Une rentrée municipale qui sent la fin

Agents municipaux en souffrance et service public détérioré

Cette rentrée de septembre 2019 s’annonce, pour les employés municipaux, comme la pire qu’un fonctionnaire territorial ait pu connaitre. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les départs qui s’enchaînent, à six mois des échéances municipales.

De nombreux responsables préfèrent quitter le navire, le voyant sombrer inéluctablement en mars 2020. Le cap fixé par la majorité municipale reste hasardeux. Pas clairement défini, et encore moins partagé, il mène, pour la première fois, à un triste déclin : baisse de la valeur du patrimoine immobilier, records en termes d’insécurité, décalage entre explosion démographique et accompagnement des équipements nécessaires…

Le personnel communal cherche à faire de son mieux. Mais il a du mal à vivre cette situation dont les seuls responsables sont le capitaine et ses adjoints. La communication outrancière, les effets d’annonces, avec notamment des promesses que plus personne ne croit, n’arriveront pas à modifier ce cap de la décadence vers lequel on nous entraine depuis cinq ans.

Beaucoup d’agents de la commune préfèrent ainsi partir. C’est le cas au service des marchés, ou au service de l’urbanisme. Des chefs de services suivent aussi le mouvement, comme par exemple le responsable du numérique, ou celle du cadre de vie. Sans compter les services techniques qui perdent à nouveau leur directrice. Ce service aura connu cinq directeurs en cinq ans. Un par an ! Du jamais vu sur la commune. Une situation inédite en France. Quel triste symbole d’une gestion du personnel hasardeuse, méprisante, et dans laquelle plus personne ne se reconnaît !

Quant au directeur de cabinet du maire, il se cherche une porte de sortie. Il travaille à mi-temps depuis janvier dans une structure extérieure pilotée par le maire. Soit il sent le vent tourner et se cherche un refuge pour le lendemain des élections, soit il cherche une couverture pour mieux accompagner la période électorale alors que cela est interdit. A moins que cela ne soit pour ces deux raisons. Le maire lui a pourtant octroyé de diriger de nombreux services municipaux, au détriment de la direction générale, seule compétente pourtant pour manager une administration communale.

Résultat de ces méthodes de gouvernance et de management : le service public rendu aux habitants ne peut qu’en souffrir et les agents municipaux restent désorientés et abattus.

Ce grand bazar de Saint-Fargeau-Ponthierry n’a certes pas commencé en cette rentrée de septembre 2019.

Mais il est fort à parier qu’il va atteindre son paroxysme dans les mois qui viennent 

© RPA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize + quinze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.