« NON », au projet de 1 500 logements en bord de Seine

A six mois des élections municipales, le maire accélère les programmes immobiliers

Conscient de son impopularité et de la difficulté à être réélu, il brade, à la hâte, les terrains de la commune.

Depuis le début du mandat, le rythme des constructions s’est déjà multiplié par trois.

Mais depuis trois mois, les autorisations avec signatures de nouveaux permis de construire pleuvent comme jamais, afin de rendre irrémédiables les cessions aux promoteurs.

Après la triste expérience du cœur de ville, où des terrains bradés à 200 euros le m² ont entraîné la démolition de la mairie historique, le maire, avec la complicité de son 1er adjoint et de son adjointe à l’urbanisme, viennent de conclure la cession des terrains des Bords de Seine à 215 euros le m². Soit, comme au centre-ville, près de la moitié de leur valeur réelle et sans aucune mise en concurrence !

C’est un véritable cadeau qui a été fait à quelques promoteurs choisis, là encore, sans aucun appel à concurrence, au détriment des intérêts des Féréopontains.

D’autant que le nouveau PLU, voté il y a onze mois, permet la construction d’immeubles de neuf étages sur ce secteur des Bords de Seine, une hauteur inexistante jusqu’ici sur la commune.

NON

NON, à un nouveau bradage des richesses foncières de la commune.

NON, à une pseudo concertation placée spécialement pendant les vacances d’été.

NON, à l’accélération brutale d’un projet que le maire a laissé dormir pendant cinq ans.

NON, à la défiguration de Ponthierry qui n’arrive plus à absorber les populations arrivant en masse sans les équipements adaptés.

NON, à l’engorgement des routes de la commune, à la saturation du pont et à l’impossibilité pour les Féréopontains de circuler sereinement.

Il faut exiger un moratoire de six mois sur ce projet qui engage la ville pour toujours.

Un maire quel qu’il soit, avec une majorité en pleine décomposition, déjà critiqué pour le rythme d’urbanisation, sans aucun accompagnement des équipements indispensables au maintien du bien vivre à Saint-Fargeau-Ponthierry (cf l’explosion démographique du collège François Villon), ne peut pas, à six mois des élections municipales, fixer définitivement l’avenir d’une commune qu’il devra très bientôt laisser à une nouvelle gouvernance issue des urnes.

Quel avenir pour notre commune ?

A moins d’un an des élections municipales, RPA publie un nouveau numéro de son journal pour envisager l’avenir de la commune.

Dans ce RPA Infos, nous posons notre regard cette année sur le dernier budget de la mandature et sur ses orientations.

Nous nous arrêtons également sur le cas spécifique du collège, où les effectifs explosent.

Et nous abordons la question cruciale de la transition sociale, économique, écologique et démocratique qui a fait l’objet d’une conférence au mois de novembre dernier.

Le numéro de juin de RPA infos est paru.

Il sera dans toutes les boîtes aux lettres des Féréopontains ce week-end. Le voici en avant-première.

© RPA
© RPA
© RPA
© RPA

Les Féréopontains volontaires pour préparer l’avenir de leur commune

Samedi 13 avril, les élus de l’opposition ont réuni des Féréopontains de tous les âges pour imaginer comment sortir du mandat le plus catastrophique de notre histoire communale.  La salle était pleine et les échanges riches autour d’une question : comment préparer une véritable alternative ?

Alors que l’équipe municipale, à l’image du maire, a supprimé tout échange avec les habitants et a fait de la non-participation de la population à la vie communale un principe, le renouveau de la démocratie participative a été largement plébiscité. Les outils de communication prenant en compte l’évolution des technologies et des pratiques d’expression ont été mis en avant.

Les participants ont fait plusieurs constats : mépris de l’environnement, accélération de l’urbanisation sans aucun contrôle, détachement de la municipalité du Parc Naturel du Gâtinais, mise à la poubelle de l’agenda 21 élaboré collectivement et validé à l’unanimité…

Face à cet état des lieux, l’appel à prendre des mesures locales engageant vraiment notre ville dans la transition écologique est apparue comme une priorité.

Un constat sans appel

Les réflexions se sont également portées sur le centre-ville. Il est ressenti comme étant en plein démantèlement, après avoir été conforté pendant des années, avec l’installation d’équipements publics, ou la revitalisation du commerce de proximité. Les échanges ont aussi abordé la place de notre commune dans l’agglomération melunaise qui pousse à valoriser nos espaces périphériques au profit, avant tout, des attentes des promoteurs immobiliers. Notre entrée de ville en est l’illustration.

