Danièle Masson, une vie d’engagements

Nous avons perdu une amie.
Danièle Masson nous a quittés discrètement vendredi. Elle se sera battue jusqu’au bout avec un grand courage.


Militante exigeante, elle aimait s’engager, proposer, aller à la rencontre des habitants, être à l’écoute des attentes sociales.
Élue dans l’équipe de Lionel Walker, totalement impliquée dans la victoire électorale de Séverine Félix-Boron, elle a été de toutes les initiatives durant ces 6 années passées ensemble à RPA.


Nous avons perdu une amie qui venait tout juste d’être grand-mère.
Nous pensons très fort à elle et à sa famille.

Les obsèques de Danièle auront lieu le jeudi 27 août, à 15h30, au crématorium de Moulignon, à Saint-Fargeau-Ponthierry. L’accès à l’intérieur de la salle sera limitée à 25 personnes. Mais vous pourrez être présents à l’extérieur pour la saluer, en respectant les distances de sécurité sanitaire et les gestes barrière.
Vous pourrez également lui rendre hommage au centre culturel des 26 Couleurs, à partir de 16h30, où un moment convivial sera organisé.

Municipales 2020 : Séverine Félix-Boron s’adresse à vous pour le second tour

A l’occasion du second tour des élections municipales du 28 juin 2020, Séverine-Félix-Boron, au nom de la liste Ensemble et autrement, s’adresse à vous.

Séverine FELIX-BORON s'adresse à vous.

Notre tête de liste Séverine FELIX-BORON s'adresse à vous avec cette vidéo.Nous vous souhaitons un très bon visionnage.

Publiée par Ensemble et Autrement avec Séverine Felix-Boron sur Dimanche 7 juin 2020

Conseil municipal du 4 juin : posez vos questions

Les élus d’opposition du groupe Transition viennent d’obtenir la tenue d’un conseil municipal début juin afin que soient rendues de façon totalement transparentes les décisions prises par le maire. La loi du 1er avril a renforcé les pouvoirs des exécutifs locaux, autorisant les maires à prendre les mesures nécessaires pendant la crise sanitaire.

Mais une contrepartie est imposée à cette extension de pouvoir pendant la crise : que le maire rende compte régulièrement de ses décisions à tous les élus du conseil municipal dont les mandats ont été prolongés jusqu’aux résultats du deuxième tour des élections municipales.

Alors que la dépense publique de la ville s’accélère, que des marchés sont passés et que de nouveaux permis de construire s’affichent à Saint-Fargeau-Ponthierry, jamais la moindre information n’a été fournie aux élus de l’opposition. C’est pourtant ce qui se pratique dans la plupart des communes et notamment à l’agglomération melunaise.

La loi permet que, lorsque plus de 20% des conseillers municipaux demandent la convocation d’un conseil municipal, celui-ci devient obligatoire. Les sept élus du groupe Transition ont donc fait cette demande. Compte tenu des difficultés du moment, ils ont toutefois laissé au maire un délai d’un mois pour l’organiser, là où la loi obligerait sa mise en place sous six jours.

La campagne électorale est légitimement suspendue. Mais la vie démocratique n’a pas à être interrompue.

La loi doit être respectée. La municipalité doit rendre compte et informer de façon transparente des décisions prises.

Les élus du groupe Transition avaient demandé que la date et l’heure de ce conseil municipal soient décidés en commun avec l’ensemble des élus. Ils demandaient également que l’ordre du jour soit décidé de façon partagée et concertée.

Ces demandes ont été vaines. Après une première date fixée arbitrairement au 2 juin, le conseil municipal se tiendra finalement le jeudi 4 juin à 18h30 en mairie. Seul point positif : comme les élus d’opposition l’ont demandé, une retransmission en direct du conseil aura lieu afin que chacun puisse suivre les débats.

Les Féréopontains auront donc la possibilité d’assister aux débats.

Mais ils ne pourront pas poser de questions en fin de séance.

RPA propose donc à l’ensemble des habitants qui le désirent de faire parvenir les questions qu’ils souhaitent voir poser au maire ou aux élus présents.

Ces questions seront confiées aux élus du groupe Transition qui se feront ce jour-là le relais des demandes de l’ensemble des Féréopontains.

Nous nous engageons à diffuser les réponses obtenues.

Pour nous faire part de vos interrogations, vous pouvez :

Les élus d’opposition demandent un conseil municipal spécial crise sanitaire

Jamais une telle situation n’aura demandé autant d’effort individuel et de partage collectif.

Jamais un tel chamboulement des situations n’aura enclenché autant de solidarités, notamment vis-à-vis de celles et ceux qui sont aux avant-postes, de celles et ceux qui assurent le maintien du service public, mais aussi en direction des plus fragiles socialement et économiquement qui sont encore plus déstabilisés par ce contexte.

Jamais une telle crise n’aura nécessité autant de mutualisation des forces, des connaissances et des réflexions de chacun au service d’une véritable intelligence collective pour arriver à faire face à cette crise sanitaire inédite et à la vaincre.

