« Le maire accusé de favoritisme »

« Le maire accusé de favoritisme »

Tel est le titre du journal « La République de Seine-et-Marne » du 25 mai qui révèle la condamnation de la ville par le Tribunal Administratif de Melun !

Le maire présidait la commission d’appel d’offres pour l’attribution d’un marché d’entretien du réseau routier municipal. Le juge des référés a relevé des irrégularités importantes dans cette attribution, notamment dans l’évolution des critères entre ceux annoncés, au départ, dans le marché et ceux présentés, au final, à la commission.

La procédure d’appel d’offres est annulée et la ville est condamnée à verser 1500€ à l’entreprise qui a saisi le juge administratif.

Ce manque de rigueur aura un coût pour les contribuables !

Condamnation Mairie - La République 25 mai 2015

Plan Local d’Urbanisme : vers une urbanisation galopante !

Le PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable) définit les orientations générales d’aménagement de notre territoire pour les 10 prochaines années.

Ce sera le principal document du futur Plan Local d’Urbanisme (PLU) que la municipalité de Saint-Fargeau-Ponthierry souhaite réviser entièrement.

Ce PADD a été débattu en Conseil Municipal dès le 2 février 2015.

 

Problème de légalité

 

PADD 15 AVRIL 2015

Le volume d’urbanisation proposé par la municipalité (plaine d’Auxonnettes et de Tilly) n’était pas légal, car en contradiction avec la charte du Parc Naturel Régional du Gâtinais et le Schéma Directeur de la Région d’Ile-de-France qui limitent la consommation des espaces agricoles, naturels et boisés. Les services de l’État ont donc exigé des modifications.

Une deuxième présentation a donc eu lieu lors du Conseil Municipal du 15 avril 2015.

La plaine d’Auxonnettes a disparu du projet. La plaine de Tilly est, elle, promise à une urbanisation « préférentielle », là où restaient encore des espaces naturels.

Les habitants de Tilly, mis devant le fait accompli, ont manifesté leur mécontentement lors des réunions du PADD et du Conseil de quartier, programmées à la même date, le 19 mai !

 

 

 

 

 

Asphyxie !

PADD JOURNAL MUNICIPAL MAI 2015

 

 

Par sa volonté d’urbaniser totalement l’entrée de ville (RD607 au niveau de Tilly, plaine de Tilly, emplacement de Fermembul) la municipalité cassera délibérément le caractère « rurbain » de notre territoire (équilibre et alternance entre les espaces ruraux et urbains).

En espérant que ces orientations soient actées dans le futur PLU, le maire utilise le journal municipal (n°5 p.5) pour maquiller son projet d’extension de la zone d’activités commerciales avec un discours pseudo-écologique et un schéma cachant cette urbanisation. (Le secteur d’urbanisation préférentiel de Tilly a étrangement disparu !)

 

 

 

 

En un an,

l’engagement de Jérôme Guyard de « maîtriser l’urbanisme de la ville »

a laissé la place à un travestissement écologique

et à une urbanisation galopante.

urbanisation 2

RPA Infos – Juin 2015

Le numéro du mois de Juin 2015 de notre journal « RPA Infos » est paru !

Des infos, de l’analyse, du décryptage sur tout ce qui fait la vie de la commune.

Vous le découvrirez ce week-end dans vos boites aux lettres, et ici même.

N’hésitez pas à le partager.

Bonne lecture !

RPA Infos – JUIN 2015

© RPA

© RPA

© RPA

© RPA

© RPA

© RPA

© RPA

© RPA

Premier budget : premier chaos !

Rigueur ou austérité ?

Au Conseil Municipal du 15 avril était présenté le premier budget préparé entièrement par la nouvelle municipalité et donc le premier acte politique fort.

Qu’en ressort-il d’un point de vue général ?

