Les voeux de Séverine Félix-Boron

Séverine Félix-Boron, maire de Saint-Fargeau-Ponthierry, d’adresse à vous à l’occasion de cette nouvelle année.

Chère Féréopontaine, Cher Féréopontain,

En premier lieu, je tiens à vous souhaiter une belle et heureuse année 2021 !

Pour cette nouvelle année, je porte l’espoir d’un contexte moins incertain et plus rassurant. Une nouvelle année qui nous permette de nouveau de nous rencontrer, d’échanger et partager ensemble des moments conviviaux au sein de notre commune.

Malheureusement, comme vous le savez, le contexte sanitaire et les mesures préfectorales, me contraigne à ne pouvoir vous accueillir pour la traditionnelle cérémonie des vœux.

En effet, comme l’ensemble des communes avoisinantes, les règles sanitaires qui nous sont imposées, pour préserver votre santé, nous obligent à devoir renoncer à ce beau moment de partage.

Nous venons de vivre une année 2020 particulièrement éprouvante et au vu des dernières annonces gouvernementales nous devrons vraisemblablement poursuivre nos efforts pour quelques mois encore.

Mais cette crise sanitaire ne freinera pas la mise en œuvre de notre projet municipal. Nous portons, plus que jamais, l’ambition de concrétiser les projets nécessaires à l’amélioration de votre cadre de vie.

Pour cela, nous concentrerons notre action sur trois axes majeurs :

• Une sécurité renforcée !

• Un cadre de vie amélioré !

• Une proximité retrouvée !

Saint-Fargeau-Ponthierry est notre bien commun à toutes et à tous: et c’est ensemble que nous réussirons à faire vivre notre ville.

Une nouvelle fois, et au nom du Conseil Municipal, je vous souhaite une belle année 2021.

Séverine Félix-Boron, maire de Saint-Fargeau-Ponthierry.

La démocratie participative est relancée

A Saint-Fargeau-Ponthierry, la démocratie participative est relancée.

C’est la décision que vient de prendre la municipalité, conformément à ses engagements, pour retisser le lien avec les Féréopontains.

Abandonnées pendant six ans, les permanences des élus reprennent sur le marché de Ponthierry.

Chaque dimanche un duo d’élus sera disponible pour échanger avec les Féréopontains au sein d’un stand clairement identifié.

Première permanence : ce dimanche 17 janvier, avec Nicole Lelièvre, adjointe au Maire aux Solidarités et aux conseils des hameaux et Albert Van de Bor, conseiller municipal délégué à la Démocratie participative et à la Vie associative.

La maire Séverine Félix-Boron ouvre une permanence en mairie. Elle sera toujours accompagnée par une ou un élu(e) de la majorité. Nous vous en préciserons rapidement les détails.

Et très régulièrement, l’équipe municipale ira à la rencontre des habitants, rue par rue, pour effectuer un diagnostic permanent de la ville.

C’était la promesse de l’équipe réunie autour de Séverine Félix-Boron : renouer le dialogue avec les Féréopontains. Pour vivre la ville ensemble.

Un centre de vaccination à Saint-Fargeau-Ponthierry

La Ville de Saint-Fargeau-Ponthierry ouvre son centre de vaccination Covid-19, dès lundi 18 janvier 2021 !

Le centre se situe en mairie, 184 avenue de Fontainebleau.

Il est obligatoire de prendre rendez-vous :

  • – Soit par téléphone au 06 25 40 55 22 (en appelant du lundi au vendredi de 9h00 à 17h00)
  • – Soit par internet via le site mis en place par le gouvernement www.sante.fr

La première phase de vaccination est réservée aux personnes âgées de 75 ans et plus (critère fixé par l’Agence Régionale de Santé).

La vaccination est effectuée uniquement par des médecins et des infirmiers agréés, qui sont en lien permanent avec l’Agence Régional de Santé.

Un sapeur-pompier est également présent au sein du centre de vaccination pour vous accompagner et vous aider.

La Municipalité met tout en œuvre pour vous accueillir dans les meilleures conditions au sein de notre centre de vaccination Covid-19, et les services municipaux vous accompagneront durant toutes les démarches.

Le mot de la maire, Séverine-Félix Boron.

« Votre santé est au cœur de nos préoccupations, il était primordial pour notre municipalité que vous puissiez bénéficier d’une vaccination dans votre ville et dans les meilleurs délais ».

Pour en savoir plus :

Centre de vaccination de Saint-Fargeau-Ponthierry

Téléthon 2020

Le Téléthon 2020 se déroulera vendredi 4 et samedi 5 décembre.