Le délaissement du service public et son assouvissement à des intérêts privés a été beaucoup commenté. La destruction de la mairie et sa conséquence – éloignement des services à la population – en est un des tristes exemples.

Enfin, l’indifférence aux fondamentaux du quotidien, tels que les habitants sont en droit d’attendre de leur collectivité, ont été rappelés. Propreté, sécurité, réfection des routes, entre autres, doivent redevenir des priorités organisées, programmées et efficacement traitées.

Mobilisation

Cette réunion majeure, samedi dernier, en appellera d’autres. Les Féréopontains sont de plus en plus mobilisés pour sortir de cet engrenage voulu par le maire et son équipe qui nous mènent dans le trou… sous les gravats !

Beaucoup, devant le désastre de la gestion de la municipalité, ont choisi de quitter la commune où ils ne se reconnaissent plus et dans laquelle ils estiment ne plus avoir leur place.

Pourtant, il existe d’autres orientations.

Après 2h 30 de riches débats, le message de conclusion est essentiel :

un autre choix est possible !

Un avenir semé de bombes à retardement

Après avoir fait exploser les impôts dans toutes les collectivités où il siège, après avoir fait déraper l’endettement à 50% de plus que la moyenne nationale, le maire se prépare à laisser sous le tapis de lourds dossiers pour les années à venir, véritables bombes à retardement pour la prochaine équipe municipale et les Féréopontains.

Absence d’entretien des routes

Depuis 5 ans, les routes sont totalement délaissées. Aucune n’aura été entretenue ni refaite durant ce mandat. Avec un réseau de 50 kilomètres de route sur notre commune, ce sont entre 500 000 euros et 800 000 euros qui sont nécessaires chaque année pour assurer cette charge. Faute de cela, la dégradation continue et le coût de l’entretien ne fera qu’augmenter, d’autant qu’aucun budget n’est prévu pour 2019.

Absence d’entretien du patrimoine communal

Que ce soit les 26 Couleurs, ou les écoles qui se dégradent un peu plus chaque jour, que ce soit les équipements collectifs ou ceux utiles à tous, comme les châteaux d’eau de la ville dans un état déplorable, il n’existe aucune politique d’entretien. Combien de défaillances, d’animations annulées, de manifestations reportées dues à des problèmes qui n’auraient pas dû exister si un entretien régulier avait été assuré ? Sans parler d’un des bâtiments de l’actuelle mairie, acheté 1,2 million d’euros et qui reste désespérément en friche faute de réhabilitation. Coût des travaux : 1 million d’euros !

Non-respect des règles et des normes imposées par la loi

Le plan d’accessibilité est quasiment au point mort, à chaque fois repoussé, malgré les rappels à chaque présentation en conseil municipal. La moindre animation sur la question du handicap sert d’alibi pour masquer l’absence d’avancées sur l’accès aux équipements.

La question de la transition écologique n’est pas mieux traitée. Les collectivités ont pourtant l’obligation de réduire de 20% la consommation énergétique de leurs équipements d’ici 2020. Pourtant, aucun investissement en ce sens n’a été fait durant tout le mandat. Et rien n’est prévu sur la dernière année en cours.

Des dossiers majeurs stoppés et délaissés qu’il faudra bien faire aboutir

Deux exemples :

La zone d’activités de la Mare aux loups.

Remplie aux 2/3 grâce à l’arrivée de Toys »R »Us, un projet tout prêt pour le dernier tiers de la zone a été mis à la poubelle. Objectif du maire : confier ces terrains à BDM déjà heureux détenteur des terrains du centre-ville obtenus à moitié prix de leur valeur (200€ du m²). Sur la Mare aux loups, BDM, intermédiaire imposé par le maire pour commercialiser la zone, va récupérer sa marge sur des terrains restés sans commercialisation depuis de trop nombreuses années.

La réhabilitation des friches du bord de Seine :

Un groupement d’investisseurs devait rendre son projet pour juin 2014. Mais à son arrivée, la nouvelle équipe municipale stoppe tout. Depuis, plus rien ne se passe. Les intérêts des terrains déjà achetés se cumulent année après année, rendant l’opération de réaménagement de moins en moins possible. La seule solution sera de densifier un maximum de logements sur cette zone. Peut-être est-ce d’ailleurs l’objectif de cette inertie totalement incompréhensible ?

