Destruction de la mairie : des questions en suspens

Face à l’inquiétude des habitants, et leur refus du déplacement du cœur de ville, face aux procédures juridiques qui sont engagées contre la destruction de la mairie, le maire et ses adjoints publient en urgence un journal de 16 pages, sans laisser la moindre expression aux élus de l’opposition.

Ils utilisent des propositions qui ont été faites par différents acteurs il y a quelques années. Ces propositions, considérées comme non-pertinentes, ont été refusées par la municipalité de l’époque.
Aujourd’hui, le maire s’appuie sur ces études pour justifier ses choix actuels. Il détourne ainsi l’attention pour éviter de répondre aux vraies questions que tout le monde se pose et dont on ne retrouve aucune trace dans son journal.

  • Pourquoi le déplacement des services municipaux devrait provoquer la démolition de la mairie actuelle ?
  • Pourquoi vider le centre-ville quand toutes les réflexions des plus hautes instances sur les villes de taille moyenne suggèrent l’inverse ?
  • Pourquoi refuser une mise en concurrence pour céder les meilleurs terrains de la commune en utilisant un échange-troc contraire aux intérêts de la commune ?
  • Pourquoi avoir vendu les terrains du centre-ville à 200 euros le mètre carré alors qu’une mise en concurrence aurait permis de les vendre à 350 euros voire plus ? Soit un manque à gagner pour la ville de plus de 3 millions d’euros.
  • Pourquoi agir en catimini et tout cacher, même aux élus de sa propre liste ? Exemple : Cacher le nom du promoteur qui déposait dès le 29 septembre sa demande de permis, quelques heures après la délibération du conseil municipal du 28 septembre, permettant ainsi l’échange des terrains du site mairie avec les terrains d’entrée de ville dont il n’était même pas encore propriétaire.
  • Pourquoi refuser de communiquer le projet global du promoteur en donnant le nombre total de logements à moyen terme ? 500 ? 600 ? Plus ?
  • Pourquoi une communication aussi tardive par le biais d’un journal sans qu’aucune ligne ne soit consacrée à la moindre réponse à ces 7 questions ?

Sous la pression, le maire se trouve contraint de se justifier, notamment par de fausses informations, et sans répondre à nos questions.

 

Poser les vraies questions est une exigence citoyenne partagée par le plus grand nombre.

Y répondre est une obligation pour tout dirigeant.

 

Déplacement de la mairie : les Féropontains demandent à être consultés !

Les Féréopontains se sont encore déplacés en nombre le jeudi 14 janvier à la 3ème réunion publique des élus minoritaires.

Objectif : s’informer, débattre et échanger sur le déménagement de la mairie et ses conséquences, l’urbanisation de l’entrée de ville et du centre ville.
Beaucoup de questions et d’inquiétudes face à un projet mené dans la précipitation et la plus grande opacité.

Les habitants ont clairement affirmé leur volonté d’être mieux informé par la municipalité et consulté sur ce dossier qui modifiera profondément le visage de notre commune et fragilisera lourdement ses finances.

Mais le débat démocratique ferait-il peur au maire ?

  • Retour en image et en vidéo sur cette soirée.

 

 

Image1

6_IMGP0928ret

8_IMGP0937ret

 

Plan Local d’Urbanisme : vers une urbanisation galopante !

Le PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable) définit les orientations générales d’aménagement de notre territoire pour les 10 prochaines années.

Ce sera le principal document du futur Plan Local d’Urbanisme (PLU) que la municipalité de Saint-Fargeau-Ponthierry souhaite réviser entièrement.

Ce PADD a été débattu en Conseil Municipal dès le 2 février 2015.

 

Problème de légalité

 

PADD 15 AVRIL 2015

Le volume d’urbanisation proposé par la municipalité (plaine d’Auxonnettes et de Tilly) n’était pas légal, car en contradiction avec la charte du Parc Naturel Régional du Gâtinais et le Schéma Directeur de la Région d’Ile-de-France qui limitent la consommation des espaces agricoles, naturels et boisés. Les services de l’État ont donc exigé des modifications.

Une deuxième présentation a donc eu lieu lors du Conseil Municipal du 15 avril 2015.

La plaine d’Auxonnettes a disparu du projet. La plaine de Tilly est, elle, promise à une urbanisation « préférentielle », là où restaient encore des espaces naturels.