Malgré la crise sanitaire, cette édition, organisée par Jocelyne Le Sager et ses bénévoles, en lien avec les services municipaux, aura bien lieu. Mais sous une forme différente qu’à l’habitude.

Voici le message de la municipalité.

Pour cette année particulière, nous vous proposons de :

Participer au tournoi en ligne LEAGUE of LEGENDS

Participer à des challenges en lignes ludiques (sport, chanson, danse, …)

Confectionner des décorations pour orner un sapin de noël installé à la Mairie

Suivre la projection d’une pièce de théâtre sur la chaine YouTube de la ville

Acheter des « gourmandise solidaire » auprès de nos boulangers locaux

Toutes vos participations contribueront à soutenir la recherche médicale car la ville versera une subvention à l’AFM Téléthon.

1 action = 1 don

Et surtout n’oubliez pas, pour soutenir le Téléthon, appelez le 36 37 !

Rendez-vous sur le site internet de la ville pour découvrir tous les détails de cette opération caritative chère à beaucoup d’entre nous !

Les détails sur le site Internet de la ville

Paule Pérez, Féréopontaine engagée, s’est éteinte

RPA vient de perdre une amie.

Paule Pérez est morte ce mercredi 11 novembre, jour de son 88e anniversaire.

Paule était une figure de Saint-Fargeau-Ponthierry. Elle a notamment été, avec son mari, l’une des chevilles ouvrières de l’ARH Le Fil d’Ariane, l’association de recherches historiques de notre commune, dès sa création en 1987.

Très active dans toutes les structures de démocratie de proximité mises en place dès 1995, elle a participé activement au conseil de quartier de Ponthierry.

Elle qui a œuvré, sans ménager sa peine, à la restitution de l’histoire de la commune, elle s’était dite profondément choquée par la destruction en 2018 de la mairie historique, avenue de Fontainebleau.

Très présente dans les Conseils municipaux, elle suivait avec assiduité toute la vie de la commune.

Citoyenne engagée, fidèle amie de RPA, elle a affiché pendant 6 ans un soutien indéfectible à notre association et aux élus.

Diminuée depuis le décès de son époux, qu’elle a accompagné autant que possible, elle ne quittait plus Saint-Fargeau-Ponthierry. Sa ville restait le centre de ses attentions et de ses investissements. Les fidèles du marché ou des 26 Couleurs, dont elle était une habituée, la côtoyaient avec plaisir.

Attachée à l’idée d’une ville solidaire, sereine, où chacun à sa place, quelle que soit sa sensibilité, elle n’a pas manqué de soutenir Séverine Félix-Boron et son équipe lors de la dernière campagne municipale, jusqu’à leur élection. Le regard de Paule et sa parole nous étaient chers.

Son dynamisme, sa gentillesse, son affection, nous manquera.

Merci Paule.

Les obsèques de Paule Pérez auront lieu le lundi 23 novembre.

Un instant de recueillement se tiendra à 10h à la maison funéraire de Saint-Fargeau-Ponthierry, 5 rue du vieux moulin.

A 10h45, une cérémonie civile sera célébrée au crématorium de Moulignon, 395 rue du Clos Bernard, suivie de la crémation à 11h30.

Enfin, l’inhumation aura lieu à 14h45 au cimetière de Moulignon.

Au funérarium, il sera possible de rentrer 2 par 2. Au crématorium, la jauge est fixée à 25 personnes à l’intérieur.

Merci, à tous ceux qui le pourront, pour leur présence à ce dernier hommage à Paule.

Paule ne souhaitait pas de fleurs. En revanche, elle a émis le souhait que, ceux qui le veulent, fassent un don au profit de l’association Isis, qui œuvre pour améliorer la qualité de vie des enfants touchés par le cancer.

Vous pourrez réaliser son souhait lundi, au crématorium. Une boîte à dons sera à votre disposition.

Merci.

En hommage à Samuel Paty, en soutien aux enseignantes et aux enseignants

En hommage à Samuel Paty,

En soutien aux enseignantes et aux enseignants qui liront ce texte ce lundi,

En accompagnement des élèves qui l’écouteront,

En communion avec toute la communauté éducative qui observera une minute de silence,

Voici la lettre de Jean Jaurès aux institutrices et instituteurs écrite en 1888.

Pour que l’école continue à être le lieu de toutes les connaissances, de l’apprentissage de la tolérance, de l’éveil de la curiosité et de la construction de l’esprit critique.

