Lettre ouverte aux élus de Saint-Fargeau-Ponthierry

.

C’est un poème d’Antoine Stamatakis que nous vous proposons cette semaine pour ce nouvel hebdo de RPA. Une ode au patrimoine sacrifié de notre commune.

 

Dans ma moustache blanche, une larme a coulé

Puisque c’en est fini ! Notre vieille Mairie

Symbole de nos villages depuis ces temps passés,

Est ce jour, humiliée, démantelée, meurtrie.

                                                                                                                                                                          

Pourquoi l’avoir tuée, et vouée aux déblais ?

Pour bâtir à sa place et occuper les lieux

Quoique neufs et flambants, quelques immeubles laids,

Comme ceux qui se fanent dans toutes les banlieues ?

 

Je me souviens des larmes qui embuaient jadis

Le regard consterné de nos Thierrypontains,

Devant la mise à mort de ce bel édifice

Qu’était pour notre ville, la maison Madelin.

 

Et la maison Bailly, donnée en héritage,

Qu’un jour notre conseil à l’unanimité

A voté, acceptant que tout son outillage,

Serait mis en valeur ou sinon préservé.

 

Et le stade d’honneur, le parking, le gymnase

Sacrifiés eux aussi, pour que le bâtisseur

Puisse un jour s’en vanter, le montrer, en extase

Devant l’œuvre accomplie, qui lui tenait à cœur ?

 

Dès lors, élus de l’actuelle majorité

Etes-vous satisfaits, heureux de la mutilation,

Du crime de lèse-ville ? Serez-vous bras croisés

Ou protesterez-vous de cette conclusion ?

 

Il était une ville, composée de villages

Qui vit, aujourd’hui, un véritable drame

Ville défigurée, humiliée par l’outrage…

Une ville mutilée qui a perdu son âme.

 

Antoine Stamatakis, 28 novembre 2018.

 

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *