Les 10 engagements du maire réalisés : « Je l’ai fait » !

Pour RPA, le maire de Saint-Fargeau-Ponthierry fait le point avec les Féréopontains sur ses promesses de campagne.

« J’ai réalisé les 10 points sur lesquels je m’étais très clairement engagé auprès de vous ! « 

« Vous m’avez élu pour que je détruise la mairie, afin de la transformer en un tas de gravats et l’installer hors du cœur de ville. Je l’ai fait !

Vous m’avez élu pour brader le patrimoine foncier de la commune à moitié prix, soit 200 euros le m², là où cela vaut plus de 400 euros. Je l’ai fait !

Vous m’avez élu pour démanteler la ferme pédagogique, qui accueillait 10 000 enfants par an, et supprimer ainsi sept emplois. Je l’ai fait !

Vous m’avez élu pour multiplier par trois le rythme de constructions de logements sur la commune. En tant qu’ancien président du BTP77, j’ai fait mieux ! Le rythme a été multiplié par quatre ! Et ce n’est pas fini. J’ai annoncé 1 500 logements sur les bords de la Seine avec des immeubles de six étages !

Vous m’avez élu pour ne plus entretenir pendant six ans aucune route, ni ouvrir le moindre mètre supplémentaire de liaisons douces pour compléter les 13 km déjà créés sur la commune. Je l’ai fait !

Vous m’avez élu pour arrêter les bonnes pratiques écologistes et environnementales en mettant à la poubelle toutes les préconisations de l’Agenda 21, réalisé en concertation avec la population. J’ai tout arrêté dès ma prise de fonction comme vous l’aviez souhaité !

Vous m’avez élu pour ne plus recevoir les administrés de la commune. J’ai immédiatement supprimé les permanences du maire !

Vous m’avez élu pour mettre fin à tous les outils de la démocratie participative. J’en ai fait ma priorité ! Fini les conseils de quartier, le conseil des associations, les projets présentés et discutés avec la population !

Vous m’avez élu pour continuer à percevoir la taxe municipale sur l’électricité que chacun paie, une taxe faite pour les enfouissements de lignes. Je confirme qu’aucune ligne n’a été enfouie durant le mandat !

Vous m’avez élu pour augmenter les impôts des Féréopontains, dans tous mes mandats exercés. Je l’ai fait quatre fois : les impôts communaux par deux fois, puis les impôts départementaux, et enfin ceux de l’agglomération melunaise dès 2016, qui s’appliquent désormais à vous tous !

J’ai tenu tous mes engagements. Comme quoi, dans six mois, vous pourrez continuer à me faire confiance pour dégrader un peu plus la ville !« 

© RPA

Programme immobilier du site mairie : les illégalités des permis ne seront jamais jugées

Le Conseil d’Etat a tranché. Le recours déposé pour faire annuler les permis de démolir et de construire sur le site de l’ancienne mairie a été rejeté.

La plus haute juridiction administrative avait été saisie afin qu’elle se prononce sur le fond du dossier. Ce ne sera jamais le cas.

Les juges en sont restés sur la forme du pourvoi, sans en regarder les fondements. Ils confirment que seuls les riverains immédiats du chantier peuvent dénoncer les illégalités. La requête déposée par des habitants de la commune résidant à 200 mètres ne sont donc pas prises en compte. Conséquence : aucun tribunal ne jugera de la légalité du permis de construire de 158 logements qui verront le jour en lieu et place de l’ancienne mairie.

Des illégalités pourtant nombreuses

Les illégalités techniques ne seront donc pas étudiées : affichage des permis, carences sur les questions de transfert de voiries communales, accès à la départementale, raccordement des évacuations des eaux pluviales au réseau public, collectes des déchets, insuffisance des places de stationnement…

De même, les conditions de cession du terrain, particulièrement favorables au promoteur, ne seront pas plus regardées. Sans aucune mise en concurrence, ce promoteur a pu acquérir le foncier communal à un prix plus qu’avantageux, 200 euros le mètre carré, soit deux fois moins que le prix du marché, moyennant un troc avec le site de BASF, actuels bâtiments de la mairie.

Mais ce n’est pas tout. La participation financière obligatoire demandée au constructeur pour contribuer aux effets de l’augmentation de la population a été calculée au minimum. Car la commune était en droit d’exiger une participation financière du promoteur à hauteur de 990 000 euros, ne serait-ce que pour contribuer aux quatre classes supplémentaires générées par les nouvelles constructions. Pourtant, il n’a été demandé que 413 000 euros. Etrange !… Soulignons encore l’exonération de taxes pour ces constructions que le maire et les élus majoritaires ont fait voter à l’agglomération melunaise.

Le pire est à venir

Ces éléments figuraient dans l’argumentaire des avocats. Mais leur pertinence ne sera jamais ni étudiée, ni même regardée. Cela soulève un problème de fond, car à partir du moment où aucun habitant n’est directement concerné par un projet immobilier, tout peut se faire. De quoi s’inquiéter pour le nouveau programme immobilier prévu sur les bords de Seine. Il n’y a aucun riverain immédiat. Tout devient possible.

Si la loi cherche à se prémunir des recours abusifs, il ne faudrait pas que cela ait pour effet de permettre toute autorisation abusive.

A neuf mois des élections, le pire est à craindre. On observe une accélération des nouveaux permis de construire sur Jonville, Saint-Fargeau, ou encore sur Ponthierry, profitant du nouveau PLU en vigueur avant que sa légalité ne soit jugée.

Le maire et son équipe vont donc pouvoir continuer à faire plaisir aux promoteurs en oubliant un peu plus les Féréopontains.

A défaut d’une décision de justice, ce sont eux qui jugeront l’an prochain.

Agents municipaux : silence dans les rangs !

Les agents municipaux ont eu droit, avec leur dernier bulletin de paie, à un courrier de la mairie un peu particulier. Objet de cette lettre : rappeler le devoir de réserve de chaque agent territorial et leur obligation de neutralité.

La municipalité y fait référence à la « période préélectorale qui s’annonce » pendant laquelle chaque fonctionnaire doit adopter une conduite « tant pendant sa présence au travail que dans le cadre de sa vie privée ». L’agent doit ainsi faire preuve « de retenue et de mesure dans l’expression, tant écrite qu’orale, de ses opinions personnelles ».

Le maire rappelle encore que l’agent doit assurer ses fonctions à l’égard des administrés « quels que soient leurs opinions religieuses ou politiques, leur origine, leur sexe, et doit s’abstenir de manifester ses opinions ».

Les agents municipaux connaissent très bien leurs droits et devoirs. La réserve et la neutralité leur sont chevillées au corps. Mais si ces rappels sont tout à fait légitimes, deux points, toutefois interrogent.

Pourquoi ce rappel maintenant ?

Dans son courrier, le maire fait référence à « la période préélectorale qui s’annonce ». Le concept est un peu flou. Il aurait fallu, pour le moins, préciser un peu ce qu’il entend. Mais, quelle que soit la période, le devoir de réserve et l’obligation de neutralité s’imposent à chaque fonctionnaire. Il ne peut divulguer d’informations confidentielles ni nuire à son employeur. Mais pourquoi faire aujourd’hui un rappel à l’ordre qui jette la suspicion générale ? Pour mieux museler la parole et faire peur au personnel ?

Quelle limite à la vie privée ?

L’autre point concerne la « vie privée ». Un employé municipal ne peut donc pas s’épancher, chez lui, sur ce qu’il vit au travail ? L’agent n’a donc pas le droit de parler de ses difficultés, de son mal-être, de la pression qu’il subit, des dysfonctionnements des services, des remontrances et humiliations ? Est-ce que vider son sac dans le cadre de sa vie privée est condamnable ? Est-ce qu’échanger ses idées sur la société et ses opinions politiques dans le cercle privé est interdit, parce qu’on travaille à Saint-Fargeau-Ponthierry ? A-t-il le droit de se défendre syndicalement ?  La liberté d’expression s’arrête-t-elle aux portes de la ville ?

Tout salarié, quel qu’il soit, a besoin de ce temps de décompression auprès de ses proches, de son cercle d’amis. Quand on est mal dans son travail on en parle. C’est 50% de la guérison. Sinon, c’est le « burnout » qui s’annonce, ou la dépression.

De quoi a peur le premier édile de la commune ? Que la vie qu’il fait mener à ses agents ne transpire trop en dehors des murs de la mairie ?

Trop tard. L’ambiance qui règne sous votre toit est connue depuis longtemps des Féréopontains. Lorsque que l’on observe la valse des démissions des employés depuis 2014, démissions volontaires, mutations, arrêts maladie, on a tout de suite compris d’où vient le problème. On ne peut que s’inquiéter du bilan social désastreux de ces cinq années de mandat. Nous aurons d’ailleurs l’occasion très prochainement de le souligner.

Le malaise vécu par les agents est également perceptible au sein des élus de la majorité. Sans revenir sur les démissions qui ont émaillé le mandat, soulignons seulement les dissensions clairement affichées de nombreux adjoints et conseillers.

Le maire manque de sérénité. Ne contrôlant plus ses colistiers, il s’en prend donc à ses agents.

Cette année préélectorale qui s’ouvre lui fait perdre tout sens de la réalité.

Destruction de la mairie : les 13 jours noirs de la commune

.

Le 16 novembre 2018, le début de la fin est annoncé.

Les engins sont en place pour détruire tout un pan de l’histoire de la commune, couvrant près d’un siècle de notre histoire.

Une agonie qui va durer 13 jours. 13 longs jours où les Féréopontains qui se déplacent au cœur de ville auront à chacun de leur passage un peu plus le cœur brisé.

Ils étaient nombreux ceux que l’on a rencontrés, immobiles devant la vision de cette mâchoire broyant tout ce qui se présente devant elle, ne sachant pas s’il s’agit de la réalité ou d’une mauvaise fiction.       De nombreux anciens annoncent leur départ de la commune, ayant la vision en direct de ce qu’il advient quand on fait tout pour que les intérêts privés priment sur l’intérêt public.

Depuis 1924, et la décision de Maurice Leroy d’installer à Ponthierry la mairie de la commune de Saint-Fargeau dans un immeuble de la famille Lefranc, 15 maires se sont succédé.

15 maires se sont retrouvés dans ce bâtiment pour façonner, chaque jour durant près d’un siècle, ce qui deviendra ensuite la commune de Saint-Fargeau-Ponthierry.

Près d’un siècle de vie municipale avec tous ses employés qui s’y sont succédé, avec ses habitants qui l’ont animée.

Et le tout est réduit, avec quelques coups de pelles, en gravats

Toute cette mémoire est désormais enfouie à jamais, à l’image de ce patrimoine artisanal que la commune s’était engagée à conserver auprès de la famille Bailly, condition essentielle pour accepter la vente de sa maison à la commune.

  • Oui, après avoir agrandi la mairie une première fois en 1996, nous l’avions de nouveau agrandie en 2000 avec l’achat de l’immeuble de monsieur Bailly.
  • Oui, nous avons fait les travaux pour permettre le lien entre les deux bâtiments.
  • Oui, nous avons aménagé le rez-de-chaussée par de gros travaux avec la création de l’accessibilité et du sas d’entrée.
  • Oui, nous avons installé la climatisation sur tout le deuxième étage.

Comment osez-vous diffuser ma signature collée à une soi-disant volonté de détruire ce que nous avions toujours décidé de renforcer ? Votre grossier montage est honteux avec cette signature collée au dossier de la ZAC multisites que nous avions annulée en janvier 2012, comme vous l’aviez d’ailleurs vous-même rappelé au conseil municipal de décembre 2014.

Quelles que soient les nouvelles orientations que vous avez choisies de prendre, responsabilité qui vous appartient en tant qu’élus majoritaires, rien ne justifiait de démolir ce symbole emblématique de notre commune.

Alors que vous avez attendu le résultat du recours sur les illégalités du permis de construire en première instance, rien ne justifiait de ne pas attendre le résultat du jugement du Conseil d’Etat dont la jurisprudence met à bas l’argument de forme retenu pour rejeter le premier recours.

Pourquoi ne pas attendre que le jugement de fond soit prononcé ? Et si demain il était jugé que ce permis n’était pas légal ?

En parlant de ce chantier de démolition dans le Parisien du 30 novembre, vous nous reprochez notre recours et vous déclarez, pour justifier le démarrage des travaux, je vous cite : « On a perdu 18 mois ».  Mais pourquoi ce « ON a perdu» ? Qui a perdu 18 mois ? Le promoteur BDM ? OUI bien sûr. Le bailleur Trois Moulins Habitat ? Oui !

La commune dont vous êtes censé représenter les intérêts ? NON, bien entendu.

La commune n’a rien perdu ! Les constructions prévues n’étant en rien un projet au service d’un quelconque aménagement profitable à notre commune. De simples bâtiments en plus, encore plus, toujours plus.

Alors pourquoi dites-vous : « ON a perdu » ? Abus de langage ? Ou, après avoir bradé les terrains communaux à 200 euros le mètre carré là où cela en vaut le double, vous n’arrivez plus à cacher les signes d’une collusion inacceptable !

Derrière ce gâchis irrécupérable il y a des noms qui resteront gravés à cette meurtrissure

Le nom de celui qui est à la fois « coupable » et à la fois « responsable » de ce gâchis : votre nom qui restera gravé à jamais comme celui qui appauvrit le patrimoine communal plus qu’il ne l’enrichit.

Les noms de ceux qui sont coupables avec vous : proches complices qui signent les yeux fermés l’acte de décès et dont certains ici présents, pourront prétendre à la plus haute marche du  podium du « plus grand casseur de l’histoire de notre ville », en cumulant les votes pour la destruction du dernier château de la commune (Moulignon) au profit d’un simple lotissement, avec ceux pour la destruction de la maison Madelin qu’avait occupé le général de Gaulle au profit d’un promoteur, et enfin la démolition de la mairie historique au profit d’un de vos amis, comme vous l’avez vous-même dénommé.

Les noms enfin des « responsables » sans être vraiment coupables : tous ces autres élus qui retrouvent leur nom associé à ce massacre, sans toujours maitriser les enjeux d’un dossier que vous avez géré en catimini, à l’image de cette signature de l’acte de décès sans qu’aucun élu ne soit convié à venir. Mais, par leur vote, ils se sont retrouvés à accompagner l’irrémédiable quand d’autres élus ont eu le courage de démissionner, refusant d’assumer l’inassumable.

Tous, soit par complicité plus ou moins active, soit par passivité, tous ont contribué à différents niveaux à ce qu’à jamais Saint-Fargeau-Ponthierry soit outragé, que Saint-Fargeau-Ponthierry soit brisé, que Saint-Fargeau-Ponthierry soit martyrisé !

Vous serez tous comptables de vos actes, voire de vos non-actes, devant l’histoire de cette belle commune dont nous avons la fierté d’avoir toujours contribué à l’embellir.

Quelques exemples parmi les plus visibles : la restauration des Communs de Mouligon voués à être démolis, la restauration de l’église de Saint-Fargeau, celle des lavoirs de Tilly, d’Auxonnette, de Jonville, celle du Centre Leroy, l’acquisition et le réaménagement de la base de loisirs, la création des vignes de Saint-Fargeau.

Nous ne sommes pas certains que vous puissiez ressentir la même satisfaction, la même fierté en passant devant l’ex 69 avenue de Fontainebleau, que celle que nous ressentons quand nous passons devant tous les lieux cités que nous avons fait vivre ou revivre année après année.

Nous avons confiance en l’histoire qui saura distinguer les bâtisseurs de notre patrimoine, ceux qui ont embelli à jamais notre commune de ceux des casseurs qui ne savent que la défigurer, à jamais.

Nous souhaitons dédier cette déclaration à Jeannine Lefranc, partie avant de devoir assister au pire et constater les effets de vos décisions : une immense cicatrice qu’aucun pansement n’arrivera à refermer !

Secrets d’histoire : du bradage du patrimoine communal à la chute finale

.

La préservation du bâtiment historique de la mairie a été une constante de la municipalité en place jusqu’en 2014 qui envisageait des extensions devenues nécessaires.Mais les élections municipales de 2014 ont enclenché le début du bradage de la commune.

 

Mars 2014, une nouvelle municipalité prend le pouvoir. A son bord, de nouveaux élus mais aussi des anciens conseillers municipaux, comme celui qui est désigné maire, élu depuis 12 ans. A ses côtés, un premier adjoint déjà élu avant 1995. A l’époque, il avait décidé la destruction du château de Moulignon, dernier château de la commune, ainsi que de la célèbre maison Madelin où a dormi le Général De Gaulle. A leurs places, déjà, des programmes immobiliers (Fief de Moulignon et Les Bastides).

 

C’est le patron du BTP de Seine-et-Marne qui est élu maire. Parmi ses colistiers, celui qui ne tardera pas à lui succéder à la tête de cette fédération.

Lors de la campagne électorale, la nouvelle équipe n’a jamais évoqué le déplacement de la mairie en entrée de ville et la destruction du bâtiment historique. Qu’importe : les deux sont subitement décidés.

© RPA

Les dessous de ce tournant pour la ville

 

Dès l’installation du nouveau maire en 2014, un promoteur lui propose d’acheter ces terrains de centre-ville de grande valeur pour y implanter de l’immobilier. Afin d’éviter une mise en concurrence, un échange est organisé permettant ainsi au promoteur d’acheter les terrains du site mairie 200 euros le m², soit deux fois moins cher que le prix du marché (400 euros le m²). Les terrains de la mairie seront ainsi échangés avec des bâtiments industriels inoccupés en entrée de ville.

A ce jour, l’un des trois bâtiments achetés est toujours en friche. Plus d’un million d’euros sont nécessaires pour le rendre utilisable.

Le privé a mis la main sur le centre-ville laissant les promoteurs immobiliers rentabiliser au maximum cette proie trop facilement obtenue. Le cœur de ville se prépare à un arrêt cardiaque.

 

Vers la chute finale

 

Les services publics (services administratifs, CCAS, police municipale) quittent alors le centre-ville pour laisser place à une logique d’optimisation des intérêts privés et non pas à une logique d’aménagement dans l’intérêt des Féréopontains. Malgré les manifestations et les pétitions, et sans même attendre le résultat du recours déposé en Conseil d’Etat pointant de nombreuses illégalités de ce dossier, la démolition est programmée.

 

Un dernier éloge funèbre a regroupé des habitants venus spontanément déposer leurs bougies devant l’agonie d’une partie de leur histoire. Un siècle de la ville part alors en gravats, effaçant tout un lieu de vie et de mémoire, enfouissant par la même occasion les outils de monsieur Bailly sans aucun respect des engagements pris auprès de sa famille.

 

Les gravats s’amoncèlent en 2018, rejoignant ceux de 1988 du château de Moulignon.

Le 28 novembre 2018, au 65 avenue de Fontainebleau, toute la mairie est transformée en tas de gravats.

Avec la disparition à jamais de ce qui lui servait de cœur, le centre-ville commence son déclin…

Octobre 1987 – démolition du château de Moulignon © RPA

L’histoire ne se répète jamais ?

 

Ici, cette maxime est contredite. Les intérêts de l’immobilier, priorisés par la municipalité, l’emportent une nouvelle fois sur les intérêts publics. A Saint-Fargeau-Ponthierry, l’histoire se répète bien, avec une partie des mêmes acteurs qu’il y a 30 ans.

La question que chacun se pose est : pour combien de fois encore ?

 

30 ans après, l’histoire et l’identité de la commune sont effacées de nouveau par une pelleteuse… et ce, pour toujours.

© RPA

Secrets d’histoire à Saint-Fargeau-Ponthierry : histoire d’une mairie

.

Nous sommes au début du XXème siècle. L’industrie, en plein développement, vient s’installer sur la partie vide de la commune de Saint-Fargeau, dans le hameau de Ponthierry.

 

Avec la disparition de la vigne, Saint-Fargeau perd sa principale activité économique. Maurice Leroy vient alors y implanter la première entreprise industrielle de papiers peints de France. Ponthierry se développe avec l’entreprise Leroy comme moteur. Dans une culture d’un patronat paternaliste, Maurice Leroy crée des logements pour ses ouvriers et ses cadres, installe des bains-douches ainsi qu’un dispensaire. Il finance aussi la plupart des activités de la commune (fanfare, club de football…)

 

Devenu maire, Maurice Leroy décide en 1926 de ramener la mairie, alors installée à Tilly, à Ponthierry. Pour cela, il achète à la famille Lefranc une maison placée dans l’axe de son entreprise, reliée à elle par ce qui deviendra l’avenue Beaufils.

Le cœur de la nouvelle ville est né. En 1961 le nom de Ponthierry est rajouté à celui de Saint-Fargeau pour devenir la commune de Saint-Fargeau-Ponthierry.

 

15 maires vont se succéder dans ce bâtiment. Avec leurs équipes municipales et leurs services ils vont façonner cette ville en veillant à lui garder son identité mi rurale, mi urbaine.

En 1995 la nouvelle municipalité, menée par Lionel Walker, décide immédiatement d’agrandir ce bâtiment.

Elle rachète en deux fois, en 1996 puis en 2000, la maison attenante au bâtiment initial : la maison dite « Bailly », du nom d’un artisan forgeron bien connu de la commune.

Une délibération, votée à l’unanimité en décembre 1999, engage la commune à protéger tous les outils de forgeron de l’atelier, inventoriés à cette occasion.

 

Parallèlement au renforcement des équipements du centre-ville qui reprend de la dynamique, la mairie devient le moteur du centre-ville.

En 1996, des travaux confortant cet équipement sont engagés avec la jonction du bâtiment initial et de la nouvelle acquisition.

Puis en 2008 et 2009, l’aménagement du rez-de-chaussée, intégrant les nouvelles normes d’accessibilité, est réalisé, avec notamment une transformation profonde de l’accueil, suivi, en 2010, de la climatisation de tout le 2ème étage.

 

La préservation du bâtiment historique est affirmée. Des extensions, devenues nécessaires, sont alors envisagées.

 

Mais 2014 arrive, et avec, le début du bradage de la commune…

A suivre…

Démolition de la mairie : l’âme de la ville disparaît

.

L’image de la destruction de la mairie est marquante, choquante pour les habitants.

C’est la fin d’une époque, la mise à bas d’un patrimoine cher à tous les Féréopontains.

Un symbole de ce qui faisait l’âme et l’histoire de la ville disparaît. Services de proximité, convivialité, contacts humains, vivre ensemble, autant d’idées qui s’évaporent dans les gravats.

 

Depuis des semaines, les Féréopontains disent leur tristesse, leur émotion et leur colère devant la démolition du bâtiment emblématique de la ville. C’était aussi le cas mercredi soir lors d’un rassemblement citoyen symbolique.

« Dur à voir », « honteux », « lamentable », « choquant », peut-on entendre dans les rues de la commune.

« Inadmissible », « Notre mairie part en morceaux… comme la commune toute entière », peut-on lire dans les écrits des habitants.

 

Pour beaucoup, c’est un pan de leur histoire qui se retrouve en poussière.

 

« Ce n’est pas seulement le bâtiment qui va tomber, ce sont nos racines ».

« Pour moi dont la première vision de Saint-Fargeau-Ponthierry fut la mairie quand mon père nous fit débarquer ici en 1972 », raconte ce quinquagénaire. « Ces images sont un vrai choc. C’est à cause ou grâce à ce bâtiment que nous sommes Féréopontains depuis 46 ans. Mais là, les mots me manquent ».

« Qu’est devenu le Ponthierry de ma jeunesse », s’interroge cette autre Féréopontaine. « La volonté du maire est d’effacer tout notre passé. C’est désolant ».

 

Beaucoup de nos concitoyens s’interrogent déjà sur le devenir de ce lieu, sur ce qui poussera sur ces gravats.

« Quelle froideur aura ce quartier sans âme ? Quelle tristesse ! »

« Je ne vois pas en quoi le bâtiment de l’ancienne mairie gênait là où il se trouvait. Au contraire, les immeubles auraient été cachés derrière. Cela aurait été plus joli. Elle aurait pu être réhabilitée. »

Les futurs immeubles vont « gâcher le charme de Ponthierry ».

« Nous avons une petite maison dans la rue derrière », dit ce couple de retraités. « On est dévasté car ce projet n’apparaissait pas au PLU de 2014. »

Nombreux sont ceux qui disent leur « effroi », leur « stupeur », leur « désolation ».

« La ville qu’on aimait va devenir un centre urbain déshumanisé. »

 

Quant au patrimoine, des interrogations émergent. « Qu’est devenu le matériel artisanal » stocké dans les bâtiments annexes de l’ancienne mairie, qui étaient la maison Bailly, du nom de l’ancien forgeron de la commune ? « Ce matériel devait être préservé. Les promesses faites à la famille Bailly ont-elles été respectées ? »

© RPA

Jeudi soir, comme un dernier sursaut, le fronton du bâtiment principal, que le maire a promis de conserver, faisait encore de la résistance. Fracturé en plusieurs points, sa préservation semblait compromise.