La rigueur ne s’applique pas à tous les Féréopontains de la même façon, en témoignent ces quelques exemples qui auront un impact sur notre quotidien :

  • Au niveau fiscal, les recettes liées aux taxes foncières et d’habitation progressent de 3,2% ! Elles bénéficient à la fois de l’accroissement des bases fiscales décidées par l’état mais aussi de la diminution de l’abattement passant de 20% à 15% (votée par la nouvelle majorité) dont bénéficiaient depuis près de 40 ans les familles Féréopontaines ! Ce qui conduira à plus de pression fiscale pour tous.
  • Au niveau des associations, le montant des subventions est diminué de 23% comparé à ce qui a été versé aux associations l’an dernier ! Cela représente 70 174 € de moins ! Certaines associations pourraient être mises en difficultés. Leur existence        risque d’être compromise.
  • Au niveau du personnel, l’aide à l’emploi (apprentissage, insertion, CAE) n’a quasiment plus cours à Saint-Fargeau-Ponthierry, puisque la ligne budgétaire passe de 71 000€ au Budget Primitif 2014 à 5020€ au Budget Primitif 2015. Cette aide est pourtant un tremplin vers l’emploi basé sur des valeurs sociales et solidaires.
  • A l’inverse, les indemnités des élus voient leur montant évoluer de 10 000€ d’un budget à l’autre, soit +7,7% de hausse (140 500 € au BP 2015).

 

Un budget en déséquilibre : du jamais vu depuis 30 ans !

 

1 / L’équilibre budgétaire est la clé de voûte de l’édifice avec lequel il est impossible de transiger.

Il s’agit de s’assurer que la collectivité dispose des ressources propres suffisantes pour couvrir ses dépenses.

Or le budget qui a été présenté le 15 avril et voté par l’actuelle équipe présentait un déséquilibre de 480 025,22 euros !

L’opposition l’a signalé lors de ce conseil. La nouvelle municipalité a été dans l’incapacité de produire des documents respectant les obligations légales. Conséquence : une délibération modificative dès le 11 mai. Du jamais vu !

Comment va réagir la Préfecture face à cette légèreté politique ?

2 / Le vote de la délibération sur les subventions aux associations ne correspond pas au montant inscrit au budget :

  • La ligne budgétaire a été votée pour 227 018 € (délibération Budget n° 21).
  • Le montant total des subventions voté est de 228 268 € (Délibération Subventions aux associations n°26).

Donc un écart de 1250 euros ! Quel document doit-on prendre en considération pour la véracité des chiffres ?

 

Un budget 2015 mal préparé où l’austérité prévaut sur les valeurs de solidarité !

 

 

PROXIBUS : L’avenir du transport à la demande toujours en question ?

Les usagers ont enfin été entendus…  mais restent vigilants !

Après cinq mois de mobilisation et des discours officiels qui n’ont cessé de changer, les usagers du Transport à la Demande (TAD) ont pu se faire entendre.

Une délégation de 7 habitants a été reçue le 19 mai 2015 par M Lemesle, président de la Communauté de Communes.

La pétition signée par près de 700 personnes lui a été remise.

Cette délégation a pu exprimer la détermination des usagers à voir maintenu le TAD Proxibus.

Ce fut l’occasion d’exprimer le refus d’une confusion volontaire et récurrente entre l’offre de transport des lignes régulières (1 Gare-Pringy et 11- Gare- Zac de l’Europe) et celle du service de TAD, totalement spécifique. Les témoignages ont démontré son utilité. (voir ci-contre)

Le TAD maintenu jusqu’au 31 décembre 2015, mais…

Pour le Président de la Communauté de Communes, ce maintien dépend :

  • du renouvellement pour 3 ans de la délégation de service public : demande qui passera devant la commission du STIF (Syndicat des transports d’Ile de France) début juin
  • du choix parmi les propositions reçues suite à l’appel d’offre lancé sur le marché du transport

Ainsi, il affirme être en mesure de faire une annonce officielle du choix de la société de transport avant fin juin. La poursuite du TAD jusqu’au 31 décembre 2015 serait alors concrétisée.

Toutefois, rien n’est acquis pour 2016 !

L’Agglomération Melun Val de Seine, dans laquelle doit entrer notre commune à partir du 1er janvier 2016, n’a pas la compétence du Transport à la Demande. La décision de maintenir ce service et de le financer à partir du 1er janvier 2016 relève donc du choix de la commune.

De nombreux habitants sont maintenant informés.

Ils seront vigilants aux décisions qui seront prises.

 


 

Témoignages d’usagers

« Mon entourage m’aide mais c’est une tranquillité d’esprit que je puisse prendre Proxibus sans embêter quelqu’un, pour aller chez le docteur. Moralement c’est important ».