Aux instituteurs et institutrices

Jean Jaurès. La Dépêche – 15 janvier 1888

« Vous tenez en vos mains l’intelligence et l’âme des enfants ; vous êtes responsables de la patrie. Les enfants qui vous sont confiés n’auront pas seulement à écrire et à déchiffrer une lettre, à lire une enseigne au coin d’une rue, à faire une addition et une multiplication. Ils sont Français et ils doivent connaître la France, sa géographie et son histoire : son corps et son âme. Ils seront citoyens et ils doivent savoir ce qu’est une démocratie libre, quels droits leur confère, quels devoirs leur impose la souveraineté de la nation. Enfin ils seront hommes, et il faut qu’ils aient une idée de l’homme, il faut qu’ils sachent quelle est la racine de toutes nos misères : l’égoïsme aux formes multiples; quel est le principe de notre grandeur : la fierté unie à la tendresse.

Il faut qu’ils puissent se représenter à grands traits l’espèce humaine domptant peu à peu les brutalités de la nature et les brutalités de l’instinct, et qu’ils démêlent les éléments principaux de cette œuvre extraordinaire qui s’appelle la civilisation. Il faut leur montrer la grandeur de la pensée ; il faut leur enseigner le respect et le culte de l’âme en éveillant en eux le sentiment de l’infini qui est notre joie, et aussi notre force, car c’est par lui que nous triompherons du mal, de l’obscurité et de la mort.

Eh quoi ! Tout cela à des enfants ! Oui, tout cela, si vous ne voulez pas fabriquer simplement des machines à épeler. Je sais bien quelles sont les difficultés de la tâche. Vous gardez vos écoliers peu d’années et ils ne sont point toujours assidus, surtout à la campagne. Ils oublient l’été le peu qu’ils ont appris l’hiver. Ils font souvent, au sortir de l’école, des rechutes profondes d’ignorance et de paresse d’esprit, et je plaindrais ceux d’entre vous qui ont pour l’éducation des enfants du peuple une grande ambition, si cette grande ambition ne supposait un grand courage.

J’entends dire, il est vrai : A quoi bon exiger tant de l’école ? Est-ce que la vie elle-même n’est pas une grande institutrice ? Est-ce que, par exemple, au contact d’une démocratie ardente, l’enfant devenu adulte ne comprendra point de lui-même les idées de travail, d’égalité, de justice, de dignité humaine qui sont la démocratie elle-même ? Je le veux bien, quoiqu’il y ait encore dans notre société, qu’on dit agitée, bien des épaisseurs dormantes où croupissent les esprits. Mais autre chose est de faire, tout d’abord, amitié avec la démocratie par l’intelligence ou par la passion. La vie peut mêler, dans l’âme de l’homme, à l’idée de justice tardivement éveillée une saveur amère d’orgueil blessé ou de misère subite, un ressentiment et une souffrance.

Pourquoi ne pas offrir la justice à des cœurs tout neufs ? Il faut que toutes nos idées soient comme imprégnées d’enfance, c’est-à-dire de générosité pure et de sérénité.

Comment donnerez-vous à l’école primaire l’éducation si haute que j’ai indiquée ? Il y a deux moyens. Il faut d’abord que vous appreniez aux enfants à lire avec une facilité absolue, de telle sorte qu’ils ne puissent plus oublier de la vie et que, dans n’importe quel livre, leur œil ne s’arrête à aucun obstacle. Savoir lire vraiment sans hésitation, comme nous lisons vous et moi, c’est la clef de tout. Est-ce savoir lire que de déchiffrer péniblement un article de journal, comme les érudits déchiffrent un grimoire ?

J’ai vu, l’autre jour, un directeur très intelligent d’une école de Belleville, qui me disait : « Ce n’est pas seulement à la campagne qu’on ne sait lire qu’à peu près, c’est-à-dire point du tout ; à Paris même, j’en ai qui quittent l’école sans que je puisse affirmer qu’ils savent lire. » Vous ne devez pas lâcher vos écoliers, vous ne devez pas, si je puis dire, les appliquer à autre chose tant qu’ils ne seront point par la lecture aisée en relation familière avec la pensée humaine.

Qu’importent vraiment à côté de cela quelques fautes d’orthographe de plus ou de moins, ou quelques erreurs de système métrique ? Ce sont des vétilles dont vos programmes, qui manquent absolument de proportion, font l’essentiel. J’en veux mortellement à ce certificat d’études primaires qui exagère encore ce vice secret des programmes. Quel système déplorable nous avons en France avec ces examens à tous les degrés qui suppriment l’initiative du maître et aussi la bonne foi de l’enseignement, en sacrifiant la réalité à l’apparence ! Mon inspection serait bientôt faite dans une école. Je ferais lire les écoliers, et c’est là-dessus seulement que je jugerais le maître.

