Elections Régionales : s’inscrire sur les listes électorales

Les 6 et 13 décembre prochains auront lieu les Elections Régionales.

Pour pouvoir voter, il faut être inscrit sur les listes électorales.

Vous avez jusqu’au 30 septembre pour le faire.

Pour vous inscrire, vous pouvez soit allez directement en mairie, soit le faire par courrier, soit le faire par internet.

Tous les détails sur l’inscription sur le site du Ministère de l’Intérieur.

Extrait :

Dans quels cas dois-je m’inscrire ou me réinscrire sur les listes électorales ? 

  1. Si vous avez déménagé
    • Dans une autre commune : vous devez effectuer une démarche d’inscription sur les listes électorales de votre nouvelle commune.
    • Au sein de votre commune : vous devez informer la mairie qui vous réinscrira si nécessaire dans un autre bureau de vote.
  2. Si vous allez avoir 18 ans au plus tard la veille des élections régionales.

Vous serez inscrit(e) d’office sur les listes électorales de votre commune, sous réserve toutefois d’avoir été recensé(e) auprès de votre mairie en vue de la journée défense et citoyenneté.

Vous n’avez donc pas de démarches particulières à effectuer auprès de votre mairie.

À défaut ou en cas de changement d’adresse depuis votre recensement, vous devez faire une démarche volontaire d’inscription auprès de votre commune.

Si vous n’avez pas reçu de courrier de votre mairie vous informant de votre inscription d’office et si votre nom ne figure pas sur le tableau des nouvelles inscriptions affichées le 6 octobre 2015 en mairie, vous avez 10 jours pour saisir le tribunal d’instance de votre lieu de domicile et demander votre inscription.

Si vous résidez ailleurs qu’à votre domicile familial (par exemple parce que vous étudiez dans une autre ville), vous pouvez demander à être inscrit(e) sur la liste de la commune de ce lieu de résidence, à condition d’y séjourner de manière continue depuis plus de 6 mois.

 

Pour aller plus loin :

 

Réunion Publique « Où va notre commune ? »

En fin d’année, notre Communauté de Communes Seine-Ecole, (Saint-Fargeau-Ponthierry et Pringy), sera auto-dissoute.

Chaque commune sera absorbée par la Communauté d’Agglomération Melun-Val-de-Seine.

Ce changement influera sur notre quotidien et notre qualité de vie.

Transports, Petite Enfance, Urbanisme, Fiscalité, Sécurités,…

Que va-t-on y gagner ? Que va-t-on y perdre ? Beaucoup de questions restent en suspens.

Pour en débattre, les élus de l’opposition de Saint-Fargeau-Ponthierry et de Pringy
vous invitent à une réunion publique d’information

 Le vendredi 25 septembre 2015, à 20h, salle de l’Odyssée, à Ponthierry, (à coté du Centre de Santé)

Cette réunion est la vôtre. Echangeons, ensemble !

 

Réu Publique 25 septembre - Affiche A4 - SFP + PRINGY

Fermembul : la fin d’un symbole !

Ce samedi 12 septembre, Fermembul a fermé définitivement ses portes.

La fin d’un symbole ! 

© RPA

© RPA

L’objectif du maire de faire disparaitre la ferme pédagogique a été atteint.

Une fois encore, son absence de vision pour la ville tourne au gâchis !

A l’aube de la COP 21, la fermeture d’une association engagée concrètement dans l’éducation à l’environnement, est un non sens.

Merci aux différents acteurs de Fermembul pour son action depuis 27 ans sur la commune, au bénéfice notamment de l’épanouissement des enfants de la commune, de la Seine et Marne et d’ailleurs.

 

 

Fermembul : 27 ans d’histoire !

La ferme pédagogique a vu le jour en 1988.

Installée initialement à côté du centre de loisirs et de l’école St Exupéry, elle fut transférée sur son site actuel en 2002 grâce à une convention de mise à disposition des terrains entre les établissements Truffaut et la Mairie.

Fermembul en chiffres, c’était :

  • La seconde ferme pédagogique du département (en taille)
  • un cheptel de 110 animaux
  • 7 salariés permanents
  • plus de 200 adhérents
  • 23 bénévoles
  • 15 000 entrées par an
  • 750 groupes accueillis (institutions, écoles, accueils de loisirs,…)
  • plus de 100 ateliers auprès des plus jeunes (mercredis à la ferme ou anniversaires)
  • 84 déplacements vers les usagers via l’activité « La Ferme se déplace »
  • 150 kg de miel récoltés

 

© Fermembul

© Fermembul

Fermembul au quotidien, c’était aussi :

  • des enfants des écoles découvrant la nature
  • des enfants handicapés qui progressent grâce au contact régulier avec des animaux
  • l’accueil de stagiaires et de personnes en TIG (Travaux d’Intérêt général)
  • un lieu de promenade pour les familles
  • des animations pendant les vacances, des participations aux marchés de Noël
  • un service à la population : accueil et hébergement d’animaux confiés par les fa milles le temps de leurs vacances
  • un lieu favorisant le lien social à travers la rencontre de publics divers
  • l’image d’une commune dynamique

 

© Fermembul

© Fermembul

Fermembul : Chronique d’une fermeture annoncée !

Premier trimestre 2014 :

Durant la campagne municipale, Jérôme Guyard et ses colistiers remettent en cause sans cesse le bien-fondé de la ferme pédagogique « Fermembul ».

Avril 2014 :

Le nouveau maire baisse la subvention de Fermembul de 40%. Conséquence : licenciement de 3 salariés et « redimensionnement » de la ferme !

Mai 2014 :

Le nouveau maire ne renouvelle pas la convention entre la mairie et Truffaut, convention qui permettait à Fermembul d’occuper un terrain de 4,5 hectares. Ce terrain libéré devrait être aménagé par Truffaut dont le projet ira dans le sens de la volonté municipale d’urbaniser totalement l’entrée de la ville.

Juillet 2014 :

Lors de l’Assemblée Générale de Fermembul, le maire évoque sa soi-disant volonté de trouver un terrain de substitution. Il évoque deux possibilités : l’Espace Naturel Sensible Sachot (site protégé), ou la Base de loisirs Seine-école. Mais il oublie de mentionner deux impératifs : les besoins en surface et en infrastructures.

Le maire s’engage alors, toujours oralement, « à accompagner et soutenir au mieux ce déménagement ».

Dans le journal « Le Parisien », il précise : « On veut redimensionner la ferme près des écoles. En attendant, Fermembul n’est pas à la rue ! »

Juillet 2015 :

Toujours dans « Le Parisien », le maire modifie ses propos : « Je veux préserver une ferme pédagogique dans la ville, avec ou sans l’association Fermembul. ».

Dans le journal « La République de Seine et Marne », il évoque la mise à disposition d’un terrain provisoire suite au « redimensionnement ». Mais ce terrain (derrière Truffaut) ne permet pas d’accueillir le public ni de maintenir les activités. L’accès à cet espace n’est même pas garanti par Truffaut.

A aucun moment, le maire n’a « accompagné » ce transfert (aménagement et construction des locaux).

De qui se moque-t-il ?

© Fermembul

© Fermembul

Malgré tous les efforts de l’équipe de Fermembul et de ses soutiens pour trouver un terrain suffisamment grand et aménagé, afin de préserver ses activités pédagogiques, la ferme pédagogique de Saint-Fargeau-Ponthierry sera à la rue le 13 septembre 2015.

Elle n’aura plus d’existence, et les prés laisseront la place au béton.

L’objectif dissimulé de faire disparaître l’association sera atteint !

1 10 11 12