« Je marche difficilement mais je fais mes courses, grâce à Proxibus, trois fois par semaine à LIDL, à Simply et au marché. Je ne peux pas porter des charges lourdes ni rester debout très longtemps […]».

« Incité à prendre la ligne régulière, plutôt que Proxibus, je suis parti d’Auxonnettes à 9h pour aller Place Leclerc. Avec les 2 changements à la gare à l’aller comme au retour, je suis rentré à 12h30. Ce n’est pas adapté. C’est trop long, trop fatigant ».


 

Ne pas confondre lignes régulières

et transport à la demande !

L’hypothèse sous-jacente du remplacement de « Proxibus », grâce à l’amélioration des lignes régulières ne prend absolument pas en compte les besoins d’accompagnement des usagers actuels a fortiori ceux les plus fragiles qui apprécient actuellement la souplesse des horaires et les arrêts de proximité supplémentaires.


 

Coût du Transport à la Demande (TAD)

  • 137 000 € pour la Communauté de Communes
  • 72 000 € pour le Conseil Départemental
  • 16 000 € pour le STIF (Syndicat des Transports d’Ile de France

 


 

 

5 mois de discours à géométrie variable !

 

Les déclarations changeantes des élus municipaux et communautaires ont fait naître de nombreuses inquiétudes sur l’avenir du TAD.

  • Janvier 2015 : Journal « Seine-Ecole Infos » : « Le transport à la demande prolongé […] jusqu’au 30 juin 2015 »
  • 2 février : au Conseil Municipal « c’est à l’étude » dit le maire Jérome Guyard
  • 10 février : au Conseil de la Communauté de Communes « ce service s’arrête le 30 juin »
  • 2 mars : au Conseil Municipal « ce service sera redimensionné sans faire de doublon avec les lignes régulières » répond le maire.

A la veille des élections départementales,

les promesses pleuvent…

  • 19 mars : lettre ouverte du président de la Communauté de Communes : « Notre objectif est de maintenir un service adapté […] »
  • 26 mars : deux tracts successifs des candidats J. Guyard et V. Veau : « La municipalité travaille au développement des lignes les plus adaptées aux demandes des Féréopontains » […]   « Ce service sera repris par notre commune au 1er janvier 2016. »

 

 

8 mai 2015 – Se souvenir, 70 ans après !

Ce vendredi 8 mai 2015 auront lieu les cérémonies de commémorations du 8 mai 1945, marquant la fin de la seconde guerre mondiale, la fin de 6 années d’horreur.

Sur Saint-Fargeau-Ponthierry,

la cérémonie se déroulera place Leclerc, à 10h30.

Commémorations 8 mai 1945

Il y a 70 ans, au sortir de cette barbarie nazie, c’est un espoir d’un autre vivre ensemble qui s’ouvrait, loin des stigmatisations, des ségrégations, de l’exclusion.

La dignité et la liberté des peuples restent un combat quotidien.

70 ans après, l’histoire, parfois, tend à se répéter. Les médias nous relatent presque quotidiennement des actes racistes, des propos antisémites ou xénophobes, des prises de positions d’élus ou d’intellectuels pointant du doigt des communautés.

Ces stigmatisations de l’autre, de l’étranger, peuvent nous laisser croire à une tentation d’un retour en arrière… Un repli sur soi, repli identitaire qui a conduit notre pays, à un moment de son histoire, sur des pentes dangereuses.

Ces commémorations sont donc l’occasion de réaffirmer l’unité nécessaire de notre pays, riche de ses diversités et qui refuse l’intolérance.

Se souvenir n’est pas être nostalgique d’un certain passé qui nous fait nous recroqueviller. C’est nous permettre de nous forger un avenir ayant tiré les enseignements de l’histoire.

Nous devons faire vivre cette mémoire qui nous aidera à construire un monde meilleur aujourd’hui et demain.

Avec tous les féréopontains, retrouvons-nous donc vendredi 8 mai 2015, place Leclerc, pour se souvenir…

 

© Ami entends-tu ?

© Ami entends-tu ?

Ailleurs sur le Web…

Budget 2015 : le communiqué de presse des élus minoritaires

Le conseil municipal de Saint-Fargeau-Ponthierry du 15 avril délibérait sur le budget 2015 de la commune. Ce budget a été rejeté par les élus de la liste “Avec Vous, réussir l’Avenir”.

