Second tour de la présidentielle : faire barrage à l’extrême droite

Pour la troisième fois depuis le début de la Ve République, l’extrême droite s’est qualifiée pour le second tour de l’élection présidentielle. C’est la deuxième fois de suite. Plus que jamais, elle est aux portes du pouvoir.

L’accession de Marine Le Pen à l’Elysée ferait peser un grave danger pour notre société. Sous couvert d’une image qu’elle veut « apaisée », la candidate RN porte le même projet destructeur qu’il y a cinq ans. La dédiabolisation du RN, tentée par ses dirigeants et accompagnée par les médias, ne trompe personne. Et le discours radical d’Eric Zemmour lui a permis d’apparaître plus consensuelle.

Mais ne nous y trompons pas. Rien dans son programme ne saurait être une chance pour la France. Candidate autoproclamée du pouvoir d’achat, elle ne résorberait nullement les disparités bien ancrées dans la société. Une fois élue, elle appliquerait un programme d’exclusion, sans rapport avec les attentes sociales légitimes que nos concitoyens expriment et qu’elle prétend comprendre. Il y aurait fort à craindre pour la liberté du débat démocratique, pour l’indépendance des corps intermédiaires, médias, justice, syndicats… Sous couvert de justice sociale, son credo économique reste libéral. Et n’oublions pas l’avenir de notre planète. Son programme écologique est creux. Elle reste profondément climatosceptique.

RN ou FN : la même idéologie

Héritière du Front national, elle est issue d’un clan qui, depuis huit élections, défend, les mêmes idées. On a changé la façade pour les rendre plus acceptables. Identité nationale, immigration, Europe, laïcité, peine de mort, IVG… Elle reste dans la tradition de son père. Ne nous laissons pas tromper : elle n’a pas changé !

Les solutions prônées par le parti d’extrême droite sont dangereuses. Elles jouent sur le rejet et la peur de l’autre. Elles cherchent à rendre responsables des maux de notre pays tous ceux qui n’auraient pas les bonnes origines, la bonne couleur, la bonne religion, le bon parcours. Ces solutions visent à plus de replis sur soi, plus d’isolationnisme.

Rien ne saurait justifier de donner les clés du pouvoir à madame Le Pen. Regardons les pays qui se sont laissé tenter par les partis nationalistes. Du Brésil de Bolsonaro, à la Hongrie de Viktor Orban, en passant par le sinistre Poutine en Russie, les conséquences des politiques mises en œuvre sont dramatiques. Sans parler de la parenthèse Trump aux Etats-Unis. Ce sont d’ailleurs les modèles de la candidate du RN qui revendique clairement sa filiation avec certains et son admiration des autres.

Dernier rempart

Face à elle, Emmanuel Macron apparaît désormais comme le dernier rempart pour préserver ce qui constitue les fondements de notre pays, même si l’on peut lui imputer, en partie, le succès remporté par les théories d’extrême droite. Depuis cinq ans, pour certains, les réponses à la colère et au désenchantement des Français n’ont pas été données. Pour d’autres, elles n’ont pas porté leurs fruits.

Au premier tour, certains parmi vous, parmi nous, ont accordé leur confiance au président sortant. D’autres, ont préféré se tourner vers d’autres candidats estimant que le chef de l’Etat avait failli. Ils ont voté alors pour un autre modèle de société. Que vous ayez voté ou non pour Emmanuel Macron, il ne reste aujourd’hui que lui pour défendre et préserver notre modèle de démocratie.

Un vote Macron, mais pas un blanc-seing

A RPA, nous sommes de sensibilités diverses. Mais face à ce danger et cette urgence, nous réaffirmons notre attachement à une France forte, républicaine, solidaire, progressiste, humaniste, multiple et riche de ses diversités. Les valeurs défendues par le RN sont donc en totale contradiction avec les nôtres.

A ceux qui seraient tentés par le vote blanc ou l’abstention, nous affirmons que, face au danger d’un Rassemblement national destructeur pour la France et pour l’Europe, il n’y a pas à tergiverser.

