Conseils de quartiers : que sont-ils devenus ?

.

Créés en 2002, l’objectif de ces conseils était de partager le pouvoir de décision avec les habitants, en confrontant l’expertise des élus avec l’expertise professionnelle des services municipaux et l’expertise citoyenne des habitants. L’expression démocratique était ouverte.

Six conseils de quartiers existaient : Les Bordes, Jonville, Moulignon/Auxonnettes, Ponthierry-Seine, Saint-Fargeau et Tilly.

 

Mais en 2014, ils sont remplacés par des conseils de hameaux. En 2015, le maire impose une nouvelle charte de fonctionnement qui réduit le conseil de 20 membres possibles à 3 seulement. C’est l’élu qui choisit le référent habitant.

 

Le nouveau concept est d’accepter les propositions des élus et de ceux qu’ils ont choisi pour composer le bureau, avec encore quelques anciens bénévoles. Aucune réponse, ni de suivi aux questions posées par les habitants. Plus de réunions publiques avec les élus qui apportaient des informations municipales. Un fonctionnement à l’opposé de ce qui se faisait AVANT !

Rien d’étonnant, « le mot démocratie participative » n’est pas dans le vocabulaire du maire !

Trois habitants référents démissionnent. Résultat : fin de l’activité de trois conseils.

Fin 2015, le maire a tué la démocratie locale

 

AVANT, l’expression des habitants était relayée auprès de la municipalité par l’élu qui présidait chaque conseil de quartier. Un compte-rendu était rédigé et adressé aux participants.

Les questions émises par les habitants étaient analysées, la faisabilité des demandes était examinée par les élus et les responsables des services concernés. Une réponse, favorable ou non, était donnée avec des explications précises. Des contre-propositions étaient émises.

Le dialogue et les compromis existaient.

Aujourd’hui plus d’échange entre la municipalité et les habitants !

 

AVANT, Chaque conseil de quartier gérait un budget de 4 000€ pour l’animation du quartier (Noël, carnaval, rallye vélo…) et les petits travaux (plan de circulation, allée piétonne, lavoir…).

Pour les investissements plus importants (aires de jeux, trottoirs…) un budget de 80 000€ était géré démocratiquement par l’ensemble des six quartiers. Ainsi, des équipements collectifs étaient aménagés. En général, les budgets n’étaient pas totalement dépensés.
Une vraie vie de quartiers existait. Les habitants se rencontraient pour préparer des projets d’animation et d’environnement, émettre des idées autour d’un verre de l’amitié. La convivialité était le maître mot.

Aujourd’hui cette dynamique est cassée.

 

Les habitants ont vite compris que ces nouveaux conseils de hameaux n’avaient plus rien de commun avec les conseils de quartiers ! D’où leur désintérêt.

Quelques anciens bénévoles tentent malgré tout d’animer leur quartier du mieux qu’ils peuvent.

 

Le maire a ainsi réussi son « œuvre », conforme à sa philosophie.

Aujourd’hui plus de démocratie participative,

l’objectif de la municipalité est atteint

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 + 8 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.