Budget 2020 : une vaine tentative de sauvetage électoral

Le 24 février, lors du dernier conseil municipal, le maire a expliqué son choix de ne pas voter le budget 2020 par l’imminence des élections municipales. Mieux, aucun débat n’a été proposé. Il souhaitait laisser la future équipe municipale mettre en place ses propres orientations. Le 1er tour des municipales a eu lieu. Puis la crise sanitaire a interrompu tout processus. 

Le déconfinement entamé, les élus de l’opposition ont réclamé la tenue d’un conseil pour aborder les questions liées à la crise. La loi, par l’ordonnance du 1er avril, obligeant le maire à répondre favorablement à cette demande, le conseil s’est tenu ce jeudi 4 juin. Mais, alors que des Féréopontains souhaitaient voir leurs questions relayées, ce conseil a été consacré exclusivement au vote du budget 2020. Soulignons ici que, dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, la loi permet de repousser jusqu’au 31 juillet le vote des budgets municipaux.

Mais qu’importe. Le maire a préféré oublier ses déclarations du mois de février pour faire passer un budget à trois semaines du second tour. Son argument : le besoin de budget pour que les services municipaux fonctionnent.

Pourtant, le maire a la possibilité d’exécuter toutes dépenses de fonctionnement dans la limite des 21 millions d’euros déjà prévus. Seraient-ils déjà dépensés ? De même, il n’y a aucune urgence à voter un budget d’investissement. Grâce à l’ordonnance du gouvernement du 25 mars, le maire a toute latitude pour investir sur notre commune près de 10 millions d’euros. Au total ce sont donc près de 30 millions d’euros qui peuvent être dépensés avant tout vote du budget. On pouvait donc attendre le second tour et procéder au débat et au vote avant le 31 juillet.

La dernière bouée de sauvetage d’un navire à la dérive

En fait, ce budget apparaît surtout comme une opération de sauvetage électoraliste. Le maire explique que les investissements seront réduits, mais annonce une hausse de 22% du budget d’Investissement. Pour y mettre les promesses auxquelles plus personne ne croit ? Pour cela, plus de trois millions d’emprunts seront contractés. Conséquence : une aggravation de la dette qui atteindra plus de 20 millions d’euros. Un record pour la ville. Mais pour quels investissements ? On se le demande, quand déjà les autres années seulement 40% des annonces étaient réalisées  

Ce budget traduit la dégradation générale que connaît la commune. Il est inapproprié, inconséquent, inadapté et inapplicable.

Inapproprié, car voté à quelques jours du second tour qui mettra en place une nouvelle majorité, quels que soient les résultats.

Inconséquent, car ne correspondant à aucune vision de la gestion de la ville et encore moins du service public à rendre aux habitants. C’est même le démantèlement du service public qui se poursuit. 

Inadapté, car il ne prend pas en compte les effets de la crise. Inadapté, car depuis 6 ans, nos routes sont délaissées, le patrimoine délaissé à l’image des châteaux d’eau, des écoles, de la place de la Résistance et de la Déportation et autres éléments remarquables de la commune. Inadapté, car en pleine crise sociale, la subvention du CCAS est en baisse de 10%. Inadapté enfin, car aucun budget n’est prévu pour engager la transition écologique qui s’impose à nous encore plus fortement depuis la crise.

Inapplicable, car comme les autres années, les investissements annoncés ne pourront se réaliser cette année. Le maire lui-même le dit.

Dernière manœuvre pour éviter le naufrage

On se désole donc de voir un budget 2020 concocté et présenté en urgence dans la seule perspective du 28 juin.

Dès 2015, nous avons démontré que les orientations prises par la majorité municipale conduiraient à une dégradation profonde de la commune. Mais en capitaine n’écoutant personne, le maire s’est obstiné à emmener le navire municipal sur les récifs. Certains de ses colistiers ont vu la catastrophe arriver et ont quitté l’embarcation, fuyant leur responsabilité dans le naufrage de notre commune. Pour un « capitaine fier de son équipage », comme le maire l’a clamé l’an dernier lors du vote du budget, se retrouver avec 14 démissions en six ans reflète le peu d’harmonie qui régnait.

Passé le 28 juin, la future équipe municipale aura la lourde charge de redresser le cap, de sortir le navire communal des sables mouvants dans lesquels il s’est fait prendre. Et elle devra repenser entièrement un budget répondant aux enjeux d’après crise et préparant un autre avenir pour Saint-Fargeau-Ponthierry.

Cette lourde tâche ne pourra être réalisée que par une véritable équipe mêlant à la fois expériences, compétences et envie de répondre aux besoins des Féréopontains !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre − 2 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.