Une action juridique pour préserver le cœur de ville

Face au refus de répondre depuis 6 mois à nos questions et à celles des habitants sur un dossier majeur.

Face au refus d’engager le débat :

  • sur la pertinence de démolir et de déplacer la mairie, Maison de Tous
  • sur l’avenir du cœur de ville voué à une urbanisation accélérée
  • sur le devenir de notre commune

Les élus d’opposition et plusieurs Féréopontains ont engagé des recours pour que la justice se prononce, entre autre, sur les nombreuses irrégularités du permis de démolir et du permis de construire.

Les résultats des premières démarches seront connus dans moins de 15 jours.

Ces différentes procédures ont un coût.

Avec le soutien de l’association RPA un financement participatif est lancé.

(voir l’article Financement participatif : RPA vous sollicite)

Sa réussite conditionne notre capacité à aller au bout du seul objectif qui nous motive : empêcher la destruction de la mairie et renforcer le cœur de ville, tout en le protégeant d’une bétonisation accélérée.

Changeons de vision et de méthode pour notre ville

Une mairie excentrée, des services publics éloignés des habitants, une urbanisation irréfléchie en centre-ville : c’est le projet promis par la municipalité dans des conditions de réalisation d’une totale opacité.

Un centre-ville renforcé, une mairie rénovée, modernisée, recentrée, des services publics au plus près du cœur de vie des Féréopontains : c’est l’alternative que vous proposent les élus d’opposition dans une démarche de concertation transparente.

Cette alternative, plus respectueuse de l’esprit de notre ville et au service de tous les habitants, les élus de l’opposition vous la présente ici.

 

Pour une solution alternative en 4 étapes

Protéger la qualité et l’attractivité de la ville

Cette vision de la ville est celle qui a prévalue à Saint-Fargeau-Ponthierry pendant ces deux dernières décennies. Pour lutter contre une pression immobilière accrue, l’ancienne municipalité a mis en place des protections environnementales avec :

– la Charte du parc du Gâtinais limitant la consommation des espaces verts et agricoles

– l’inscription dans le PLU (Plan Local d’Urbanisme) de 60% de superficies non constructibles

– l’achat et l’ouverture au public de l’espace naturel sensible de 36 hectares (ENS R.Sachot)

– la réalisation d’un Agenda 21

Toutes ces protections sont aujourd’hui menacées

Mairie de Cesson

Mairie de Cesson

Mairie des Mureaux

Mairie des Mureaux

Associer patrimoine et modernité

Oui, il est possible de garder le bâtiment existant de la mairie et de procéder à son extension. Beaucoup de communes l’ont réalisé avec réussite pour s’adapter aux exigences d’accueil, d’accessibilité, et d’efficacité des services. Aux Mureaux, comme à Cesson (photos ci-contre), les anciens bâtiments municipaux ont été conservés et de nouvelles ailes ont été ajoutées. Avec une même exigence : que ces services demeurent dans le cœur de vie de la commune.

Extension de la mairie - Plan de masse

Extension de la mairie – Plan de masse

Faire le choix de la transparence et de la démocratie

C’est grâce à la mise en concurrence des promoteurs que la municipalité peut être exigeante et faire le choix du projet le mieux adapté à ses besoins, à l’environnement et à sa capacité de financement.

Et c’est avant que le projet ne soit ficelé que l’avis de la population doit être requis. Agents, riverains, habitants, commerçants, associations, doivent, en amont, pouvoir donner légitimement leur avis d’usagers.

Avoir une réflexion globale sur les impacts engendrés

Aujourd’hui, faciliter l’urbanisation en centre-ville ou déplacer le marché a des conséquences irréversibles sur les conditions de vie des Féréopontains : circulation, stationnement, équipements publics. La proximité de ces services publics a été sciemment recherchée par les habitants venus s’installer en centre-ville.