Sachant bien lire, l’écolier, qui est très curieux, aurait bien vite, avec sept ou huit livres choisis, une idée, très générale il est vrai, mais très haute de l’histoire de l’espèce humaine, de la structure du monde, de l’histoire propre de la terre dans le monde, du rôle propre de la France dans l’humanité. Le maître doit intervenir pour aider ce premier travail de l’esprit ; il n’est pas nécessaire qu’il dise beaucoup, qu’il fasse de longues leçons ; il suffit que tous les détails qu’il leur donnera concourent nettement à un tableau d’ensemble.

De ce que l’on sait de l’homme primitif à l’homme d’aujourd’hui, quelle prodigieuse transformation ! et comme il est aisé à l’instituteur, en quelques traits, de faire sentir à l’enfant l’oeuvre des siècles, de lui faire mesurer l’effort inouï de la pensée humaine !

Seulement, pour cela, il faut que le maître lui-même soit tout pénétré de ce qu’il enseigne. Il ne faut pas qu’il récite le soir ce qu’il a appris le matin ; il faut, par exemple, qu’il se soit fait en silence une idée claire du ciel, du mouvement des astres ; il faut qu’il se soit émerveillé tout bas de l’esprit humain, qui, trompé par les yeux, a pris tout d’abord le ciel pour une voûte solide et basse, puis a deviné l’infini de l’espace et a suivi dans cet infini la route précise des planètes et des soleils ; alors, et alors seulement, lorsque, par la lecture solitaire et la méditation, il sera tout plein d’une grande idée et tout éclairé intérieurement, il communiquera sans peine aux enfants, à la première occasion, la lumière et l’émotion de son esprit.

Ah ! sans doute, avec la fatigue écrasante de l’école, il vous est mal aisé de vous ressaisir; mais il suffit d’une demi-heure par jour pour maintenir la pensée à sa hauteur et pour ne pas verser dans l’ornière du métier. Vous serez plus que payés de votre peine, car vous sentirez la vie de l’intelligence s’éveiller autour de vous. Il ne faut pas croire que ce soit proportionner l’enseignement aux enfants que de le rapetisser.

Les enfants ont une curiosité illimitée, et vous pouvez tout doucement les mener au bout du monde. Il y a un fait que les philosophes expliquent différemment suivant les systèmes, mais qui est indéniable : « Les enfants ont en eux des germes, des commencements d’idée. » Voyez avec quelle facilité ils distinguent le bien du mal, touchant ainsi aux deux pôles du monde ; leur âme recèle des trésors à fleur de terre : il suffit de gratter un peu pour les mettre à jour. Il ne faut donc pas craindre de leur parler avec sérieux, simplicité et grandeur. Je dis donc aux maîtres pour me résumer, lorsque d’une part vous aurez appris aux enfants à lire à fond, et lorsque d’autre part, en quelques causeries familières et graves, vous leur aurez parlé des grandes choses qui intéressent la pensée et la conscience humaine, vous aurez fait sans peine en quelques années œuvre complète d’éducateurs.

Dans chaque intelligence il y aura un sommet, et ce jour-là bien des choses changeront. »

Nouveau collège : la municipalité lance une grande concertation

La municipalité de Saint-Fargeau-Ponthierry lance une grande concertation sur l’implantation du nouveau collège.

Les élus entendent réfléchir avec l’ensemble de la population sur un sujet majeur pour l’avenir des enfants de la commune.

Voici la première étape de cette concertation, présentée par la municipalité.

Un futur collège viendra s’implanter sur notre commune dans les prochaines années.

La précédente mandature a ciblé un premier emplacement et a avancé sur ce sujet quelques jours avant les dernières élections municipales … sans concerter ce choix avec les Féréopontains.

Il nous parait indispensable de réfléchir cette future implantation avec vous. 

La première étape de cette concertation se résume en une question :

Souhaitez-vous maintenir l’emplacement prédéfini ou préférez-vous que nous proposions ensemble de nouveaux emplacements au département de Seine-et-Marne ?

L’emplacement pressenti par la précédente mandature se trouve en face du collège actuel François Villon. (voir le plan ci-dessous).

Soit à terme deux collèges dans la même rue, potentiellement 1600 collégiens regroupés sur un même secteur. Avec, déjà, sur ce même secteur, un groupe scolaire, la Maison de la Petite Enfance, le Cosec, le Sdis … 

À vous de participer ! Pour faire vivre notre démocratie locale et construire ensemble l’avenir de notre commune.

Pour vous prononcer, répondez ici.

Vous pouvez également répondre via le coupon disponible dans le journal municipal « Vivre Saint-Fargeau-Ponthierry », que vous avez reçu dans votre aux lettres.

Le sondage est ouvert jusqu’au 6 novembre  2020 (inclus)

1 2 3 41