Les habitants de Tilly, mis devant le fait accompli, ont manifesté leur mécontentement lors des réunions du PADD et du Conseil de quartier, programmées à la même date, le 19 mai !

 

 

 

 

 

Asphyxie !

PADD JOURNAL MUNICIPAL MAI 2015

 

 

Par sa volonté d’urbaniser totalement l’entrée de ville (RD607 au niveau de Tilly, plaine de Tilly, emplacement de Fermembul) la municipalité cassera délibérément le caractère « rurbain » de notre territoire (équilibre et alternance entre les espaces ruraux et urbains).

En espérant que ces orientations soient actées dans le futur PLU, le maire utilise le journal municipal (n°5 p.5) pour maquiller son projet d’extension de la zone d’activités commerciales avec un discours pseudo-écologique et un schéma cachant cette urbanisation. (Le secteur d’urbanisation préférentiel de Tilly a étrangement disparu !)

 

 

 

 

En un an,

l’engagement de Jérôme Guyard de « maîtriser l’urbanisme de la ville »

a laissé la place à un travestissement écologique

et à une urbanisation galopante.

urbanisation 2

Entrée de ville de Ponthierry : des inquiétudes légitimes

Le PADD, Projet d’Aménagement et de Développement Durable, a été le point fort des débats du Conseil Municipal du lundi 2 février. Ce PADD doit servir de support à la révision du PLU, Plan Local d’Urbanisme, et décrire ce que sera la ville de demain.

Même si cela n’a été mentionné à aucun moment, ce document s’appuie en grande partie sur les travaux menés pendant 3 ans par l’ancienne municipalité dans le cadre de la mise en place de l’Agenda 21. Sur plusieurs points, on retrouve donc l’analyse et les propositions faites à l’époque.

Pourtant, de nombreuses interrogations demeurent (nous aurons l’occasion d’y revenir en détail prochainement).

L’urbanisation rendue possible de l’entrée de ville fait partie des grosses différences d’approche et concentre une partie de nos inquiétudes.

Les plans portés à notre connaissance mentionnent en effet clairement deux secteurs d’urbanisation préférentiels : la plaine de Tilly d’une part (entre Maison rouge et le hameau de Tilly) et la zone qui s’étend de la ZAC de la Mare aux loups à la sortie d’Auxonnettes.

Pour justifier ce choix, la municipalité met en avant les préconisations de la Région qui, via son schéma directeur, autorise cette extension.

Sauf que la Région propose un cadre, mais n’impose pas ces extensions.

Pour préserver ces espaces naturels, la municipalité aurait donc pu choisir de ne pas étendre cette zone d’activité.

Au lieu de cela, par ses orientations, la municipalité choisi de dénaturer profondément le paysage en entrée de ville.

Les habitants de Tilly, Moulignon et Auxonnettes verront donc leur perspective paysagère fortement amputée.

Qu’y aura-t-il sur ces secteurs d’urbanisation préférentiels ? De l’activité économique ? Des logements ? Les deux ? La municipalité précise « à dominante économique ». Tout cela reste dans le flou pour le moment…

Toujours est-il que, dans quelques années, nous aurons un front d’urbanisation face aux habitations existantes, rompant ainsi avec la protection volontairement conservée de toute la partie gauche de la RD607 en entrée de ville, et dénaturant profondément et durablement la nature même de notre commune.

Ce PADD a été conçu « en collaboration avec les partenaires institutionnels et les personnes publiques ».

Quid de la population ? Elle devrait être informée prochainement ! Sous quelle forme ? L’avis des habitants sera-t-il pris en compte ? Le flou reste complet là aussi.

Les communes restent libres de ne pas urbaniser une zone si tel est son choix. C’est ce qui a été fait pendant 20 ans.

Aujourd’hui, ceux qui nous parlaient il y a encore quelques mois d’urbanisation maitrisée, ont déjà oublié leurs engagements.

 

Les promesses faites à l’époque ne sont déjà plus qu’un vague souvenir.

Les habitants des différents hameaux apprécieront.

 

 


 

Les secteurs promis à une urbanisation
selon le PADD présenté en Conseil Municipal le 2 février 2015

Image 1

 
Les choix de préservation de zones naturelles selon le PLU de 2006

Image 10

Pour en savoir plus :

Projet d’Aménagement et de Développement Durable – Conseil Municipal du 2 février 2015

1 3 4 5