Forts de ces orientations, nous vous proposons une alternative réalisable

  • Regrouper tous les bureaux autour d’un accueil unique sur le site actuel
  • Extension en L de la mairie en empiétant sur l’arrière à partir des terrains publics sous utilisés
  • Construction d’un bâtiment de deux étages en totale accessibilité avec ascenseur, pour compléter l’accessibilité actuelle du rez-de-chaussée de l’ancien bâtiment.
  • Intégrer dans les nouveaux bâtiments la salle du conseil municipal et la salle des mariages
  • Respecter les objectifs de la COP 21 : objectifs financiers (dépenses limitées en frais de fonctionnement) et environnementaux (consommation d’énergie limitée, Haute Qualité Environnementale etc…)
  • Financement assuré grâce à des recettes issues d’une réelle mise en concurrence de la vente des terrains derrière la mairie.
  • Reconstruction du terrain de foot de la Fileuse sur le complexe sportif Tettamanti
  • Conservation de tous les autres équipements éducatifs et sportifs
  • Intégration d’une voie douce et arborée, véritable colonne vertébrale d’un centre-ville restructuré, allant de la Seine au haut de Jon-ville. Lien assuré avec l’espace protégé du parc Sachot.
  • Derrière une mairie conservée et modernisée, organisation (en concertation étroite avec les habitants) d’un parc urbain avec jeux pour enfants autour d’une végétalisation renforcée et des stationnements en sous-sol du même type que ceux situés sous Simply Market.

Les choix d’aujourd’hui engagent l’avenir de notre commune.

Choisissez de préserver et valoriser le cœur de ville !

 

Lettre élus AVRIL 2016 - Page 2

Déménagement mairie, urbanisation centre ville : le vrai du faux !

Le 18 février 2016, les élus minoritaires de Saint-Fargeau-Ponthierry tenaient leur 4ème réunion publique. Avec la volonté de poursuivre le débat et la concertation sur un dossier opaque et constatable. Et un but : démontrer qu’un autre projet est possible, plus cohérent, plus respectueux de la ville et de ses habitants.

Retour sur cette soirée avec d’abord le décryptage du projet municipal, avec les élus minoritaires d’ « Avec Vous, Réussir l’Avenir ».

© RPA

© RPA

Notre réunion publique du 14 janvier, notre « 6 pages spécial mairie » et nos interventions au Conseil Municipal du 8 février 2016, ont alerté les Féréopontains. Ils ont été nombreux à se mobiliser. Une pétition a circulé, récoltant plus de 1200 signatures. Un rassemblement le samedi 6 février à réuni près de 200 personnes devant la mairie.

En réponse la municipalité a porté la polémique au Conseil Municipal du 8 février et organisé dans la précipitation 2 réunions publiques au cours desquelles une argumentation partielle et souvent erronée a été donnée.

Il est donc nécessaire d’apporter ici des précisions, sans esprit partisan, afin que chacun puisse faire la part du vrai et du faux dans toutes les informations qui sont données actuellement : démolition de la mairie, délocalisation de ses services, urbanisation du site mairie et méthode utilisée.

Sur la méthode : opacité, précipitation et échange de terrains

Curieusement, le maire préfère maintenant parler de vente plutôt que d’échanges. Alors qu’il s’agit bien d’une acquisition par voie d’échange qui a été voté par les élus majoritaires au Conseil Municipal du 28 septembre (délibération n°26).

La nuance est d’importance, car avoir préféré le troc à la vente normale, conduit à donner, clef en mains, l’urbanisation de tous les terrains situés entre la D607 et la rue de la Fileuse. Et cela sans concurrence et sans contrainte, au seul promoteur dont le nom a été soigneusement dissimulé jusqu’au 22 janvier 2016, jour de l’affichage réglementaire du Permis de construire et de démolir de la mairie … Il s’agit de BDM comme chacun le sait maintenant.

Énorme avantage pour ce promoteur qui a flairé la très bonne affaire. Et qui est prêt à beaucoup pour la conserver.

Ce beaucoup est souvent dissimulé de façon malsaine, on ne sait pas trop pourquoi.. Mais, ce beaucoup, on le découvre sous forme de concession de BDM à la commune, au détour d’une délibération, ou encore d’une réponse à une question écrite ou enfin sur un affichage obligé.

Ainsi :

  • on découvre que l’estimation à 4 100 000 € du site BASF a été renégociée à 3 400 000 € (délibération n°26 du 28 septembre)
  • on découvre que la cuisine centrale et l’école Camus sont retirées du périmètre de l’échange sans contrepartie pour BDM (délibération n°26 du 28 septembre)
  • puis on découvre que c’est au tour de la salle de tennis de table et de la salle de musculation d’être retirées du périmètre toujours sans contrepartie pour BDM (réponses aux questions écrites lors du Conseil Municipal du 14 décembre dans laquelle le maire annonce une prochaine délibération qui permettra de retirer ces 2 salles du périmètre)
  • enfin, le 15 février, on découvre que c’est BDM qui assurera les travaux nécessaires pour restructurer les bâtiments de BASF en bâtiments administratifs et de service public (Permis de Construire affiché sur la clôture de BASF délivré le 2 février 2016)

Tout cela, ce n’est pas rien, espérons que ce soit tout …

BDM apparait ainsi comme la bonne fée de SFP. Une bonne fée qui va permettre à la commune de réaliser son projet de délocalisation.