Cet appel à voter pour Emmanuel Macron ne vaut pas quitus. Ce n’est nullement un blanc-seing qui lui est donné, comme il ne l’aurait pas été pour un autre candidat. Mais cela reste un soutien franc à la République, nécessaire pour ce second tour, afin que ses valeurs soient défendues. Si le meilleur n’est pas forcément garanti, le pire reste possible. Le pire, ce sont nos valeurs mises à sac, une remise en cause des droits qui ne seraient pas les mêmes pour tous, la solidarité qui ne s’appliquerait pas à tout le monde, le renoncement à nos libertés et l’affaiblissement de notre démocratie.

  • Pour notre liberté qui ne peut se négocier et encore moins s’amputer.
  • Pour une égalité bien réelle entre toutes et tous, face à l’emploi, aux aides sociales, à l’accès aux soins et au socle de droits
  • Pour la fraternité, la générosité et l’humanité envers tous comme le respect de notre environnement partagé.

Dimanche 24 avril 2022, votons Emmanuel Macron !

© RPA

Election présidentielle : voter par procuration

L’élection présidentielle se déroulera les dimanches 10 et 24 avril 2022.

Si vous êtes absent ce jour-là ou si vous ne pouvez pas vous déplacer pour aller voter, vous pouvez participer au scrutin en votant par procuration.

Il est encore temps de faire la démarche.

Où faire la démarche ?

Pour donner procuration, l’électeur doit se présenter :

  • dans un commissariat de police (où qu’il soit),
  • ou une gendarmerie (où qu’elle soit),
  • ou au tribunal dont dépend son domicile
  • ou au tribunal dont dépend son lieu de travail.

A qui donner votre procuration ?

Vous pouvez donner procuration à la personne de votre choix. 

A noter que depuis le 1er janvier 2022, vous pouvez donner procuration à un électeur inscrit sur la liste électorale d’une autre commune que la vôtre.

Le mandataire devra cependant toujours se rendre dans le bureau de vote du mandant pour voter à sa place.

Comment faire la démarche ?

L’électeur qui donne procuration doit remplir un formulaire.

Il peut choisir :

  • soit d’utiliser le formulaire disponible sur internet : il faut le remplir et l’imprimer, puis le remettre en personne à la gendarmerie, au commissariat ou au tribunal,
  • soit de remplir à la main le formulaire papier disponible à la gendarmerie, à la police ou au tribunal.

Election présidentielle : êtes-vous inscrits sur les listes électorales ?

Pour pouvoir voter à la prochaine élection présidentielle, ainsi qu’aux élections législatives, il y a un impératif : être inscrit sur les listes électorales. 

Aujourd’hui, sept millions de Françaises et de Français ne sont pas inscrits ou inscrites. Parfois, ils ou elles le sont, mais pas correctement ou au mauvais endroit par rapport au domicile. C’est peut-être votre cas. 

Il est encore temps de vous inscrire. La date limite est le 4 mars.

Pour vérifier si vous êtes bien inscrit ou inscrite, vous pouvez interroger votre situation électorale en renseignant tout votre état civil (bien mettre tous vos prénoms) et la commune où vous pensez être inscrit(e)s.

Pour vous inscrire, vous pouvez le faire en ligne

Munissez-vous d’un justificatif de domicile de moins de 3 mois et d’un justificatif d’identité.

Vous pouvez également aller en mairie munis des mêmes justificatifs, ainsi que d’un Formulaire cerfa n°12669 (aussi disponible en mairie)

Vous pouvez aussi faire faire la démarche par un tiers personne. Il lui faudra en plus un document écrit et signé attestant que vous lui confiez ce pouvoir

Vous pouvez encore faire la démarche par courrier en envoyant vos documents à votre commune de résidence.  

La mairie doit recevoir votre courrier au plus tard le 31 mars 2022.

Pour tout savoir : les élections en France

  • L’élection présidentielle aura lieu les 10 et 24 avril 2022.
  • Les élections législatives auront lieu les 12 et 19 juin 2022.

Dimanche 27 juin, votez utile, pour Salima Yenbou et Lionel Walker

Dimanche 27 juin aura lieu le second tour des élections départementales. Les deux binômes arrivés en tête dimanche dernier briguent vos suffrages.

Salima Yenbou et Lionel Walker seront face à la conseillère sortante Véronique Veau, associée à Vincent Paul-Petit.