Ces lourds dossiers laissés en souffrance devront être assumer par les Féréopontains et gérées, après les élections municipales de mars 2020, par les successeurs de l’actuelle municipalité au bord de l’explosion.

Samedi 13 avril, à 17H00 salle Ginette Rivière, les élus de l’opposition du groupe Transition engagent le débat avec les Féréopontains pour préparer, avec eux, l’avenir de la commune.

Ce sera l’occasion de rappeler qu’il faudra déjà assumer les conséquences des actes ou des absences d’actes de l’actuelle équipe municipale dont le mandat restera gravé comme étant le plus catastrophique de toute l’histoire de notre commune.

Quel avenir pour Saint-Fargeau-Ponthierry ?

La majorité municipale de Saint-Fargeau-Ponthierry a entamé sa dernière année de mandat. Après 5 ans passés aux commandes de la ville, le maire et son équipe doivent maintenant répondre de leur bilan.

Urbanisme, solidarité, gestion financière, démocratie, vie associative, vie citoyenne, les saccages perpétrés contre notre ville sont nombreux.

Face à ce constat, quel est le sentiment des citoyens ? Le résultat est-il conforme à ce qu’ils attendaient ? Quelle ville espèrent-ils ?

A un an des élections municipales, il est temps d’envisager l’avenir. Cet avenir doit se construire avec tous les Féréopontains.

Pour en parler, les élus de l’opposition du groupe Transition invitent les Féréopontains à une

Réunion publique

Le samedi 13 avril 2019, à 17h,

salle Ginette Rivière

(à côté du terrain de pétanque)

Pour échanger sur votre quotidien, vos attentes,

sur VOTRE vision de VOTRE commune.

La transition : une promesse d’avenir

.

C’était en décembre 2015 à Paris. La COP21 (Conférence des parties sur le climat) se refermait sur un espoir. Celui que le réchauffement climatique soit contenu en deçà des 2°C d’ici 2100.

Depuis, c’est la déception et l’inquiétude. Les événements climatiques majeurs se multiplient. Les Etats-Unis se sont retirés de l’Accord de Paris. Et la COP24 qui s’est tenue fin 2018 en Pologne a accouché d’une souris. L’urgence semble ne pas avoir été perçue.

Ce rendez-vous manqué est symptomatique de l’insuffisance d’actions, voulue ou subie, de nos gouvernants, qui ne s’attaquent pas réellement aux causes du réchauffement de la planète.

Le dérèglement climatique mondial est dû essentiellement à l’utilisation débridée des énergies fossiles, dont le pétrole, principal vecteur de pollution. Or, le pic pétrolier a été atteint entre 2005 et 2010. Depuis, la production peine à répondre à la demande qui ne cesse d’augmenter.

Finalement, c’est notre environnement qui en subit les conséquences, notre planète que l’on oublie et les peuples que l’on sacrifie. Il est donc urgent de mettre en œuvre les solutions pour envisager un monde sans pétrole.

Malgré les renoncements des gouvernements, il faut garder espoir. Si ce n’est grâce aux États, c’est par la mobilisation et l’engagement concret de la société civile que les solutions émergent. Au quotidien, les ONG, les citoyens, les collectivités locales, s’emparent déjà de cet enjeu climatique.

La transition, écologique, économique, sociale et solidaire, s’organise. A défaut d’impulsion nationale, c’est localement que se trouve la clé. De nombreuses communes multiplient les initiatives dans les domaines de l’habitat, des déplacements, de l’alimentation, de la santé, de l’emploi, de l’énergie, de la démocratie.

Cette transition, portée par une ville dans son ensemble, un quartier ou par un collectif d’habitants, se vit aussi bien dans les territoires ruraux que dans des quartiers urbains : Trièves, Bordeaux, Salies-de-Béarn, Épinal, Les Mureaux ou Grande-Synthe… les exemples de territoires où tout est construit et vu sous le prisme de la transition, fleurissent partout. Et l’adhésion des habitants est recherchée à chaque nouvelle action mise en place.

Partout ? Pas vraiment en fait.

A Saint-Fargeau-Ponthierry, cette transition écologique et solidaire, on en est loin. Là où des territoires agissent pour une vie plus respectueuse de l’environnement et de l’humanité, chez nous, le développement de la commune se fait sans conscience environnementale, sans respect ni concertation des habitants, sans vision de l’avenir.

