Quand les Féréopontains parlent…éducation, jeunesse

A l’écoute des citoyens pendant ces trois années, les élus de l’opposition de la liste « Avec Vous, Réussir l’Avenir », en partenariat avec « RPA », ont pris l’initiative, début janvier, d’une consultation des Féréopontains.

Par courrier, par courriel ou via les réseaux sociaux, chacun a ainsi pu s’exprimer sur ce qu’il vit, sur les services rendus, ou non, à la population, sur la manière dont la municipalité envisage la ville.

Environnement, urbanisme, éducation, culture, économie, démocratie, finances, solidarités, sécurités, sports, transports, services municipaux, tous les sujets ont été abordés par les habitants.

Quand les Féréopontains parlent…éducation, jeunesse

Manque d’animateurs

Trop d élevés dans les classes.

Tarif des bus trop élevés pour le lycée.

On refuse les enfants en cantine s’ils sont allergiques, trop compliqué !

Augmentation des tarifs. Trop chers

Selon les familles que je côtoie Les activités n’en sont pas et sont plutôt de la garderie. Et beaucoup trop chères pour les familles.

NAP pourquoi paye-t-on ? A la cantine 1 steak pour 2

Aucun avis pour ma part étant retraité

Les activités proposées aux NAP ne sont plus très ambitieuses ; les garderies ne proposent aucune activité. Tout cela par manque de personnels et d’ambition éducative de la mairie

Manque d’informations dans ce domaine

Je ne peux juger encore

Préparation des menus de la cantine scolaire à améliorer sensiblement chez nos « petits et moyens ».

Je n’ai plus d’enfants à l’école

L’horaire des NAP fait que peu de parents sont disponibles pour venir chercher leurs enfants avant le début des NAP. De plus, les NAP sont rendus obligatoirement payant !

Système d’inscription compliqué

Pour nous actuellement, cela est très bien

NAP payantes : où est l’égalité devant l’éducation ?

Carte Imagin’R : tout savoir pour se faire rembourser

Grace à la mobilisation des parents de Seine-et-Marne, et à l’action des élus de l’opposition de Saint-Fargeau-Ponthierry, les familles féréopontaines ont vu le prix de la carte Imagin’R de leur enfant fortement baisser.

Le coût initial de la carte pour les familles est de 341,90€.

La subvention départementale a abaissé ce montant à 100 euros.

La ville de Saint-Fargeau-Ponthierry prend en charge 40% de cette somme. Et 50% dès le deuxième enfant.

Les familles féréopontaines paieront donc au final 60€

(50€ dès le deuxième enfant).

 

Ces décisions de subventions sont intervenues très tard. Annoncées au début de l’été, elles ne sont effectives que depuis fin septembre après le vote des délibérations, au département et à Saint-Fargeau-Ponthierry.

Pour chaque carte, les familles doivent donc se faire rembourser de la part départementale, et de la part de la mairie de Saint-Fargeau-Ponthierry.

Pour la part départementale :

Munissez-vous du numéro de carte Imagine R et de votre RIB/IBAN (correspondant au compte avec lequel vous avez réglé votre forfait Imagine R) puis procédez à la demande en ligne. Toutes les familles qui peuvent prétendre à l’aide complémentaire pour la prise en charge de la carte Imagine R recevront un courrier d’information du Département d’ici fin octobre.

Pour en savoir plus : Aide départementale

Pour la part municipale :

Contactez l’accueil de la mairie. Vous communiquez le nom et le prénom de l’enfant et des parents, l’adresse, la date de naissance. Indiquez le numéro de contrat Imagin’R que vous avez souscrit avant l’été. Vous pouvez également transmettre ces informations par mail à dev-eco@saint-fargeau-ponthierry.fr

L’aide forfaitaire sera versée directement à l’Agence Imagin’R qui se chargera de la déduire du prix facturé aux familles par remboursement.

C’est donc à un parcours administratif fort peu aisé auquel les familles doivent se plier.

 

Pourtant, tout cela aurait pu être évité.

 

  • Si le département n’avait pas tergiversé en supprimant la subvention dans un premier temps pour ensuite céder aux demandes légitimes des parents.
  • Si la majorité municipale de Saint-Fargeau-Ponthierry avait pris la décision de subventionner la carte dès que les élus minoritaires leur en ont suggéré l’idée.

Au lieu de cela, le département s’est fait prier.

Au lieu de cela, le maire de Saint-Fargeau-Ponthierry et sa majorité ont tout d’abord ignoré la demande. Puis botté en touche en prétendant que la demande avait été faite à l’Agglomération Melun-Val-de-Seine. Pour au final faire une annonce surprise en début du conseil municipal de juin. L’annonce à visiblement surpris même au sein de la majorité.

La communauté de communes Seine-Ecole subventionnait la carte Imagin’R. Cette compétence aurait du être reprise par la CAMVS si les négociations d’entrée dans l’Agglo avaient été correctement menées. Mais le manque d’anticipation a pour conséquence de mettre en difficultés les familles féréopontaines.

Dommage.

 

Carte Imagni’R : 60€ pour les collégiens féréopontains

60€. C’est ce que paieront les collégiens féréopontains à la rentrée de septembre 2016.

Après l’annonce par le département de Seine-et-Marne d’une carte à 100€, l’incertitude demeurait sur le maintien de la participation de la mairie de Saint-Fargeau-Ponthierry. Les élus minoritaires avaient obtenus de la majorité municipale qu’elle prenne en charge la subvention assumée jusqu’alors par la Communauté de Communes Seine-Ecole (CCSE).