En fait bien sûr, ce troc va surtout permettre à BDM de réaliser l’urbanisation du site Mairie à sa guise et à son profit.

Alors, c’est quoi … cette urbanisation

 C’est d’abord une première tranche estimée par le Maire à une centaine de logement (Conseil Municipal du 29 septembre), puis à 140 pour en définitive en janvier, atteindre 158 logements (voir le Permis de Construire).

Une fois encore, pourquoi avoir dissimulé ce chiffre de 158 logements jusqu’en janvier, alors que la municipalité le connaissait depuis fort longtemps ? Le permis de construire a été déposé en octobre. Pourquoi cette minoration, sinon pour atténuer le choc de l’annonce auprès de la population ?

Mais la réalité est là, et ce n’est pas la projection en 3D des 7 bâtiments de cette 1ère tranche, faite lors des réunions publiques qui va calmer notre inquiétude.

Inquiétude d’autant plus grande que c’est le blackout total sur le reste à urbaniser ! Et ce ne sera pas rien, puisqu’il s’agit de la totalité du stade.

BDM a bien entendu un projet dans ses tiroirs. Un promoteur n’achète pas 23 000 m2 de terrains sans savoir ce qu’il va mettre dessus… Et ce serait une faute inadmissible de la municipalité que de ne pas avoir exigé d’en connaître le contenu.

Une fois encore, seul le citoyen, pourtant particulièrement concerné, n’est pas au courant ! Il découvrira le projet, comme pour la 1ère phase, lorsque tout sera ficelé, lorsque le permis sera signé.

Cette opacité, ce manque d’information dépasse le manque habituel de démocratie dans notre commune. C’est un service rendu à un promoteur choisi qui pourra continuer à urbaniser sans rendre compte à quiconque.

Improvisation

Inadmissible, d’autant plus que la municipalité semble avoir une vision de la ville future des plus limitées. Son urbanisation se fait au coup par coup, c’est l’improvisation la plus totale.

Le samedi 6 février, le maire recevant une délégation d’habitants reconnait « ne pas avoir encore réfléchi aux conséquences de l’urbanisation du site mairie en termes d’équipement et en termes de population nouvelle ».

Le mardi 16 février en réunion sur le PLU, on apprend que la municipalité, au vu de l’apport important de nouveaux logements, « va réfléchir aux questions de circulation à l’intérieur de la ville ». On fait et puis on verra bien. Il vaudrait mieux réfléchir avant comme l’a justement souligné un habitant.

Urbanisation débridée, dont le Maire s’efforce de dissimuler les conséquences, ce qui le conduit à de pitoyables contre-vérités. Ainsi samedi 13 février 2016, lors de la réunion publique, il affirme qu’après les diverses opérations en cours, « il n’y aura plus de logements sociaux à construire, le taux légal de 25 % étant atteint ».

Le Maire sait très bien qu’ensuite tout projet immobilier devra obéir à ce taux minima de 25 % de logements sociaux, simplement pour le maintenir à ce niveau !

Pourquoi travestir la vérité, il n’y a pas de honte à faire des logements sociaux dès le moment où la mixité est réalisée.

Urbanisation débridée

Revenons sur le terme d’urbanisation débridée qui pourrait paraître exagéré et partisan.

Pourtant que nous promet-on dans un proche avenir :

  • 300 logements sur des projets en cours rien que sur Ponthierry
  • 158 logements pour la 1ère phase mairie
  • combien de logements pour les phases mairie suivante : 300, 400 ?
  • 120 logements sur le site Cap Sensoria (réunion du PLU)
  • 5 à 600 logements sur le site Leroy/Henkel
  • sans compter les lotissements qui se dessinent comme les Glaises à Saint-Fargeau ou encore rue du Puits Beau

Faites la somme !

Mais en définitive, sans réflexion préalable, sans vision globale de ce que sera la ville de demain, ces empilements de projet auront des conséquences irréversibles sur les conditions de vie des Féréopontains.

On comprend l’empressement des promoteurs et notamment celui de BDM. Par contre, on comprend mal ce que les habitants de la commune ont à y gagner en termes de qualité de vie. On ne s’explique pas les raisons qui poussent l’équipe municipale à cette urbanisation … qu’elle disait vouloir « maîtriser » dans ses engagements de campagne électorale.

