SOS Médecins ! Que fait la commune ?

 

Le déficit de médecins est un problème national. Il touche chaque citoyen et sa famille, confrontés à la maladie, une simple urgence, la surveillance d’un traitement comme au besoin de prévention.

Sur Saint-Fargeau-Ponthierry, l’actuelle juxtaposition des deux structures privée et publique n’apportent pas de solutions nouvelles.

Devant l’impossibilité de trouver un médecin référent, chacun essaie de tenter sa chance en s’éloignant vers Chailly-en-Bière, Perthes, Cesson, Vert-Saint-Denis, Nandy, voire plus loin… jusqu’à la permanence de SOS Médecins à Melun.

La situation est grave. Car à défaut de médecin référent, pas d’accès aux soins, ni à un spécialiste, avec des remboursements limités à 30% du tarif de la Sécurité sociale ! Cette carence creuse encore plus les inégalités en excluant les plus fragiles et les moins mobiles. D’où un sentiment d’abandon et de colère entièrement justifié.

La recherche de solutions efficaces devient URGENTE

Avant 2014, l’ancienne équipe municipale avait innové en développant le seul Centre municipal de santé de Seine-et-Marne (CMS). Elle avait essayé d’anticiper pour répondre aux besoins des habitants avec une médecine générale et spécialisée satisfaisante, complémentaire de l’offre libérale. Deux médecins généralistes et un médecin spécialisé en gériatrie ont été recrutés à cette période. Une permanence généraliste une partie du week-end était même prévue pour 2015.

Au total, le CMS comptait deux généralistes et un dentiste, et treize autres consultations étaient possibles : cardiologue, dermatologue, gynécologue, ophtalmologue, psychiatre, orthoptiste, orthophoniste, psychologue, kinésithérapeute, acupuncteur, gériatre, ostéopathe, podologue.

A ce jour, il n’en reste que six : gynécologue, ophtalmologue, orthoptiste, psychologue, acupuncteur et gériatre.

Aujourd’hui, suite à la décision du conseil municipal de décembre 2017, un nouveau médecin généraliste était très attendu au Centre municipal de santé pour février 2018. Finalement, celui-ci ne viendra pas faute de trouver un accord salarial.

Après 600 000 euros de travaux financés par la commune et décidés par l’actuelle municipalité, une Maison libérale de santé (MLS) a ouvert dans les anciens locaux du CCAS. Trois infirmiers, deux podologues et deux kinésithérapeutes s’y sont installés. Cinq médecins libéraux de la commune ont quitté leur cabinet privé pour rejoindre la MLS. On a simplement financé le regroupement de cabinets privés déjà existants.

Mais, à ce jour, aucun nouveau médecin, ni aucune offre nouvelle de soins n’est à noter.

La Santé est un enjeu public

La MLS ne semble pas suffisamment attractive. Le CMS, avec moins de praticiens, voit son déficit doubler sans aucun service supplémentaire à l’usager.

La santé n’est pas une affaire comptable, c’est un enjeu public pour tous les Féréopontains. 

C’est de la responsabilité de la commune de trouver des solutions efficaces pour répondre aux besoins des habitants. Il ne suffit pas d’offrir simplement le choix entre structures privée et publique, comme l’a déclaré le maire au dernier conseil municipal, mais de les mettre en synergie autour d’un vrai projet de santé territorial intégrant la question des permanences de soins, pour éviter aux habitants un casse-tête pour réussir à se faire soigner.

D’autres communes ont trouvé de vraies solutions.

Pourquoi pas Saint-Fargeau-Ponthierry ?

Quand les Féréopontains parlent…solidarité

A l’écoute des citoyens pendant ces trois années, les élus de l’opposition de la liste « Avec Vous, Réussir l’Avenir », en partenariat avec « RPA », ont pris l’initiative, début janvier, d’une consultation des Féréopontains.

Par courrier, par courriel ou via les réseaux sociaux, chacun a ainsi pu s’exprimer sur ce qu’il vit, sur les services rendus, ou non, à la population, sur la manière dont la municipalité envisage la ville.

Environnement, urbanisme, éducation, culture, économie, démocratie, finances, solidarités, sécurités, sports, transports, services municipaux, tous les sujets ont été abordés par les habitants.

Quand les Féréopontains parlent…solidarités

Il faut plus de médecins. Amélioration des centres de santé pour RDV plus rapides. Attente moins longue

Trop social

Ex : les colis des séniors à Noël. Merci, je n’en suis pas à la mendicité

Inégalités de traitement des seniors sur la commune

Social : bien, car nouveaux appartements sociaux pour nos jeunes

Pas assez de personnels pour prendre les RV (téléphone et physique)

J’ai connu l’époque où des sorties et des voyages étaient organisés par le service CLAIR cela permettait à des personnes âgées et isolées de continuer à sortir et à voyager – même à l’étranger – dans un environnement amical et sécurisé. Le repas annuel, la galette des rois, et un colis de fin d’année qui était un vrai repas complet de fête. Bien sûr, cela représentait un gros budget, mais certaines personnes âges sont seules en permanence. A part le club (mais les activités y sont chères) rien n’est fait.

Non concernée

Il n’y a rien de plus que ce qui existait déjà

Aucune solidarité vis-à-vis de la mairie. On ne peut rien leur demander. On ne vous répond pas.

Pas assez de docteurs. Les aides toujours pour ceux qui ne bossent pas

Manque de spécialiste : otorhino, dermatologue, radiologue au centre de santé

Autosatisfaction de la mairie pour les colis de Noël bien maigres ! Les ainés ne sont pas des mendiants ; ils ne font pas l’aumône !

Ne pas être en difficulté à Ponthierry car rien ou si peu à attendre

Pas de pédiatre

J’ose espérer que notre Centre de Santé actuel (qui fonctionne très bien) ne fera pas l’objet « d’améliorations destructives » !

Créer une maison médicale sans nouveaux médecins, comprends pas. Ce n’est pas cela qui va les attirer

Difficile de trouver un médecin (-> Corbeil)

Je ne sais pas, je ne fais que travailler

Quand va-t-on réserver en priorité les soins du centre de santé aux habitants de la commune !!!

Quand va-t-on réserver en priorité les soins du centre de santé aux habitants de la commune !!!

Social, alors là toujours le même principe, les personnes venues de l’étranger mieux considérées que les natifs Français. Centre de santé toujours parfait. Seniors a passé de 75 ans à 65 ans ?

Peu au courant de ce qui est fait dans ces domaines