Salima et Lionel sont les plus à même de porter des projets innovants pour notre commune et pour l’ensemble du canton, en matière de solidarité, d’environnement, de développement économique, de culture, d’éducation.

Leurs priorités pour le canton et Saint-Fargeau-Ponthierry :

 NE PLUS RESTER INDIFFERENT AUX QUESTIONS DE SECURITE

• Créer une Direction de la sécurité et de prévention contribuant à la lutte contre de la délinquance, les violences intrafamiliales et contre la radicalisation.

• Prévoir dans les contrats d’aides aux communes un volet sécurité

• Contribuer à la protection des pompiers lors de leurs interventions

RENFORCER LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION MEDICALE

• Compléter l’aide des territoires pour attirer les médecins

• Aide au financement des centres de santé et maisons médicales

• Aide à l’implantation d’un 2e centre d’IRM et au 1er centre permanent de veille sanitaire sur notre canton

PROTECTION DE L ‘ENVIRONNEMENT ET LES MESURES DE TRANSITION ECOLOGIQUE

• Encourager la structuration des circuits courts entre les producteurs locaux et les consommateurs (restauration collective)

• Renforcer la cohérence des liaisons douces en partenariat avec les villes et les communautés d’agglomération.

• Développer les espaces de co-workings, les aires de stationnement de vélos et véhicules près des gares, les réseaux de transports en commun.

MIEUX ACCOMPAGNER NOTRE JEUNESSE

• Remettre en place l’opération « Sacs à dos »

• Être un acteur de l’accès des jeunes et des associations à ERASMUS +

• Faire de la Seine et Marne un département test pour l’accès des jeunes de 18 ans au RSA

SOUTENIR LA REUSSITE EDUCATIVE

• Favoriser l’accès à un stage de qualité au sein d’une entreprise, d’une association ou d’une collectivité

• Créer un budget participatif dans les collèges pour favoriser un parcours de citoyenneté

• Proposer la gratuité du transport scolaire

Ils s’engagent aussi sur :

UNE NOUVELLE GOUVERNANCE AVEC LES CITOYENS

• Attribution de budgets participatifs

• Mise en place d’une assemblée citoyenne composées de représentants des cantons

• Accompagner les initiatives citoyennes

DE NOUVEAUX FINANCEMENTS ISSUS DE L’EUROPE

• Récupération par le Département de Fonds Sociaux Européens (FSE +) dédiés à la santé

• Création d’un bureau ERASMUS + pour accompagner et faciliter les voyages des jeunes et des responsables associatifs

Dimanche 27 juin, votez utile, pour Salima Yenbou et Lionel Walker, des élu(e)s départementaux de proximité et à votre écoute. Ils seront secondés par deux remplaçant(e)s : Manon Briand et Grégory Massamba.

Un seul bulletin de vote pour dessiner l’avenir de notre canton et notre commune :

Salima Yenbou et Lionel Walker

Ensemble pour notre territoire !

Départementales 2021 : les résultats du premier tour sur le canton

Le premier tour des élections départementales a livré son verdict pour le canton de Saint-Fargeau-Ponthierry.

Les deux binômes qui se retrouveront dimanche prochain sont :

  • Véronique Veau et Vincent Paul-Petit (LR), arrivés en tête avec 26,49% des suffrages exprimés
  • Lionel Walker (DVG) et la députée européenne Salima Yenbou (Cap Ecologie), deuxième avec 21,68%.

Ce sont les deux seuls binômes à pouvoir se maintenir.

En troisième position, on trouve le RN, Angela Colucci et Lilian Serre (20,73%). Derrière, les écologistes Jean-Michel Gambier et Laurence Laffitte-Goncalves totalisent 13,25% des voix.

Le conseiller départemental sortant Jérôme Guyard (LR), associé à Françoise Perreau (DVD), n’obtient que 10,13%.

Enfin les communistes Vincent Benoist et Sarah Machrouh ferment la marche avec 7,72% des suffrages.

Un constat alarmant : une abstention qui pointe à 73,83%, bien au-dessus de la moyenne nationale (66,1%).

