de 816 127 euros concernant les charges de personnel.

Il est certain que sur le nombre d’emplois budgétaires de fin 2017 de 334 agents, seuls 294 postes sont pourvus fin d’année suivante. De quoi s’interroger sur le service rendu aux habitants et s’inquiéter pour le personnel communal qui doit faire face en étant beaucoup moins nombreux !

A l’inverse, grâce à votre gestion « généreuse », la section recettes a pu bénéficier de 76 126 euros de plus de produits et services (soit ce que vous avez facturé aux Féréopontains par des tarifs toujours en augmentation), et surtout 136 504 euros d’impôts supplémentaires.

Au total, les recettes de fonctionnement sont augmentées de 729 997 euros par rapport à votre budget 2018.

Encore une fois, et comme je l’ai répété à chaque exercice depuis le début de votre mandature, vous aviez l’occasion d’être en phase avec votre promesse de campagne d’alléger la fiscalité, vous avez toujours trouvé une excuse pour amasser un pactole toujours plus important… mais pour rien

En effet, que constater sur la section investissement ?

Que lors du CA 2017, votre politique très volontariste envers les équipements nous avait laissé quelque peu sur notre faim puisque vous ne réalisiez que 53 % de ce qui était prévu, allant même jusqu’à annuler 32% des crédits ouverts.

Vous expliquiez l’an dernier, que les délais faisant, nous allions voir ce que nous allions voir en 2018.

Et bien, nous voyions bien puisque vous avez réussi à passer à 35% de réalisé cette année avec un record qui sera difficile à battre (si ce n’est par vous lors du prochain compte administratif) de 43 % de crédits annulés sur budget 2018.

Soit dit en passant, et j’y reviendrai plus tard, s’agissant pour beaucoup de crédits ouverts en 2017 et 2018, ils n’auraient pas dû être annulés mais inscrits en reste à réaliser !

Enfin, l’endettement de la ville, même si vous l’avez réduit cette année d’un million d’euros, reste à un niveau largement supérieur à celui des communes de la strate à plus de 1 300 euros par habitant. Et vous bénéficiez surtout du fait que la population augmente pour afficher un ratio qui baisse.

Dernier point concernant la fameuse annexe IV pages 143, 145 que vous trouvez toujours normale quand il est précisé que la commune en vertu de l’article L1612-4 du CGCT, doit couvrir certaines dépenses par des recettes propres :

En l’état, elle indique malgré tout que le solde des ressources disponibles moins les dépenses à couvrir présente un déficit de 762 374 euros.

Ce n’est déjà pas brillant. Mais alors que dire si vous n’aviez pas passé des annulations de lignes comme vu un plus précédemment plutôt que de laisser les lignes en reste à réaliser ? Le déficit ne serait alors que de 2,930 millions d’euros.

Je pense qu’il s’agit là des chiffres d’une « bonne gestion vertueuse » !

Vous comprendrez donc que nous ne voterons pas ce compte administratif.

A lire aussi

Régulation des indemnités : les élus de la majorité se défilent

Au conseil municipal du lundi 11 février, les élus de l’opposition ont proposé une délibération pour proportionner les indemnités des élus à leur présence en conseil.

A maintes reprises, ils ont constaté des absences répétées, parfois sur des trimestres entiers, d’élus de la majorité. Mieux : un des conseillers n’a assisté à aucune séance du conseil municipal, pas même le jour de son installation il y a plus de deux ans. Un élu fantôme que personne ne voit nulle part, pas même en mairie.

A l’heure où une défiance de plus en plus forte s’installe vis-à-vis des politiques, quels qu’ils soient, les élus de l’opposition ont jugé important de tirer la sonnette d’alarme en envoyant un signal fort à la population. L’indemnité d’un élu local doit être justifiée par une présence dans les instances délibérantes et par un réel exercice de son mandat. Rappelons également que l’actuelle municipalité a augmenté de 40% le volume des indemnités par rapport à l’ancienne majorité. Cette situation est fortement inéquitable et injuste vis-à-vis des autres conseillers qui, eux, assument leur mandat à plein.

Mais ce n’est pas la perception des élus de la majorité. Le maire et la majorité municipale ont voté « CONTRE » la délibération proposée et donc contre un principe pourtant largement partagé par la population.

Une occasion ratée

Pourtant, le texte proposé s’inscrivait dans la ligne de ce qui a été adopté dans d’autres collectivités territoriales, conseil départemental ou régional. Au département, le dispositif a été approuvé et voté par le maire de notre commune. Mais sur la commune, le maire oublie ses engagements départementaux.