Sur la démolition de la mairie et sa délocalisation

Dans de telles conditions d’urbanisation, la démolition de la mairie apparait pour ce qu’elle est, à savoir une facilitation de l’urbanisation et non pas comme une nécessité.
La municipalité justifie cette démolition en parlant d’accessibilité, d’accueil, de conditions de travail et de requalification de l’entrée de ville.

Ces arguments ne sont en fait que des arguments d’opportunité dont se sert la municipalité pour atténuer le choc ressenti par les habitants. Aucun de ceux-ci ne justifie une telle priorité dans l’urgence et une telle solution qui exigerait la démolition de la mairie.

 

Par exemple, l’accessibilité :

La municipalité l’affirme, « c’est la loi sur le handicap de 2005 qui nous y oblige ».

En fait aujourd’hui, la loi permet d’étaler les travaux d’accessibilité.

C’est le maire lui-même qui l’affirmait au Conseil Municipal du 28 septembre pour faire voter par sa majorité le report à 6 ans des travaux d’accessibilité nécessaires sur l’ensemble de la commune (délibération n°19).

Difficile d’invoquer maintenant l’obligation et l’urgence pour la mairie. D’autant qu’il n’y a pas de besoin réel depuis que l’ancienne majorité a aménagé le rez-de-chaussée pour le rendre accessible, notamment l’aménagement de l’entrée.

 

Non, ce n’était pas notre projet !

Autre argument que le maire répète en boucle (Conseil Municipal du 8 février et réunion du 13 février) : d’après lui, « l’ancienne municipalité avait elle aussi programmée la démolition de la mairie, c’était son projet, j’ai les dossiers », proclame-t-il.

Cela veut déjà signifier que contrairement à ce qu’il disait, les dossiers de la mairie n’ont jamais été volés. Ces vols dont nous étions accusés, n’étaient qu’une affabulation.

Cela veut surtout dire aussi que le maire cherche piteusement une légitimité dans ce que nous aurions voulu faire. Cela mérite surtout un démenti catégorique : nous avons toujours refusé les projets imaginés par certains aménageurs qui intégraient une telle solution.

 

Comme bon nombre d’habitants aujourd’hui, nous n’admettions pas et n’admettons toujours pas

  • la destruction de la mairie actuelle parce qu’elle est partie intégrante de notre histoire commune et de notre patrimoine
  • l’éloignement des services municipaux du cœur du bassin de vie que constitue la ville de Ponthierry
  • la requalification de l’entrée de ville au détriment du centre ville, reprise d’un vieux projet d’une municipalité antérieure à la notre, il y a plus de 20 ans

Nous disions et nous disons toujours qu’une autre solution est possible qui permet de répondre à toutes les exigences.

Il s’agit de poursuivre la rénovation de la mairie que nous n’avons jamais cessé d’assumer tout au long de ces dernières années et de procéder à son extension, comme beaucoup d’autres communes l’ont fait avec bonheur en associant patrimoine et modernité.

 

 

A lire aussi :

 

Revivre la réunion publique du 18 février 2016

Réunion publique « Sauvons notre mairie ! »

Les élus minoritaires continuent leur travail d’information et d’échanges avec les Féréopontains. Un nouvelle réunion publique est organisée pour décrypter les raisons et les conséquences du déménagements de la mairie. un autre projet alternatif sera également présenté.

 

Opacité, précipitation, improvisation, contre-vérités….

Le déménagement de la mairie et le vaste projet immobilier du centre-ville suscite toujours de nombreuses interrogations et provoque l’inquiétude de la population.
Le 8 février en Conseil Municipal, le maire a encore esquivé toutes les questions, au mépris des 1200 signataires de la pétition initiée par les habitants.

Forts de cette mobilisation, et face à l’entêtement du maire et de ses colistiers, les élus minoritaires vous invitent à leur nouvelle réunion publique…


Le jeudi 18 février, à 20h, salle de l’Odyssée, à Ponthierry.

© RPA

© RPA

Face à ce projet étrangement opaque, nous démontrerons qu’une solution alternative existe et est viable.
Il sera aussi question de toutes les actions et mobilisations qui sont encore possibles et nécessaires pour SAUVER NOTRE MAIRIE !

Cette réunion est la vôtre ! Echangeons, ensemble.

Réu Publique 18 Février 2016 - V4

© RPA

La lettre des élus « spécial mairie »

La Lettre des élus de janvier est parue. Un numéro « Spécial Mairie » pour décrypter le dossier du déménagement de la mairie.

Délocaliser la mairie est une fausse bonne idée.

La mairie s’exile en entrée de ville.  A sa place, un important projet immobilier verra le jour. C’est un bouleversement dans la vie de notre commune qui touche chacun d’entre nous.

