La transition : une promesse d’avenir

.

C’était en décembre 2015 à Paris. La COP21 (Conférence des parties sur le climat) se refermait sur un espoir. Celui que le réchauffement climatique soit contenu en deçà des 2°C d’ici 2100.

Depuis, c’est la déception et l’inquiétude. Les événements climatiques majeurs se multiplient. Les Etats-Unis se sont retirés de l’Accord de Paris. Et la COP24 qui s’est tenue fin 2018 en Pologne a accouché d’une souris. L’urgence semble ne pas avoir été perçue.

Ce rendez-vous manqué est symptomatique de l’insuffisance d’actions, voulue ou subie, de nos gouvernants, qui ne s’attaquent pas réellement aux causes du réchauffement de la planète.

Le dérèglement climatique mondial est dû essentiellement à l’utilisation débridée des énergies fossiles, dont le pétrole, principal vecteur de pollution. Or, le pic pétrolier a été atteint entre 2005 et 2010. Depuis, la production peine à répondre à la demande qui ne cesse d’augmenter.

Finalement, c’est notre environnement qui en subit les conséquences, notre planète que l’on oublie et les peuples que l’on sacrifie. Il est donc urgent de mettre en œuvre les solutions pour envisager un monde sans pétrole.

Malgré les renoncements des gouvernements, il faut garder espoir. Si ce n’est grâce aux États, c’est par la mobilisation et l’engagement concret de la société civile que les solutions émergent. Au quotidien, les ONG, les citoyens, les collectivités locales, s’emparent déjà de cet enjeu climatique.

La transition, écologique, économique, sociale et solidaire, s’organise. A défaut d’impulsion nationale, c’est localement que se trouve la clé. De nombreuses communes multiplient les initiatives dans les domaines de l’habitat, des déplacements, de l’alimentation, de la santé, de l’emploi, de l’énergie, de la démocratie.

Cette transition, portée par une ville dans son ensemble, un quartier ou par un collectif d’habitants, se vit aussi bien dans les territoires ruraux que dans des quartiers urbains : Trièves, Bordeaux, Salies-de-Béarn, Épinal, Les Mureaux ou Grande-Synthe… les exemples de territoires où tout est construit et vu sous le prisme de la transition, fleurissent partout. Et l’adhésion des habitants est recherchée à chaque nouvelle action mise en place.

Partout ? Pas vraiment en fait.

A Saint-Fargeau-Ponthierry, cette transition écologique et solidaire, on en est loin. Là où des territoires agissent pour une vie plus respectueuse de l’environnement et de l’humanité, chez nous, le développement de la commune se fait sans conscience environnementale, sans respect ni concertation des habitants, sans vision de l’avenir.

Espaces agricoles sacrifiés, environnement délaissé, densification débridée de l’urbanisme, engorgement des déplacements, services publics délaissés, solidarité oubliée… la liste des renoncements est longue.

Pourtant, rien n’est inéluctable. Il est encore temps d’imaginer la ville et la société de demain.

Pour notre avenir et celui de nos enfants, organisons la transition pour faire revivre et espérer Saint-Fargeau-Ponthierry.

RPA et les élus de l’opposition du groupe Transition
vont s’y employer avec vous, dès cette année 2019.

Quand les Féréopontains parlent…solidarité

A l’écoute des citoyens pendant ces trois années, les élus de l’opposition de la liste « Avec Vous, Réussir l’Avenir », en partenariat avec « RPA », ont pris l’initiative, début janvier, d’une consultation des Féréopontains.

Par courrier, par courriel ou via les réseaux sociaux, chacun a ainsi pu s’exprimer sur ce qu’il vit, sur les services rendus, ou non, à la population, sur la manière dont la municipalité envisage la ville.

Environnement, urbanisme, éducation, culture, économie, démocratie, finances, solidarités, sécurités, sports, transports, services municipaux, tous les sujets ont été abordés par les habitants.

Quand les Féréopontains parlent…solidarités

Il faut plus de médecins. Amélioration des centres de santé pour RDV plus rapides. Attente moins longue

Trop social

Ex : les colis des séniors à Noël. Merci, je n’en suis pas à la mendicité

Inégalités de traitement des seniors sur la commune

Social : bien, car nouveaux appartements sociaux pour nos jeunes

Pas assez de personnels pour prendre les RV (téléphone et physique)

J’ai connu l’époque où des sorties et des voyages étaient organisés par le service CLAIR cela permettait à des personnes âgées et isolées de continuer à sortir et à voyager – même à l’étranger – dans un environnement amical et sécurisé. Le repas annuel, la galette des rois, et un colis de fin d’année qui était un vrai repas complet de fête. Bien sûr, cela représentait un gros budget, mais certaines personnes âges sont seules en permanence. A part le club (mais les activités y sont chères) rien n’est fait.

Non concernée

Il n’y a rien de plus que ce qui existait déjà

Aucune solidarité vis-à-vis de la mairie. On ne peut rien leur demander. On ne vous répond pas.

Pas assez de docteurs. Les aides toujours pour ceux qui ne bossent pas

Manque de spécialiste : otorhino, dermatologue, radiologue au centre de santé

Autosatisfaction de la mairie pour les colis de Noël bien maigres ! Les ainés ne sont pas des mendiants ; ils ne font pas l’aumône !

Ne pas être en difficulté à Ponthierry car rien ou si peu à attendre

Pas de pédiatre

J’ose espérer que notre Centre de Santé actuel (qui fonctionne très bien) ne fera pas l’objet « d’améliorations destructives » !

Créer une maison médicale sans nouveaux médecins, comprends pas. Ce n’est pas cela qui va les attirer

Difficile de trouver un médecin (-> Corbeil)

Je ne sais pas, je ne fais que travailler

Quand va-t-on réserver en priorité les soins du centre de santé aux habitants de la commune !!!

Quand va-t-on réserver en priorité les soins du centre de santé aux habitants de la commune !!!

Social, alors là toujours le même principe, les personnes venues de l’étranger mieux considérées que les natifs Français. Centre de santé toujours parfait. Seniors a passé de 75 ans à 65 ans ?

Peu au courant de ce qui est fait dans ces domaines

Réunion publique : Trois ans après, le temps du bilan !

2014 – 2017 : des promesses aux actes.

 

En mars 2014, Jérôme Guyard et ses colistiers s’installaient aux commandes de la ville de Saint-Fargeau-Ponthierry.

Nous sommes en mars 2017, à mi-mandat. Le bon moment pour effectuer un bilan de la politique menée.

Pour réaliser ce bilan, qui de mieux que les habitants pour le faire ?

Chaque habitant a un droit d’expression sur la politique menée par sa municipalité.

 

A l’écoute des citoyens pendant ces trois années, les élus de l’opposition de la liste « Avec Vous, Réussir l’Avenir », ont pris l’initiative, début janvier, d’une consultation des Féréopontains.

 

Par courrier, par courriel ou via les réseaux sociaux, chacun a ainsi pu s’exprimer sur ce qu’il vit, sur les services rendus à la population, sur la manière dont il envisage la ville.

 

Environnement, urbanisme, éducation, culture, économie, démocratie, finances, solidarités, sécurités, sports, transports, services municipaux, tous les sujets ont été abordés par les habitants.

 

La restitution de cette première évaluation collective et participative sur la commune, se fera lors d’une réunion publique

 

Le vendredi 17 mars 2017, à 20h,

Salle Ginette Rivière à Saint-Fargeau-Ponthierry

(à côté du terrain de pétanque)

 

Cette réunion est la vôtre. Échangeons, ensemble !

Affiche Réu Publique 17 mars 2017