Pour se justifier, le maire prétend que le conseiller municipal en question aurait refusé de toucher ses indemnités. Etrange, quand on sait que trois mois après l’installation de ce conseiller au sein du conseil municipal, à la suite à de nombreuses démissions, le maire fait voter une délibération lui octroyant des indemnités.

Ethique et responsabilité

Il est des bons principes de fonctionnements démocratiques et respectueux des règles institutionnelles qu’il convient d’adopter pour plus d’exemplarité sur la bonne utilisation de deniers publics. C’est la volonté des élus de l’opposition. Mais ce n’est pas celle de l’ensemble des membres de la majorité, dont certains ne sont pas dupes mais restent silencieux. Ils cautionnent une situation intenable, incompréhensible du public présent au conseil municipal, et n’en sortent pas grandis.

Ceux qui ne cessent de donner des leçons depuis le début de mandat ratent une belle occasion et envoient un bien mauvais signal à la population.

Destruction de la mairie : les 13 jours noirs de la commune

.

Le 16 novembre 2018, le début de la fin est annoncé.

Les engins sont en place pour détruire tout un pan de l’histoire de la commune, couvrant près d’un siècle de notre histoire.

Une agonie qui va durer 13 jours. 13 longs jours où les Féréopontains qui se déplacent au cœur de ville auront à chacun de leur passage un peu plus le cœur brisé.

Ils étaient nombreux ceux que l’on a rencontrés, immobiles devant la vision de cette mâchoire broyant tout ce qui se présente devant elle, ne sachant pas s’il s’agit de la réalité ou d’une mauvaise fiction.       De nombreux anciens annoncent leur départ de la commune, ayant la vision en direct de ce qu’il advient quand on fait tout pour que les intérêts privés priment sur l’intérêt public.

Depuis 1924, et la décision de Maurice Leroy d’installer à Ponthierry la mairie de la commune de Saint-Fargeau dans un immeuble de la famille Lefranc, 15 maires se sont succédé.

15 maires se sont retrouvés dans ce bâtiment pour façonner, chaque jour durant près d’un siècle, ce qui deviendra ensuite la commune de Saint-Fargeau-Ponthierry.

Près d’un siècle de vie municipale avec tous ses employés qui s’y sont succédé, avec ses habitants qui l’ont animée.

Et le tout est réduit, avec quelques coups de pelles, en gravats

Toute cette mémoire est désormais enfouie à jamais, à l’image de ce patrimoine artisanal que la commune s’était engagée à conserver auprès de la famille Bailly, condition essentielle pour accepter la vente de sa maison à la commune.

  • Oui, après avoir agrandi la mairie une première fois en 1996, nous l’avions de nouveau agrandie en 2000 avec l’achat de l’immeuble de monsieur Bailly.
  • Oui, nous avons fait les travaux pour permettre le lien entre les deux bâtiments.
  • Oui, nous avons aménagé le rez-de-chaussée par de gros travaux avec la création de l’accessibilité et du sas d’entrée.
  • Oui, nous avons installé la climatisation sur tout le deuxième étage.

Comment osez-vous diffuser ma signature collée à une soi-disant volonté de détruire ce que nous avions toujours décidé de renforcer ? Votre grossier montage est honteux avec cette signature collée au dossier de la ZAC multisites que nous avions annulée en janvier 2012, comme vous l’aviez d’ailleurs vous-même rappelé au conseil municipal de décembre 2014.

Quelles que soient les nouvelles orientations que vous avez choisies de prendre, responsabilité qui vous appartient en tant qu’élus majoritaires, rien ne justifiait de démolir ce symbole emblématique de notre commune.

Alors que vous avez attendu le résultat du recours sur les illégalités du permis de construire en première instance, rien ne justifiait de ne pas attendre le résultat du jugement du Conseil d’Etat dont la jurisprudence met à bas l’argument de forme retenu pour rejeter le premier recours.

Pourquoi ne pas attendre que le jugement de fond soit prononcé ? Et si demain il était jugé que ce permis n’était pas légal ?

En parlant de ce chantier de démolition dans le Parisien du 30 novembre, vous nous reprochez notre recours et vous déclarez, pour justifier le démarrage des travaux, je vous cite : « On a perdu 18 mois ».  Mais pourquoi ce « ON a perdu» ? Qui a perdu 18 mois ? Le promoteur BDM ? OUI bien sûr. Le bailleur Trois Moulins Habitat ? Oui !

