Saint-Fargeau-Ponthierry en état de catastrophe naturelle

 

Saint-Fargeau-Ponthierry a été reconnue en état de catastrophe naturelle.

L’arrêté a été publié au Journal officiel du 15 février 2018. La commune fait partie des 275 identifiées par les ministères de l’Intérieur, de la Transition écologique et de l’Economie.

La reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle permet aux victimes ayant souscrit un contrat d’assurance de dommages (multirisques habitation, entreprise, automobile…) d’être indemnisées pour les dégâts matériels dus aux inondations.

Les ministères soulignent que « la priorité est désormais au retour à la normale », et assurent que « les collectivités locales sont et resteront mobilisées pour l’enlèvement et le traitement des déchets qui résultent des crues ».

L’arrêté vaut pour les inondations et coulées de boue qui ont eu lieu du 15 janvier 2018 au 5 février 2018

La Seine-et-Marne est le département le plus touché avec soixante-dix communes concernées.

 

 

Extrait de l’arrêté :

« L’état de catastrophe naturelle constaté par arrêté peut ouvrir droit à la garantie des assurés contre les effets des catastrophes naturelles sur les biens faisant l’objet des contrats d’assurance visés au code des assurances, lorsque les dommages matériels directs qui en résultent ont eu pour cause déterminante l’effet de cet agent naturel et que les mesures habituelles à prendre pour prévenir ces dommages n’ont pu empêcher leur survenance ou n’ont pu être prises.
En outre, si l’assuré est couvert par un contrat visé au code des assurances, l’état de catastrophe naturelle constaté peut ouvrir droit à la garantie précitée, dans les conditions prévues au contrat d’assurance correspondant. »

 

L’eau en questions !

 

Le samedi 13 janvier 2018, Rassembler Pour l’Avenir (RPA) organisait une conférence-débat sur le thème de l’eau autour de trois axes : l’eau dans le monde, l’eau en France et la gestion de l’eau à Saint-Fargeau-Ponthierry.

Plus de 70 participants ont pu appréhender les différents problèmes posés par la préservation de la ressource en eau.

Les trois conférenciers et les quatre expositions mises à disposition ont permis de lever le voile sur les solutions possibles à mettre en œuvre.

Une question d’une actualité brûlante !

Les évènements météorologiques récents ont encore mis en évidence les risques que chacun encourt. Le ru de Moulignon a été à deux doigts de déborder une fois de plus. Les services publics (SAGEA*, DDT** et municipalité) ont entrepris des travaux de curage d’urgence pour éviter de nouvelles inondations. C’est pourtant ce que l’on interdit aux riverains. Mais, dans le même temps, on reproche à ces mêmes riverains de ne pas nettoyer leur part de ru.

Allez comprendre !

Un des exemples évoqués lors de la conférence-débat est la nécessité d’abandonner l’agriculture intensive en labourant les sols. Ce mode de culture imperméabilise les sols agricoles, les appauvrit et augmente les inondations. On a pu le constater ces dernières semaines sur les plaines en entrée de ville, près des châteaux d’eau (photo) et à proximité de la ZAC de la Mare aux loups.

La meilleure solution est le recours à l’agroécologie, sans labour.

Mais tous ces problèmes et les solutions possibles semblent être ignorés par l’équipe en place puisque rien à ce jour n’est fait dans ce domaine.

Bien au contraire…

L’urbanisation à outrance de la commune le démontre jour après jour. L’extension de la ZAC de la Mare aux loups, par exemple, va imperméabiliser un peu plus les sols et risque de contribuer à accentuer les épisodes d’inondations.

Sur l’eau, les élus de la majorité sont définitivement secs et hermétiques

à toute politique alternative !

 

*SAGEA : Syndicat d’aménagement et de gestion de l’Ecole et ses affluents

**DDT : Direction départementale des territoires

Inondations : il n’y a pas de fatalité

Lettre des élus minoritaires aux habitants ayant souffert des inondations.

Il n’y a pas de fatalité

Saint-Fargeau-Ponthierry vient de subir des événements difficiles en raison des inondations.
Certains de nos concitoyens continuent à souffrir cruellement de leurs conséquences.
Au delà de la solidarité qui s’est manifestée en direction des victimes, il est nécessaire de s’interroger
sur les causes de cette catastrophe pour essayer de les amoindrir, voire de les supprimer.
A notre échelle féréopontaine, nous proposons des mesures de bon sens.

Il est toujours possible d’agir plutôt que de s’en remettre au destin.

Un bilan objectif doit nous permettre de dégager ce qui est de la responsabilité municipale.

1) Nous savons que le dérèglement climatique nous expose à ces calamités. Un agenda 21 a été élaboré et commencé à fonctionner par l’ancienne municipalité. Mis en oeuvre en 2013, voici 2 ans
qu’il est au point mort. Certains projets actuels vont même en sens contraire.
2) Les rus ont débordé violemment. En Conseil de quartier, les habitants de Moulignon et
d’Auxonnettes avaient, à plusieurs reprises, attiré l’attention de la municipalité sur l’absence
d’entretien du ru (envasement, encombrement, ….). Une conseillère municipale a même répondu
« Décidément, vous êtes obsédés par ce ru ». Le parc de la gendarmerie était (est encore) envahi
par les herbes, les troncs d’arbres, les déchets divers ce qui a provoqué les inondations dans la
Résidence du Moulin de la Seine. La mairie n’avait pas agi pour que le ru soit entretenu. Une équipe d’employés municipaux, formés et compétents, avait comme tâche l’entretien de ces rus. Cette équipe a été supprimée.
3) Des travaux importants devaient être entrepris soit par l’Etat soit par les collectivités locales comme un bassin de rétention pour les eaux de ruissellement de l’autoroute A 6 et un bassin naturel
de retenue à Auxonnettes.
4) Le prochain Plan Local d’Urbanisme doit être revu à la lumière de ces événements. La construction
massive de milliers de logements telle que prévue par la municipalité est dangereuse. Le bétonnage
intensif doit être dénoncé. Ainsi, la municipalité prévoit de construire un parking dans le parc de la gendarmerie. Où partiront les eaux de ruissellement déjà trop importantes pour les canalisations existantes?
5) Fortuitement la municipalité s’est aperçu avec plusieurs jours de retard qu’un hameau avait été
inondé :Jonville. Les habitants se sont débrouillés sans aucune aide municipale. L’absence de dialogue
et de concertation avec tous les habitants est ici, mise en lumière. Il faut que la municipalité cesse de mépriser les féréopontains et les élus minoritaires. Il faut rétablir la confiance et renouer avec les espaces de dialogue comme de véritables conseils de quartier, comme l’observatoire du service public et comme des permanences d’élus majoritaires trop souvent invisibles actuellement.

Une crise est l’occasion de faire le point et de se remettre en cause.
Nous avons décidé de continuer à contribuer à la réflexion.

La municipalité nous écoutera-t-elle?

Entendra-t-elle les habitants?

 

A lire aussi :

Rue Grande © RPA

Rue Grande © RPA

 

Moulignon - © RPA

Moulignon – © RPA

Inondations : l’urgence d’un plan d’actions

Face à la situation exceptionnelle connue sur la ville, les Féréopontains attendaient de la part de la municipalité une réaction rapide et des décisions pour éviter que cela recommence.

Devant l’absence de toute proposition et de tout débat sérieux sur ce sujet pourtant prioritaire et majeur, les élus minoritaires ont déposé au dernier conseil municipal du lundi 20 juin un « vœu » afin d’engager un début d’actions dans le cadre d’un plan en 6 points qu’ils ont proposé et présenté publiquement.

 

Vœu présenté par les élus minoritaires

Suite aux inondations qui ont largement impacté la commune notamment Auxonnettes, Jonville et Moulignon, tout en n’épargnant aucun hameau de la ville,

Suite à la conjonction de facteurs qui sont venus se cumuler, amplifiant de ce fait l’exceptionnel phénomène climatique,

Le conseil municipal de Saint-Fargeau-Ponthierry

Exige que l’ETAT remette à l’ordre du jour le bassin de rétention prévu par la Charte de A6 Qualité afin de retenir les eaux de l’autoroute qui se déversent aujourd’hui sur le bassin versant de la rivière Ecole et donc sur la commune.

Exige que l’ETAT fasse de cette réalisation une priorité de ses aménagements et demande qu’il se réalise là où il était envisagé. Cet équipement était prévu en complémentarité immédiate de la réfection du revêtement de l’autoroute attendu depuis 25 ans et réalisée il y a maintenant 2 ans. Cet équipement est apparu au regard des derniers événements climatiques et de leurs conséquences encore plus indispensable pour la sécurité des habitants de notre commune.

Exige que l’ETAT lance au plus vite les études en vue de sa réalisation et ce du fait de l’urgence de la situation.

© PB

© PB

Plan d’actions urgentes pour lutter contre les inondations

6 actions urgentes

 

  • 1° : Exiger de l’Etat la réalisation du bassin de rétention prévu dans le cadre de la Chartre A6 Qualité. L’objectif est de retenir les eaux chargées d’hydrocarbures provenant de l’autoroute A6 sur 11 ha et qui aujourd’hui se déversent dans le ru de Moulignon par le biais du ru d’Auvernaux.
  • 2° : Exiger un travail commun et concerté avec les communes partageant le bassin versant de la rivière Ecole. Organiser la cohésion des mesures entre les communes par le biais des différents syndicats intercommunaux qui ont compétence sur l’eau.
  • 3° : Reprendre les projets d’aménagements complémentaires au bassin de rétention de la ZAC de l’Europe et tels qu’ils étaient prévus. D’une part la mise en place d’un bassin naturel d’absorption et de retenue des eaux sur Auxonnettes et d’autre part la réouverture totale du ru de Moulignon au cœur du hameau et partout où cela est possible.
  • 4° : Organiser de façon prioritaire l’entretien régulier des rus, des rivières et des avaloirs en rétablissant une équipe d’agents communaux spécifiquement dédiée à ces tâches telle qu’elle existait auparavant.
  • 5° : Mettre en place un comité de gestion des rivières sous l’autorité du préfet qui interviendrait sur les espaces publics et sur les espaces privés pour faciliter l’écoulement naturel des eaux.
  • 6° : Entamer un programme d’actions avec les agriculteurs exploitant des terres sur la commune, mais aussi ceux en amont de Moulignon, d’Auxonnettes et de Jonville en vue d’améliorer la perméabilisation des sols, l’entretien des fossés, des mares et des zones humides. Le PNR du Gâtinais en lien avec les chambres d’agriculture et avec l’ONEMA (Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques) pourrait en assurer la coordination.

Les élus minoritaires :

Séverine Félix-Boron, Véronique Giannotti,  Jeannine Jouanin, 

Philippe Boury, Pierre Cerizay, Denis Puglièse, Lionel Walker.