Gestion de l’eau : la municipalité sèche

« Je suis sec sur l’eau ! »

Le premier adjoint au maire, pas plus que le maire, n’ont été capables de répondre aux interrogations des élus de l’opposition sur la gestion de l’eau sur la commune.

Lors d’un précédent conseil municipal, à l’occasion de la présentation du rapport de la délégation de service public de l’eau, des questions précises ont été portées par les élus de l’opposition sur la gestion du service par la SEE.

Prix, impayés, marges de la SEE, accompagnement des abonnés débiteurs, autant de sujets qui, normalement, sont détaillés lors des échanges entre le prestataire et la municipalité.

Sauf que là, la méconnaissance des dossiers par la municipalité s’est encore manifestée. Aucune réponse aux questions. « Je suis sec sur l’eau », a cru devoir ironiser le premier adjoint.

Relancé par courrier, le flou s’est un peu plus installé. Après une première réponse écrite précisant que « les services municipaux allaient apporter une réponse rapide… », un deuxième courrier renvoyait la réponse à la prochaine réunion de la commission consultative des services publics… dans plusieurs mois.

Non seulement le maire et son équipe restent incapables d’apporter des réponses sur des dossiers qu’ils sont censés suivre, mais en plus, ils ne prennent même pas la peine de trouver les renseignements demandés. A moins qu’ils n’osent pas…

Il n’y a donc pas de contrôle sur les délégations de service public.

Pour le coup, la gestion municipale prend l’eau.

Improvisation, précipitation, incompétence…

ou la gestion plus qu’approximative de la commune.

3 commentaires

  • OUI l’eau potable c’est important ! Il y en a dans le monde qui n’en ont pas ou plus, les sources sont taries ou polluées…A St Fargeau-Ponthierry de l’eau il y en a, même trop parfois, à Moulignon ils le savent bien les habitants ! A TILLY il y en a trop aussi lorsqu’il pleut dans la plaine mais quoi faire quand ça déborde mis à part mettre des barrières bloquant la route…Aussi, que vont faire les constructeurs du HARAS à Tilly lorsque les 60 chevaux auront les pieds dans l’eau, que vont ils faire lorsque le RU et les nappes seront pollués par les rejets de ces charmants animaux ? Tous ces sujets seront d’actualité lors de cette conférence sur l’eau…
    Il y a aussi la SEE qui nous distribue l’eau mais à quel PRIX ? Ne peut on pas mieux faire ? Aujourd’hui beaucoup de communes reviennent en arrière sur l’externalisation de cette exploitation qui coûte cher aux consommateurs, faites le calcul du prix de revient du m3 ! Moins on consomme plus il coûte !

  • Et oui encore un problème non resolu

  • Dans la plaine de Tilly il y avait plusieurs mares, des bassins de retention naturels en quelque sorte, l’une vers le mur de la première maison sur la droite quand on vient de St Fargeau, l’autre à l’entrée du chemin qui conduit dans les champs et jusqu’au petits bois des jonquilles ! Elles ont été c omblées par les exploitants agricoles je pense, mais la nature reprend ses droits, c’est bien connu. Je n’zav ais jamais vu laz plaine innond »ée quand ces mars existaient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *