Déconfinement : les attestations pour se déplacer en Ile-de-France

Le déconfinement débute en France le 11 mai. En Ile-de-France, des documents spécifiques sont nécessaires pour pouvoir se déplacer dans les transports en commun aux heures de pointe, « entre 6h30 et 9h30 et entre 16h00 et 19h00 »

Deux documents sont disponibles sur le site de la préfecture de région : un « modèle d’attestation de déplacement professionnel en transport collectif en Île-de-France » et une « auto-attestation dérogatoire pour usage des transports publics collectifs en Île-de-France à certaines plages horaires ».

Pour en savoir plus :

Sortir sans attestation, revoir ses proches, aller au cinéma… Ce qu’il sera (ou non) possible de faire à partir de lundi

Les élus d’opposition demandent un conseil municipal spécial crise sanitaire

Jamais une telle situation n’aura demandé autant d’effort individuel et de partage collectif.

Jamais un tel chamboulement des situations n’aura enclenché autant de solidarités, notamment vis-à-vis de celles et ceux qui sont aux avant-postes, de celles et ceux qui assurent le maintien du service public, mais aussi en direction des plus fragiles socialement et économiquement qui sont encore plus déstabilisés par ce contexte.

Jamais une telle crise n’aura nécessité autant de mutualisation des forces, des connaissances et des réflexions de chacun au service d’une véritable intelligence collective pour arriver à faire face à cette crise sanitaire inédite et à la vaincre.

Mais pourquoi ce travail collectif dépassant tous les clivages, qui n’ont pas leur place dans cette situation, n’est-il pas possible à Saint-Fargeau-Ponthierry ?

Le 16 mars, le président de la République annonçait la mise en place du confinement. Quelques jours après, les élus d’opposition du groupe Transition ont proposé au maire de s’associer à la cellule de crise mise sur pied et de participer à la cogestion de la période qui s’ouvrait. Certains élus se sont inscrits sur la plateforme de solidarité. D’autres ont pris ciseaux et aiguilles, ou ont mobilisé leurs relations pour réaliser des masques dans le cadre de l’opération « Masqu’et vous » en demandant simplement de pouvoir être associés aux conditions de distribution.

Mais courrier de fin de non-recevoir, absence de sollicitation sur la plateforme, non prise en compte des propositions, ont été les seules réponses obtenues du maire. Un maire qui prétend tout faire seul, tout réaliser et communique toujours tout en son nom seul. Mais un maire qui oublie simplement de respecter les dispositions de base de la loi définie spécialement par le gouvernement dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. Parmi ces mesures figure notamment celle qui, pour garantir la démocratie, l’oblige de rendre compte des décisions de la municipalité, en contrepartie de l’élargissement des pouvoirs des maires.

Pour avoir les réponses aux questions que tout le monde se pose, et pour faire entendre des propositions et des besoins essentiels, les élus d’opposition ont donc demandé la convocation, sous un délai d’un mois, d’un conseil municipal dédié spécialement à la crise sanitaire. Ce conseil se tiendrait sous forme dématérialisée, comme les nouvelles dispositions le permettent, afin de ne pas faire prendre de risque à qui que ce soit.

Les Féréopontains ont le droit de poser toutes les questions qu’ils veulent. Ils sont en droit de ne pas se contenter de la propagande officielle.

Le maire a l’obligation de répondre favorablement à cette demande de conseil municipal.

En attendant que la date soit donnée, RPA va lancer un grand questionnaire auprès de la population. Les élus du groupe Transition se feront les relais des interrogations des Féréopontains lors de ce conseil municipal. La séance devra, par ailleurs, être accessible publiquement à distance.

Du 10 au 16 mai, rendons hommage aux éboueurs de la commune

Au moment de s’engager dans la première semaine de déconfinement, les élus du groupe Transition souhaitent mettre en hommage tous ceux qui, chaque jour, en ramassant nos déchets, rendent notre quotidien beaucoup plus acceptable.

Toute la semaine du 10 au 16 mai, nous appelons la population à mettre sur chacune de leur poubelle un mot, un dessin, une attention spécialement rédigée pour eux.

En effet, que serait notre vie de confinement si nos déchets n’étaient pas ramassés tous les jours ?

Nos logements deviendraient en quelques jours insalubres. Nos rues se transformeraient en dépotoirs, rendant insupportable la sortie quotidienne d’une heure autour de chez soi prévue par la loi. L’attente devant les commerces de proximité deviendrait invivable.

Et que serait notre vie quotidienne si nos déchets n’étaient ni triés ni traités ?

Faudrait-il revenir aux décharges déposées par défaut dans l’espace public, en plein air ? Certains ont d’ailleurs connu cette époque d’avant la construction des incinérateurs et des plateformes de tri.   