La commune dont vous êtes censé représenter les intérêts ? NON, bien entendu.

La commune n’a rien perdu ! Les constructions prévues n’étant en rien un projet au service d’un quelconque aménagement profitable à notre commune. De simples bâtiments en plus, encore plus, toujours plus.

Alors pourquoi dites-vous : « ON a perdu » ? Abus de langage ? Ou, après avoir bradé les terrains communaux à 200 euros le mètre carré là où cela en vaut le double, vous n’arrivez plus à cacher les signes d’une collusion inacceptable !

Derrière ce gâchis irrécupérable il y a des noms qui resteront gravés à cette meurtrissure

Le nom de celui qui est à la fois « coupable » et à la fois « responsable » de ce gâchis : votre nom qui restera gravé à jamais comme celui qui appauvrit le patrimoine communal plus qu’il ne l’enrichit.

Les noms de ceux qui sont coupables avec vous : proches complices qui signent les yeux fermés l’acte de décès et dont certains ici présents, pourront prétendre à la plus haute marche du  podium du « plus grand casseur de l’histoire de notre ville », en cumulant les votes pour la destruction du dernier château de la commune (Moulignon) au profit d’un simple lotissement, avec ceux pour la destruction de la maison Madelin qu’avait occupé le général de Gaulle au profit d’un promoteur, et enfin la démolition de la mairie historique au profit d’un de vos amis, comme vous l’avez vous-même dénommé.

Les noms enfin des « responsables » sans être vraiment coupables : tous ces autres élus qui retrouvent leur nom associé à ce massacre, sans toujours maitriser les enjeux d’un dossier que vous avez géré en catimini, à l’image de cette signature de l’acte de décès sans qu’aucun élu ne soit convié à venir. Mais, par leur vote, ils se sont retrouvés à accompagner l’irrémédiable quand d’autres élus ont eu le courage de démissionner, refusant d’assumer l’inassumable.

Tous, soit par complicité plus ou moins active, soit par passivité, tous ont contribué à différents niveaux à ce qu’à jamais Saint-Fargeau-Ponthierry soit outragé, que Saint-Fargeau-Ponthierry soit brisé, que Saint-Fargeau-Ponthierry soit martyrisé !

Vous serez tous comptables de vos actes, voire de vos non-actes, devant l’histoire de cette belle commune dont nous avons la fierté d’avoir toujours contribué à l’embellir.

Quelques exemples parmi les plus visibles : la restauration des Communs de Mouligon voués à être démolis, la restauration de l’église de Saint-Fargeau, celle des lavoirs de Tilly, d’Auxonnette, de Jonville, celle du Centre Leroy, l’acquisition et le réaménagement de la base de loisirs, la création des vignes de Saint-Fargeau.

Nous ne sommes pas certains que vous puissiez ressentir la même satisfaction, la même fierté en passant devant l’ex 69 avenue de Fontainebleau, que celle que nous ressentons quand nous passons devant tous les lieux cités que nous avons fait vivre ou revivre année après année.

Nous avons confiance en l’histoire qui saura distinguer les bâtisseurs de notre patrimoine, ceux qui ont embelli à jamais notre commune de ceux des casseurs qui ne savent que la défigurer, à jamais.

Nous souhaitons dédier cette déclaration à Jeannine Lefranc, partie avant de devoir assister au pire et constater les effets de vos décisions : une immense cicatrice qu’aucun pansement n’arrivera à refermer !

Les routes de la commune délaissées

 

La ville comprend plus de 50 Kms de routes dont la majeure partie reste de la responsabilité de la collectivité. Ce patrimoine est celui de tous, utilisé par tous. Il ne doit surtout pas être délaissé sous peine de repousser à plus tard les réfections nécessaires. Une bombe financière à retardement…

Pourtant, tout le monde peut constater le délaissement complet de ce qui devrait être une priorité de l’action communale.

Lors des précédents mandats, la priorité a été de réaliser de nombreux aménagements de sécurité. La sécurisation de la traversée de la N7 avec la réalisation de trois ronds-points a permis de transformer cette route autrefois très meurtrière. L’entretien des routes a ensuite fait l’objet d’une attention toute particulière, notamment lors du dernier mandat.

Mais des routes en bon état, cela s’entretient. Cela doit être un poste de dépenses essentiel dans un budget. Mais depuis 2014, le choix a été fait de sacrifier ce poste, laissant l’ensemble de la voirie de la commune se dégrader.