Mais la municipalité n’a pas jugé utile de vous informer. Hors des quelques éléments succincts dans son journal, aucune réunion publique d’information, aucune consultation des habitants sur ce projet monté avec précipitation et dans l’opacité la plus totale.

Dans ce numéro spécial de « La lettre des élus », vous retrouverez l’essentiel de cette réunion pour poursuivre la réflexion :

  • un historique qui montre combien la mairie et son emplacement accompagne la vie et l’évolution de notre commune.
  • l’analyse de la méthode qui place la population hors de toute décision
  • les conséquences de l’éloignement des services municipaux
  • l’inquiétude légitime que chacun peut avoir quant au silence concernant les constructions à venir sur le site de la mairie en plein centre ville
  • le coût supposé en profond décalage avec le coût zéro annoncé
  • une alternative possible avec une autre vision de ce que doit être la Ville de demain

 

Forts de ces informations, les participants à cette réunion publique ont largement débattu des suites à donner à cette soirée. En dernière page, vous trouverez les propositions qui ont émergées et qui sont faites à la municipalité afin qu’elle ne reste pas sourde aux interrogations des Féréopontains.

Elle doit engager dans les meilleurs délais la consultation nécessaire à une telle évolution de notre commune.

Tout sera ficelé pour mars 2016.

 Lettre élus JANVIER 2016

Lettre élus Janvier 2016 – Dernière minute – Page 1

Dernière minute page 2

Lettre des élus Janvier 2016 - Page 1

Lettre élus JANVIER 2016 - Dépliant Page 1

Lettre élus JANVIER 2016 - Dépliant page 2

Lettre des élus Janvier 2016 - Dernière minute Page 1

Lettre des élus Janvier 2016 - Dernière minute Page 2

 

La municipalité n’est plus propriétaire de la mairie !

Vendredi 22 janvier, 9h30…. Le nouveau propriétaire de la mairie affiche le permis de démolition et de construction, délivré le 14 janvier par le maire.

Un nouveau coup de force. Les riverains apprécieront !

Et bizarrement, le panneau avait disparu dans l’après-midi… La proximité des vœux était-elle gênante ?

Autant de précipitation, n’est-ce pas étrange?

DSCN1712

Réunion Publique « La mairie quitte le centre ville »

La municipalité se lance dans un grand déménagement…
La mairie va quitter le centre-ville pour être déplacée en entrée de ville, dans les anciens locaux de la société BASF. En lieu et place de l’Hôtel de ville actuel, un ensemble immobilier verra le jour.

Si les questions de l’amélioration de l’accueil des publics et de l’amélioration des conditions de travail des agents municipaux doivent être traitées, le projet, tel qu’il est envisagé, lève plusieurs interrogations.

Quel est le but véritable de ce projet ?

Quelles en seront les conséquences ?

Quel sera exactement l’impact financier pour la commune ?

Quel projet immobilier verra le jour en centre ville à la place de la mairie ?

 

Pour répondre à toutes ces questions et informer au mieux les habitants sur un projet qui affectera durablement leur cadre de vie,

les élus minoritaires de Saint-Fargeau-Ponthierry organisent leur troisième réunion publique…

Le jeudi 14 janvier 2016, à 20h,
salle de l’Odyssée, à Saint-Fargeau-Ponthierry

 Cette réunion est la vôtre. Echangeons, ensemble !

© RPA

© RPA

Une nouvelle mairie !

Qui dit nouvelle municipalité, dit nouvelle Mairie ?!

Qui dit restrictions budgétaires, dit nouvelles dépenses ?!

Au Conseil Municipal du 15 avril 2015, le Maire n’a pas souhaité répondre à propos du déménagement des services techniques sur le site Leroy, prévu pour-tant cet été. Mais ce même Conseil Municipal a voté une délibération pour permettre l’étude de faisabilité du déménagement de la Mairie sur l’ancien site de BASF (face à Truffaut).

La voie de la rigueur…?

Achat du bâtiment, restructuration des locaux, mise aux normes, déménagements, qui généreront des coûts supplémentaires : les finances municipales ne sont donc pas si catastrophiques !…

Ce projet n’est-il pas en contradiction totale avec l’impérieux discours municipal sur la rigueur budgétaire ?

  • NB : La Mairie ne sera donc plus « à deux pas », comme l’a claironné le journal municipal (n°5, mai 2015, p.19) répondant ainsi à l’abandon de la permanence des élus sur le marché tous les dimanches (Observatoire du Service Public).
1 2