Espaces agricoles sacrifiés, environnement délaissé, densification débridée de l’urbanisme, engorgement des déplacements, services publics délaissés, solidarité oubliée… la liste des renoncements est longue.

Pourtant, rien n’est inéluctable. Il est encore temps d’imaginer la ville et la société de demain.

Pour notre avenir et celui de nos enfants, organisons la transition pour faire revivre et espérer Saint-Fargeau-Ponthierry.

RPA et les élus de l’opposition du groupe Transition
vont s’y employer avec vous, dès cette année 2019.

Explosion des effectifs du collège : les élus du groupe Transition prennent position

.

L’explosion des effectifs du collège François Villon de Saint-Fargeau-Ponthierry demande des réponses cohérentes à prendre en urgence, et de l’anticipation raisonnée pour l’avenir.

A la rentrée 2019, les collégiens vont devoir subir à nouveau les effets du triplement du rythme de construction imposé à la commune depuis 2014.

Nous n’avons cessé d’alerter la majorité municipale sur la nécessité d’accompagner cette politique d’urbanisation voulue, par une politique d’investissement susceptible de produire les équipements indispensables et notamment des établissements scolaires.

Nous avons alerté sur les chiffres tronqués fournis l’année dernière à l’Education Nationale dont le seul but était de cacher les effets de cette frénésie immobilière imposée à la ville (3ème ville de Seine-et-Marne par le rythme de progression de la population).

Nous avons, il y a trois mois, dénoncé le nouveau PLU, voté le 17 septembre 2018, qui ne prévoit aucun emplacement pour un nouveau collège apparaissant pourtant comme indispensable depuis au moins un an.

Absence totale d’anticipation ou nouvelle capitulation de la municipalité
devant les exigences de Dammarie-les-Lys qui revendique d’accueillir cet établissement ?

En attendant la construction de ce collège, des générations de collégiens se préparent à vivre, pendant plusieurs années, une scolarité dans des conditions de vie scolaire inadaptées dues au choix de les concentrer dans un même lieu contraint par des espaces limités.

Dès la rentrée 2020, le collège devra accueillir au moins 1 000 élèves.

Certes, des salles de cours seront réalisées d’ici là. Mais les conditions de vie scolaire seront peu propices à la sérénité d’adolescents qui auront bien du mal à accéder à la restauration scolaire dans de bonnes conditions, ou à partager les cours de récréation surchargées.

Aussi, les élus d’opposition du groupe Transition :

  • Demandent que, face au choix de concentrer 1 000 collégiens dans un même établissement prévu initialement pour 600 élèves, puisse être étudiée en urgence l’hypothèse d’une annexe du collège dans les bâtiments municipaux de proximité ouverts par exemple aux enfants de 6ème.
  • Exigent que la construction du nouveau collège se fasse sur la commune de Saint-Fargeau-Ponthierry. C’est notre commune qui est à l’origine de la surpopulation scolaire et il est impensable d’imaginer les enfants de la commune devoir se déplacer tous les jours en cars sur Dammarie les lys, commune déjà pourvue de deux collèges.

Mars 2014 – décembre 2018 : les élus de l’opposition dressent le bilan de leur action

.

A l’approche de cette fin de mandat les élus de l’opposition de Saint-Fargeau-Ponthierry souhaitent vous rendre compte du bilan de nos actions depuis mars 2014.

 

Dans ce numéro de leur lettre, les élus du groupe « Transition » dressent le bilan de leur mandat depuis mars 2014.

Ils ont porté trois orientations majeures, en défendant une certaine vision de la commune.

Toujours constructifs, ils restent rassemblées, avec vous, pour envisager l’avenir.

A l’approche de cette fin de mandat, ils entendent vous rendre compte du de leurs actions.

© RPA

Lettre élus – décembre 2018

Mars 2014 / Décembre 2018 : le bilan

Madame, Monsieur,
A l’approche de cette fin de mandat nous souhaitons, par cette lettre, vous rendre compte du bilan de nos actions depuis mars 2014.
Elus par près de la moitié de la population, nous avons pris, en tant qu’élus minoritaires, trois orientations majeures :

Première orientation :
Défendre la vision de la commune telle que l’ont souhaitée les Féréopontains
qui nous ont donné mandat pour les représenter