Un abandon qui coûte cher

Et pourtant plus on attend plus cela coutera cher. D’autant que la forte augmentation de la population imposée par l’équipe municipale conduira à une croissance inéluctable de la circulation et générera une dégradation encore plus importante de la voirie. Mais le bâtiment cher au maire passe désormais avant tout, laissant les travaux publics de côté.

Dans le budget qui sera proposé au vote du conseil municipal le lundi 19 mars, une nouvelle fois, et pour un cinquième budget consécutif, aucune réfection de voirie n’est prévue !

Sous l’ancienne mandature, 1,2 millions d’euros étaient budgétisés chaque année. Depuis la nouvelle mandature, le total sur quatre ans des sommes allouées à la voirie est en-dessous de ce qui se faisait en un an avant 2014.

La voirie sera donc aussi une autre grande sacrifiée de ce mandat. Les Féréopontains l’ont constaté et nous font part de leurs témoignages. Les tampons sur les routes s’enfoncent, les trous se multiplient, les chaussées refaites il y a maintenant 20 ans deviennent impraticables ! Sans parler des pistes cyclables non-entretenues depuis 2014, en proie à la végétation qui va bientôt les rendre inutilisables.

Mais qu’importe !

Les prochains responsables n’auront plus qu’à payer

pour rattraper le laxisme de ceux d’aujourd’hui.

Démolition « imminente » de la mairie ?

 

Le maire de Saint-Fargeau-Ponthierry affiche une fois de plus son mépris des Féréopontains. La mairie historique, celle qui a reçu la décoration de l’ordre de la Libération par le général de Gaulle et qui symbolise aux yeux de nombreux habitants l’attachement aux valeurs de la République, va être mise à bas par l’ancien président du BTP de Seine-et-Marne.

Mépris pour les Féréopontains et pour la justice de notre pays.

Une procédure juridique est en cours pour annuler le permis de construire, valant permis de démolition. Le jugement est prévu pour le printemps 2018.

Mais le maire a choisi de ne pas attendre la décision du tribunal. Son premier adjoint a même annoncé publiquement que la démolition serait « imminente ».

Lors du conseil municipal du 11 décembre les élus de l’opposition ont proposé que soit voté le vœu suivant :

« Les élus du conseil municipal de Saint-Fargeau-Ponthierry demandent au détenteur du permis de démolir et de construire de suspendre tous travaux sur ces terrains et notamment toute démolition du bâtiment « mairie » tant que le tribunal n’a pas rendu son avis sur le recours déposé le 23 mars (2017) par plusieurs requérants de la commune ».

Le maire et sa majorité ont refusé que ce vœu soit présenté et débattu. Ils préfèrent passer en force et rendre la situation irréversible sans attendre un jugement qui pourrait révéler à nouveau des illégalités.

Sans état d’âme, le patrimoine bâti et sentimental de la commune est liquidé, la décision de justice ignorée et les Féréopontains méprisés.

 

© RPA

Urbanisme maîtrisé : les mensonges de la municipalité

 

Depuis six mois, le maire doit porter à la connaissance du conseil municipal le PLH (Plan local de l’habitat). Présenté le 22 mai à la CAMVS, Communauté d’agglomération Melun-Val-de-Seine, il avait l’obligation légale d’en donner connaissance à son conseil sous deux mois.

Par ce PLH, il s’est engagé, vis-à-vis de l’agglomération et de l’Etat, à construire 630 logements sur la commune d’ici 2021, en plus de tous ceux déjà réalisés ou en cours.

Interpellé lundi 6 novembre en conseil municipal sur ce sujet, le maire a prétendu publiquement que ce PLH avait été annulé par le Préfet de Région. Après vérification dès le lendemain auprès de l’agglomération melunaise, il a été confirmé que rien n’avait été annulé !

Explosion immobilière

Dans quelques semaines, nous vous présenterons le détail des 2 300 logements prévus sur le mandat par le maire, le premier adjoint et l’adjointe à l’urbanisme.

Notre commune « rurbaine » se « banlieurise » à grande vitesse pour des intérêts qui ne sont ni ceux de la commune ni ceux de ses habitants !

Mais ne soyons pas que négatifs. Il y a quand même des heureux, comme les agences immobilières qui se créent régulièrement sur la commune ou non loin d’elle, dont une tout juste ouverte par la famille du maire…

Une belle complémentarité familiale : les uns font créer des logements, les autres les vendent…

Le pire est à venir. La mobilisation est urgente !

 

 

1 2 3