Pour mieux comprendre ce vote et les conséquences de ce budget pour la ville, voici le communiqué de presse des élus minoritaires.

 

Les élus minoritaires ont rejeté les propositions de budget prévisionnel 2015, du maire de Saint-Fargeau-Ponthierry lors du Conseil Municipal du 15 avril 2015.

Ce budget en effet se traduit par des déséquilibres, comme l’insuffisance de ressources propres pour rembourser le capital de la dette. D’autre part il aggrave l’endettement de la ville tout en ne permettant pas une politique active d’investissement.

Pour la douzième année  consécutive les taux de fiscalité sont maintenus à leurs niveaux de 2003 (seules 3 communes parmi les 20 plus grandes de Seine et Marne ont choisi de les augmenter quand d’autres les diminuaient). Et pourtant la pression fiscale va s’accroître par le choix du maire, que nous avions dénoncé, de diminuer le taux d’abattement.

Ce budget ne respecte en rien les orientations budgétaires déclarées qui annonçaient, par exemple, une baisse des dépenses liées au personnel, là où elles augmenteront de 3,6%, faisant passer cette ligne de 56 à 58% des dépenses de fonctionnement.

Mais le plus grave est sans doute de voir de nombreux secteurs sacrifiés : le sport et l’accompagnement à la scolarité (baisse de 2%) alors que le nombre d’enfants augmente, mais aussi le culturel et le social (baisse de 20% au CCAS et 40% au FRPA).

Le milieu associatif est particulièrement touché avec une baisse de 21% de ses subventions sans compter les 3 associations conventionnées. Certaines associations devront envisager de fermer leur porte.

Ces secteurs sacrifiés ne le sont pas pour des raisons de simples équilibres financiers mais pour financer des dépenses qui tendent à répondre à des ambitions qui apparaissent de plus en plus démesurées :

  •   – augmentation des dépenses de communication pour financer des dépenses de publi-reportage de 8 pages dans la presse.
  •   – après une première augmentation des indemnités des élus en 2014, une nouvelle augmentation de 15% de ces mêmes indemnités est inscrite.
  •   – des dépenses liées à la préparation de l’achat d’une nouvelle mairie en entrée de ville prévue pour être totalement urbanisée.

Ce budget 2015 d’autre part n’offre aucune perspective d’anticipation et préparation des enjeux à venir comme :

  •   – les effets de la fusion avec la communauté d’agglomération Melun Val de Seine et la reprise des services au public qui seront délaissés (par exemple le transport à la demande arrêté le 30 juin avec aucune ligne budgétaire  prévue pour sa continuité).
  •   – aucun engagement financier pour répondre aux obligations légales à venir. Exemples : le schéma d’accessibilité des équipements publics ou encore la réduction obligatoire de la consommation d’énergie dans les établissements publics communaux.

D’une façon générale ce budget mal équilibré, inadapté aux besoins des féréopontains, n’est l’expression d’aucune perspective positive pour la ville. Il traduit un désir de renfermement de la ville sur elle même et d’une perte de dynamique. La faiblesse générale des investissements en est la meilleure des traductions. Et pourtant, dans 8 mois, de nouvelles et importantes recettes issues de l’ouverture  de Toys”R”Us fin juin, viendront alimenter un budget qui permettait d’associer la rigueur et l’ambition pour la ville.

Notre crainte est que comme dans l’histoire du Docteur Knock de Jules Romain, les habitants de Saint-Fargeau-Ponthierry deviennent, comme les habitants de Saint-Maurice, des bien portants à qui l’on veut faire croire qu’ils sont malades.

Les remèdes proposés par M Guyard à travers ce budget pourraient bien transformer ses administrés en malades.

Intox / Désintox – N° 5

INTOX !

Jérome Guyard écrit : « Depuis 10 ans, le Conseil Général c’est 37% d’agents en plus !  »

DESINTOX…

Vrai. Mais cette critique fait abstraction de la loi de décentralisation du 13 août 2004 qui a transféré les compétences et les personnels de l’Etat au Département à compter du 1er janvier 2005, à savoir :

  • Transfert des personnels techniques, ouvriers et de services (TOS) des collèges au département

  • Transfert des compétences 

    • Les transports

    • La gestion des routes

    • L’action sociale

    • Le logement social

1 15 16 17 18 19 21