Mais pourquoi ce travail collectif dépassant tous les clivages, qui n’ont pas leur place dans cette situation, n’est-il pas possible à Saint-Fargeau-Ponthierry ?

Le 16 mars, le président de la République annonçait la mise en place du confinement. Quelques jours après, les élus d’opposition du groupe Transition ont proposé au maire de s’associer à la cellule de crise mise sur pied et de participer à la cogestion de la période qui s’ouvrait. Certains élus se sont inscrits sur la plateforme de solidarité. D’autres ont pris ciseaux et aiguilles, ou ont mobilisé leurs relations pour réaliser des masques dans le cadre de l’opération « Masqu’et vous » en demandant simplement de pouvoir être associés aux conditions de distribution.

Mais courrier de fin de non-recevoir, absence de sollicitation sur la plateforme, non prise en compte des propositions, ont été les seules réponses obtenues du maire. Un maire qui prétend tout faire seul, tout réaliser et communique toujours tout en son nom seul. Mais un maire qui oublie simplement de respecter les dispositions de base de la loi définie spécialement par le gouvernement dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. Parmi ces mesures figure notamment celle qui, pour garantir la démocratie, l’oblige de rendre compte des décisions de la municipalité, en contrepartie de l’élargissement des pouvoirs des maires.

Pour avoir les réponses aux questions que tout le monde se pose, et pour faire entendre des propositions et des besoins essentiels, les élus d’opposition ont donc demandé la convocation, sous un délai d’un mois, d’un conseil municipal dédié spécialement à la crise sanitaire. Ce conseil se tiendrait sous forme dématérialisée, comme les nouvelles dispositions le permettent, afin de ne pas faire prendre de risque à qui que ce soit.

Les Féréopontains ont le droit de poser toutes les questions qu’ils veulent. Ils sont en droit de ne pas se contenter de la propagande officielle.

Le maire a l’obligation de répondre favorablement à cette demande de conseil municipal.

En attendant que la date soit donnée, RPA va lancer un grand questionnaire auprès de la population. Les élus du groupe Transition se feront les relais des interrogations des Féréopontains lors de ce conseil municipal. La séance devra, par ailleurs, être accessible publiquement à distance.

Après la crise, réinventons demain

Restons chez nous !

Depuis près d’un mois, c’est le mot d’ordre que nous devons suivre pour tenter d’endiguer la progression du coronavirus.

Depuis près d’un mois, nous essayons de nous adapter à cette situation inédite, en repensant notre mode de vie, nos besoins de consommation, en travaillant autrement, parfois trois fois plus pour ceux qui assurent les soins ou les besoins essentiels à la vie quotidienne de tous, ou pour ceux contraints au chômage partiel, en essayant de s’organiser pour assurer l’essentiel.

Depuis près d’un mois, on redécouvre la pertinence d’avoir un service public fort et performant… l’urgence d’avoir un système de santé de pointe, ayant les moyens de ses ambitions, et reconstruit avec les soignants et les usagers… On lui promet même des lendemains chantants…

Et depuis près d’un mois, des nouvelles solidarités apparaissent… ou plutôt, reprennent du sens…

Repenser l’avenir

Au-delà de la question sanitaire qui reste prioritaire, cette épidémie du coronavirus peut-elle être révélatrice des dérives de notre modèle de société, que ce soit en matière d’alimentation, de consommation, de déplacements, de pollution, d’économie, d’inégalités sociales… ? 

Et quelle transformation primordiale doit-elle engendrer ? 

Ces questions, nous devons nous les poser ici, à Saint-Fargeau-Ponthierry, pour préparer la sortie de cette crise.

Mais dès à présent, le besoin d’écoute, de partage d’expériences, de mise en commun d’idées, d’initiatives, est essentiel. Nous avons besoin de tous pour faire face à la pandémie. C’est par l’union des compétences et des engagements de chacun que nous, citoyens, en sortirons plus forts.

C’est dans cet esprit que les élus d’opposition du groupe Transition ont proposé leurs services pour être démocratiquement associés à la cellule de crise mise en place pour lutter contre la propagation du virus. Cette proposition, le maire l’a purement et simplement refusée.

Une occasion manquée…

Révolution des consciences

Qu’importe. Une fois que la crise sanitaire sera derrière nous, il faudra que l’action collective amène les transformations nécessaires à notre société. Notre ville ne pourra pas s’exonérer d’en tirer les conséquences. Une révolution des pratiques démocratiques et une révolution des consciences doivent avoir lieu, pour faire société autrement et pour vivre la ville différemment, à l’écoute et avec l’implication des habitants.

Des nouvelles solidarités apparaissent partout. Elles doivent reprendre du sens dans les politiques nationales. Saint-Fargeau-Ponthierry ne doit pas passer à côté.

N’hésitez pas à nous faire part de vos réflexions, vos contributions. Elles sont essentielles.

Echangeons, ensemble.

rassembler.avenir.stfp@gmail.com

1 2 3 15