Cette vision de Saint-Fargeau-Ponthierry et de son devenir nous a amenés à nous opposer sur des points majeurs concer-nant sa gestion par Jérôme Guyard et son équipe :
• Nous avons réagi à chaque suppression de service public (ferme pédagogique, outils démocratiques comme les conseils de quartier ou le conseil des associations, transport à la demande, la fin de l’école multisports et des stages sportifs pour les enfants pendant les vacances…)
• Nous avons contesté deux augmentations d’impôts successives inutiles alors qu’au même moment, en 2014 et en 2015, l’augmentation des indemnités des élus a été votée deux fois de suite, dont celle d’un élu qui n’est jamais venu. Pour mémoire, avant 2014, nous avions réussi à stabiliser les taux d’imposition pendant 12 ans.
• Nous avons dénoncé, et continuerons à le faire, le bradage des terrains communaux du centre-ville. Ceux-ci ont été cédés à moitié prix de leur valeur, en contrepartie de l’achat d’un ensemble de bâtiments industriels, sous prétexte d’amélioration de la mairie. Un de ces bâtiments reste pour l’heure en friche car nécessitant plus d’un million d’euros supplémentaire pour le rendre utilisable.
Sur ce dernier sujet, nous avions régulièrement, en notre temps, agrandi et amélioré le patrimoine communal.

➔ Depuis mars 2014, nous avons surtout dénoncé la vision de la majorité sur le devenir de Saint-Fargeau-Ponthierry et notamment :

 

  • Le déplacement des services municipaux à l’extérieur du coeur de ville (Services administratifs, police municipale, CCAS…)
  • L’absence de services médicaux supplémentaires, lorsque la municipalité a décidé d’investir à perte 600 000 euros pour des cabinets de médecins sans aucune amélioration en contrepartie. Le choix de la majorité ne permet pas la mise en place d’une permanence de soins comme cela vient d’être réussi sur une commune voisine avec huit fois moins d’investissement communal.
  • L’accélération de l’urbanisation dont le rythme a triplé depuis 2014 grâce aux nouveaux documents d’ur-banisme (PADD, PLU…) qui ouvrent la voie à la transformation de notre commune en une banlieue dortoir. Cette urbanisation se fait sans aucun respect de l’environnement, ce qui faisait pourtant la spéci-ficité ce notre ville.
  • La destruction du bâtiment de la mairie, sans attendre le résultat du recours contre sa démolition déposé au Conseil d’Etat. Cette démolition a été accordée par le maire et l’adjointe à l’urbanisme le 14 janvier 2016. La mise sous gravats de notre histoire et des nombreuses traces de notre patrimoine que la commune s’était engagée à préserver (outillages de l’artisan-forgeron monsieur Bailly) est pour nous un scandale inutile et irréparable.

 

Deuxième orientation :
Ne pas jouer un rôle d’opposition systématique

Bien qu’exclus de toute commission, de tout groupe de travail, nous avons fait le choix d’accompagner les délibérations concernant la gestion classique de la commune et, en cas de désaccord, de proposer systémati-quement une situation alternative mieux adaptée et plus pertinente.

Troisième orientation :
Faire en sorte que les droits fondamentaux soient préservés et que la loi quelque peu bafouée par le maire, puisse s’appliquer

➔ Pour que les élus d’opposition puissent avoir un droit d’expression dans les publications municipales (Jugement du tribunal en date du 19 octobre 2016)
➔ Pour que chaque association puisse disposer de salles de réunions, même celles qui sont mal perçues par le pouvoir en place (jugement du tribunal du 7 mai 2018)
➔ Pour que les documents communicables du fait de la loi puissent être accessibles à tous (jugement du tribunal du 16 mai 2017)
Il est regrettable que seules les décisions des tribunaux et des condamnations amènent le maire à se conformer à la loi, là où son rôle premier serait de la faire respecter.

C’est pour cela que nous avons décidé de nous rassembler pour affronter les défis de l’avenir.

Ils ne doivent plus être dictés par les profits de l’immobilier avec qui Jérôme Guyard a toujours eu des relations privilégiées.

 

Plus que jamais, il est important que vous participiez aux prochaines échéances municipales de 2020 qui détermineront le futur de votre cadre de vie quotidien.
Pour cela, nous vous invitons à vous inscrire dès maintenant sur les listes électorales de la commune avant fin décembre. Vous pourrez ainsi participer également au scrutin des élections européennes qui se dé-rouleront le 26 mai 2019.

Les élus du groupe Transition vous souhaitent de bonnes fêtes !

 

© RPA

© RPA

1 2