 

Un fronton se fissure, la ville se morcèle, la municipalité avec.

La destruction de la commune continue

.

Chacun l’aura constaté avec stupeur : la destruction des bâtiments historiques de la mairie de Saint-Fargeau-Ponthierry a débuté ce vendredi 16 novembre.

A présent, c’est au tour de la salle de tennis de table, la plus belle du département, d’être menacée de démolition.

Le maire avait pourtant dit haut et fort que cette salle ne serait pas touchée. Mais il hâte le pas pour libérer la salle au plus vite.

Retour sur ce triste feuilleton.

 

Le premier projet d’urbanisation des terrains du site mairie incluait le gymnase accueillant la salle de tennis de table depuis maintenant huit ans, au prix d’une lourde réhabilitation. Le périmètre concerné par la démolition englobait tout l’espace situé entre la rue de la Fileuse et la D 607 (ex RN7). Objectif non avoué : satisfaire la demande du promoteur « ami » du maire (comme annoncé en conseil municipal) en bradant le terrain à 200 euros le m², soit deux fois moins cher que le prix du marché (400 à 450 euros le m²).

Mais devant les vives réactions des Féréopontains et du responsable du club de tennis de table, Jean Pierre Pelletier aujourd’hui décédé, le périmètre est revu à la baisse. La salle de tennis de table est préservée. Le prix de vente, lui, est resté inchangé.

 

Pourtant, le maire ne renonce pas à autoriser des constructions sur ces lieux, pressé sans doute à répondre à des engagements pris.

Le 17 avril 2018, une commission d’appel d’offres se tient pour étudier les résultats de la consultation des entreprises lancée en mars. Elle concerne un seul lot, situé sur le terrain du Cosec. Ce lot est composé de trois tranches dont la deuxième prévoit « la création d’une salle de musculation et d’une salle de tennis de table ». L’actuelle salle devient alors inutile et est à nouveau promise à la destruction.

Cette situation a été dénoncée par RPA dans son Hebdo n° 30 du 11 mai 2018.

Interpellé en conseil municipal par les élus du groupe Transition, le maire et son premier adjoint n’ont comme seule réponse qu’il s’agit d’une Fake News inventée de toute pièce par l’opposition. Pourtant, la commission d’appel d’offre s’est bel et bien réunie.

 

La carotte et le bâton

 

Pour parvenir à ses fins, le maire utilise la carotte et le bâton afin de libérer les bâtiments occupés par les sportifs pour pouvoir construire, encore et toujours !

La carotte : le maire et le premier adjoint rencontrent le président et le bureau du club de tennis de table. Ils leur expliquent que leur bonheur est d’accepter de déménager en s’installant dans cette nouvelle salle, bien que plus petite que l’actuelle.

Le bâton : ils laissent le bâtiment actuel se dégrader, empêchant la bonne activité du club.

  • Des ampoules attendent pendant des semaines d’être remplacées, obligeant l’annulation du tournoi régional prévu en octobre.
  • Pendant les vacances scolaires de la Toussaint, la chaudière, qui dysfonctionne depuis plusieurs semaines, n’est volontairement pas réparée. Résultat : le stage prévu pour les enfants est annulé, la température de la salle ne dépassant pas 12°.

 

A l’approche des échéances électorales, le maire accélère l’évacuation des lieux convoités par les promoteurs en contraignant purement et simplement le club à restreindre ou annuler ses activités afin qu’il n’ait d’autre choix que de quitter les lieux pour continuer d’exister.

La salle ainsi libérée pourra alors être détruite pour rentabiliser les terrains du centre-ville.

Comme pour la mairie, cette destruction serait un véritable non-sens, un vrai scandale, prouvant une fois de plus que la gestion de la commune répond d’abord à des intérêts privés avant ceux des Féréopontains.

 

Le maire poursuit ainsi son objectif fixé en 2014 : brader tous les terrains et propriétés communales les plus rentables, celles et ceux situés en cœur de ville.

Il serait temps d’inverser les choses !

1 2 3