Imaginons un instant si, plusieurs jours voire plusieurs semaines, tout s’était arrêté, du ramassage au traitement de nos déchets !

Et pourtant pour les employés de la société Kutler, qui assure ce service par délégation, la confrontation avec nos poignées de poubelles, mais aussi avec le public, n’est pourtant pas sans risque. Ce personnel assume pleinement ce service public.

Des initiatives ont déjà eu lieu en ce sens. Mais faisons que cette semaine soit à nouveau la leur alors qu’ils œuvrent habituellement dans l’ombre. Elle le sera si vous acceptez d’exprimer votre reconnaissance. Au-delà de ce que chacun a pu déjà engager personnellement, rendons ce nouvel hommage collectif. Merci d’y contribuer.

Mettre en lumière ceux qui nous servent tous les jours mais toujours dans l’ombre, c’est aussi une manière de préparer le nouveau monde de l’après confinement.

Ci-dessous, un dessin en noir et blanc que vos enfants ou petits-enfants peuvent mettre en couleur comme bon leur semble… Et à offrir, s’ils le souhaitent, aux éboueurs.

Les Féréopontains solidaires face à la crise sanitaire

Depuis le début du confinement, les actions de solidarité se multiplient à Saint-Fargeau-Ponthierry, que ce soit entre voisins, amis, à l’initiative des associations, ou plus largement sur la ville. Chacun est acteur à sa façon. Informer, faire partager ces initiatives, ne peut être que bénéfique à la cohésion sociale dans une période où les échanges sont drastiquement réduits ou concentrés sur des outils de communication qui ne sont pas accessibles à tous.

Les professeurs mobilisés

Dès la fermeture du collège François Villon les professeurs se sont mobilisés, en particulier en direction des 60 collégiens non connectés. Chaque semaine, ils acheminent à leur domicile des enveloppes de travail pour limiter la rupture pédagogique et conserver le lien social.

Les enseignants ont également organisé des achats groupés pour constituer des colis alimentaires livrés à domicile aux familles en situation de précarité. Cette action a été réalisée en relation avec le CCAS et l’épicerie solidaire Lafamisol pour harmoniser les besoins.

Le collège a aussi reversé aux familles concernées la participation aux repas venant du Conseil départemental (dispositif Cantinéo). Cette somme correspond aux repas non servis durant les quinze derniers jours de mars. Ces initiatives contribuent à combattre la marginalisation des plus silencieux.

Les familles en difficultés au cœur des priorités

L’obligation de confinement a aussi entrainé un déficit de bénévoles, souvent des seniors, et par conséquent la fermeture des lieux de distribution des associations solidaires. Elles vont pouvoir rouvrir progressivement. Avant le confinement, l’épicerie solidaire Lafamisol a pu bénéficier du don des produits frais du collège dès sa fermeture.

Avec l’aide des bénévoles volontaires et en appliquant tous les gestes de précaution sanitaire, l’équipe de Lafamisol a réduit ses activités pour assurer tous les 10 jours, approvisionnement, distribution ou livraison pour ses bénéficiaires. Dans le contexte de confinement, assurer au moins deux repas par jour est une double difficulté, financière et d’approvisionnement, pour de nombreuses familles. A l’épicerie, les produits sont vendus à 10% du prix coûtant aux familles momentanément en difficulté qui sont orientées par les assistants sociaux. C’est une façon de surmonter solidairement et dignement les caps difficiles.

Recenser les besoins en masques

Prochainement, le déconfinement imposera à chacun d’être doté d’un masque dit « grand public ». Celui-ci peut être fabriqué « maison » ou acheté. Mais comment feront ceux qui n’ont pas les moyens de les confectionner ou ne pourront pas en acheter pour toute la famille, sachant qu’il en faut plusieurs par mois ?

En dehors de ce que prévoit le département, la région ou l’agglomération melunaise, des bénévoles se sont donc mobilisés largement pour fabriquer des masques dans le cadre d’une opération réalisée sur un large bassin de vie. Sur notre commune, elle est déclinée sous l’intitulé « Masq’ et vous ». Ces contributions citoyennes sont engagées dans un esprit de solidarité. Les bénévoles souhaitent aussi être informés et participer activement à la démarche qui se met en place, notamment sur la distribution de ce qu’ils ont réalisé.

Il est aussi primordial de recenser les besoins et de distribuer ces masques aux familles, établissements, ou personnes isolées, en priorisant celles et ceux qui en auront le plus besoin.

Ces priorisations seront d’autant plus pertinentes et efficaces que si elles sont définies, collectivement et rapidement, avec celles et ceux qui œuvrent tous les jours pour lutter contre cette crise sanitaire et contribuent à combattre les inégalités sociales qui nous concernent tous.