A noter qu’à Saint-Fargeau-Ponthierry, Lionel Walker et Salima Yenbou sont à 32,05, Angela Colucci et Lilian Serre à 21,72%, Véronique Veau et Vincent Paul-Petit à 16,21%, Jérôme Guyard et Françoise Perreau à 15,56%, Jean-Michel Gambier et Laurence Laffitte-Goncalves à 11,06% et Vincent Benoist et Sarah Machrouh à 3,40%.

Dimanche 27 juin, amplifions la dynamique autour de Lionel Walker et Salima Yenbou.

Ils sont les plus à même de porter des projets innovants pour notre commune et pour l’ensemble du canton, en matière de solidarité, d’environnement, de développement économique, de culture, d’éducation.

Avec votre soutien, dessinons l’avenir de notre canton, aux côtés de Salima Yenbou et Lionel Walker et de leurs suppléants.

Elections départementales et régionales : voter par procuration

Les élections départementales et régionales auront lieu les dimanches 20 et 27 juin 2021.

Si vous êtes absent ce jour-là ou si vous ne pouvez pas vous déplacer pour aller voter, vous pouvez participer au scrutin en votant par procuration.

Il est encore temps de faire la démarche.

Où faire la démarche ?

Pour donner procuration, l’électeur doit se présenter :

  • dans un commissariat de police (où qu’il soit),
  • ou une gendarmerie (où qu’elle soit),
  • ou au tribunal dont dépend son domicile
  • ou au tribunal dont dépend son lieu de travail.

A qui donner votre procuration ?

Vous pouvez donner procuration à la personne de votre choix, à condition qu’elle soit inscrite sur les listes électorales dans la même commune que vous, mais pas nécessairement dans le même bureau de vote.

Comment faire la démarche ?

L’électeur qui donne procuration doit remplir un formulaire.

Il peut choisir :

  • soit d’utiliser le formulaire disponible sur internet : il faut le remplir et l’imprimer, puis le remettre en personne à la gendarmerie, au commissariat ou au tribunal,
  • soit de remplir à la main le formulaire papier disponible à la gendarmerie, à la police ou au tribunal.

Elections départementales : RPA s’engage

Les élections départementales et régionales auront lieu les 20 et 27 juin 2021.

Pour les départementales, RPA soutiendra un binôme de candidats, conformément à ses statuts qui précisent que l’association peut soutenir des candidats lors d’élections locales, nationales ou européennes.

Lors de sa dernière réunion, le bureau de RPA a ainsi acté que l’association soutiendra, sur le canton de Saint-Fargeau-Ponthierry, la candidature du binôme composé de Salima Yenbou et Lionel Walker, avec leurs suppléants Manon Briand et Grégory Massamba. L’ensemble de la majorité municipale de Saint-Fargeau-Ponthierry est également derrière eux.

Salima Yenbou est députée européenne écologiste, ancienne élue municipale à Dammarie-les-Lys.

Lionel Walker est 3e adjoint à la maire de Saint-Fargeau-Ponthierry, ancien conseiller général de Perthes-en-Gâtinais jusqu’en 2015, ancien maire de Saint-Fargeau-Ponthierry de 1995 à 2014.

Manon Briand, 20 ans, est très engagée sur sa ville de Boissise-le-Roi.

Grégory Massamba est 1er adjoint au maire de Nandy.

De grands enjeux s’ouvrent pour notre commune et pour l’ensemble du canton.

Des projets innovants sont nécessaires pour le bien de tous les habitants, en matière de solidarité, d’environnement, de développement économique, de culture, d’éducation.

Le conseiller départemental sortant, Jérôme Guyard, a été lâché par son parti. Il se présente contre Véronique Vau, son actuel binôme. Et le Rassemblement national est en embuscade sur le canton.

Face à cette situation, RPA estime que la candidature de Salima Yenbou et Lionel Walker est la mieux à même de défendre, auprès du conseil départemental, les intérêts de tous les habitants du canton, et notamment ceux de Saint-Fargeau-Ponthierry. Le canton a toujours été représenté par un élu municipal de notre commune. Il est important qu’il le reste.

Avec votre soutien, dessinons l’avenir de notre canton, aux côtés de Salima Yenbou et Lionel Walker et de leurs suppléants.

1 2 3 16