Pour une reprise des cours de nos collégiens en toute sécurité

Après les élèves du primaire qui devraient retourner progressivement en classe la semaine du 11 mai, les collégiens pourraient reprendre les cours à partir du 18 mai. Ce seraient d’abord les élèves de 6e et de 3e qui se retrouveraient. Puis, la semaine suivante, les 5e et les 4e les rejoindraient. Ce sont les pistes dévoilées mardi dernier par le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer. Prudent, il a précisé qu’il s’agirait d’une « rentrée très progressive » et que l’on n’aura pas « tous les élèves qui vont arriver et entrer en classe comme si on reprenait les choses normalement ».

A Saint-Fargeau-Ponthierry comme ailleurs, les conditions de reprises doivent être étudiées, discutées avec tous les acteurs du monde éducatif : la direction du collège, le corps enseignant, les parents d’élèves, les agents du collège, la restauration scolaire, les transports scolaires… Tout ceci doit évidemment être fait en concertation avec les services de l’Education nationale et le conseil départemental.

Sur notre commune, la grande interrogation concerne le collège François Villon. Comment gérer la vie scolaire de près de 1 000 élèves, même à mi-effectifs, des enseignants et des personnels techniques et administratifs, tout en respectant la distanciation sociale et les gestes barrières, en tenant compte des élèves les plus pénalisés pendant la durée du confinement ? Comment retrouver des conditions d’enseignements équitables pour tous ?

Cette question doit être traitée en urgence. La direction des services départementaux de l’Education nationale doit être très vigilante sur les réponses apportées par le conseil départemental, qui a la responsabilité du fonctionnement des collèges.

C’est dans cette optique que les élus d’opposition du groupe Transition ont écrit au Conseil départemental de Seine-et-Marne et aux services de l’Education nationale de Seine-et-Marne pour les alerter sur la situation particulièrement critique de notre collège, l’un des plus gros du département. Avec un souci majeur : la protection sanitaire des élèves et des personnels, sachant qu’auparavant 90% des élèves déjeunaient à la cantine et 50% prenaient les transports. Un vrai défi d’organisation !

« Les conditions de concentration des élèves dans des espaces de vie de plus en plus réduits, la largeur des couloirs et des escaliers non dimensionnés pour ce niveau d’effectifs, créent des conditions contraires à toutes les préconisations sanitaires à mettre en œuvre lors du déconfinement », écrivent les élus. « Dans ce contexte, la reprise progressive des activités de l’établissement est problématique. »

Le groupe Transition souhaite connaître les « dispositions spécifiques » envisagées par le département.

A cette situation inédite, des réponses claires et concertées doivent être apportées rapidement, avec une information claire à toutes les familles, pour que la rentrée des collégiens se déroule le mieux possible et en toute confiance.

C’est dans moins d’un mois.

Vous trouverez ci-joint le courrier des élus du groupe Transition.

Préparer le déconfinement des élèves de Saint-Fargeau-Ponthierry

« Le confinement le plus strict doit encore se poursuivre jusqu’au lundi 11 mai ». C’était ce lundi 13 avril. Le président de la République a officialisé la prolongation du confinement pour permettre de continuer à lutter contre la propagation du coronavirus.

Dans le même temps, Emmanuel Macron a annoncé que les crèches, écoles, collèges et lycées rouvriraient « progressivement » à partir du 11 mai. Le ministre de l’Education nationale a déjà assuré que « tout le monde ne rentrera pas au même moment ». Le retour pourrait se faire par « petits groupes. » Cela implique « qu’on n’aura pas les mêmes âges qui rentreront au même moment à l’école ».

Si les modalités de reprise des cours ne sont donc pas encore connues, il est indispensable, localement, d’anticiper les scénarios possibles.

A Saint-Fargeau-Ponthierry, une attention particulière doit être portée sur l’organisation de cette reprise des cours dans les écoles de la commune.

Toutes les parties prenantes doivent être associées : les directrices et directeurs d’écoles, mais également tout le corps enseignant, les parents d’élèves, les Atsem des écoles, les intervenants du périscolaire, la restauration scolaire…

Tout ceci doit évidemment être fait sous l’autorité et en concertation avec les services de l’Education nationale. Mais dans cette situation inédite, la mairie est aussi un acteur majeur de cette réflexion pour réussir, localement, le plan de reprise des cours et harmoniser les impératifs de chacune des parties, impératifs pédagogiques ou logistiques.

Dans les écoles, la vigilance de chacun doit être totale pour que le retour en classe de nos enfants et élèves se fasse dans des conditions sanitaires optimales permettant un cadre pédagogique solide pour tous.

Profitons-en, ici, pour saluer le travail et l’engagement des parents et des enseignants pendant le confinement. Ils prennent activement leur part. pour essayer de limiter les effets inégalitaires de cette rupture pédagogique et de lien social.

1 2