C’est donc avec satisfaction que les familles féréopontaines accueillent cette annonce.

Leur budget sera donc allégé. Il reste encore le cas des lycéens pour lesquels aucune solution n’est aujourd’hui en vue. De 12€ cette année, le coût du transport passera à 341,90€ à la rentrée.

A noter que Pringy adopte la même position. Elle prend elle aussi le relais de la CCSE et subventionnera la carte Imagin’R selon les mêmes critères (40% des 100€ de la carte, participation portée à 50% dès le deuxième enfant).

Pour bénéficier de ces subventions, il vous suffit d’aller faire tamponner la case « tiers payant » de votre formulaire Imagin’R en mairie, si vous ne l’avez pas encore envoyé.

Si vous avez déjà envoyé votre demande, un formulaire sera disponible en septembre afin de vous faire rembourser le trop-payé.

Selon les informations de la FCPE de Seine-et-Marne, « Les remboursements interviendront début 2017, par virement administratif directement sur le compte bancaire indiqué par les familles. »

  • Pour toute information : Imagin’R – 08 11 55 50 70

A lire aussi sur le même sujet:

Carte Imagin’R : 100€ pour tous les collégiens

C’est la bonne nouvelle pour les familles seine-et-marnaises. La FCPE 77 l’a annoncé ce mercredi 29 juin 2016. Le Conseil Départemental de Seine-et-Marne a décidé de modifier sa prise en charge de la carte Imagin’R, répondant à la demande de la fédération de parents.

La carte devrait donc passer à 100€ pour tous les collégiens et les écoliers du département.

Initialement, les conseillers départementaux avaient choisi de baisser la subvention. Les familles devaient donc s’acquitter de 191,40€. Mais devant la mobilisation du monde de l’éducation, parents, enseignants, et de nombreux élus, la majorité départementale a dû céder. On ne peut que se féliciter d’un retour à la raison, même si cela se fait sous la pression.

Sur Saint-Fargeau-Ponthierry, la facture s’était alourdie avec la perte de la subvention de la Communauté de Communes Seine-Ecole. Mais les élus minoritaires avaient obtenu de la mairie qu’elle prenne le relais de la CCSE, soit 40% des 191.40€.

Le maire va-t-il maintenir cette participation, malgré la baisse annoncée par le Département ?

Ce serait alors l’autre bonne nouvelle pour les familles féréopontaines.

Et pour le lycée ?..

Reste encore le cas des lycéens pour lesquels aucune solution n’est aujourd’hui en vue. De 12€ cette année, le coût du transport passera à 341,90€ à la rentrée.

Allez, encore un effort !

 

  • Info pratique : pour les familles ayant déjà régler leur abonnement, un formulaire de demande d’aide devrait être disponible en septembre pour un remboursement de la différence de coût, soit 91,40€, en janvier 2017.

Plus d’informations:

Le département divise par deux la prix de la carte Imagin’R

 

Transports scolaires : la carte Imagin’R subventionnée !

Les élus minoritaires de Saint-Fargeau-Ponthierry ont été écoutés, Les Féréopontains entendus !

 

Les élus minoritaires de Saint-Fargeau-Ponthierry ont obtenu la prise en charge d’une partie du coût de la carte Imagin’R pour les collégiens féréopontains du collège François Villon !

Ce financement était assuré jusqu’à l’année scolaire 2015-2016 par la Communauté de Communes Seine-Ecole (CCSE). Mais depuis la dissolution de l’intercommunalité, cette participation n’était plus assurée.

La CAMVS (Communauté d’Agglomération Melun-val-de-Seine) n’a pas repris cette disposition, les élus féréopontains n’ayant pas négocié cet aspect lors de l’entrée de notre commune dans l’Agglo.

A ce défaut de financement s’ajoute la baisse de subvention du département à ce titre de transport, baisse votée par le conseiller départemental Jérome Guyard.

Des négociations aux forceps !

Il aura fallu plusieurs interventions des élus de l’opposition pour obtenir de la commune qu’elle prenne le relais de la CCSE :

Conseil municipal du 23 mars, Comité Mobilité de l’Agglo du 23 mai, Conseil municipal du 25 mai, et enfin Conseil municipal du 20 juin, pour enfin entendre cette bonne nouvelle, après tant de tentatives du maire de se défausser.

Coût initial de la carte Imagin’R : 341,90€
Prise en charge départementale : 150€
Reste à charge : 191,90€
Participation mairie Saint-Fargeau-Ponthierry : 40%

Coût réel pour les familles : 115,14€

La participation de la mairie passera à 50% dès le deuxième enfant.

 

Les familles utilisant cette carte Imagin’R sont donc soulagées. Leur facture sera allégée et redescendra presque au même niveau que l’an dernier. Cette prise en charge atténue la baisse de subvention du Département (elle n’est plus que de 150€ contre la moitié du coût de la carte auparavant).

Reste un bémol à tout çà.

Selon le maire, cette prise en charge ne concernerait que 150 familles. En fait, ce sera beaucoup plus. En effet, il n’y avait en moyenne, jusqu’à présent que 150 familles féréopontaises à avoir recours à cette carte. Les autres, habitant à plus de 3km du collège, utilisaient la carte Optile.

Mais ils ont eu la désagréable surprise de voir son coût augmenter. Le Conseil Départemental et son représentant Jérome Guyard ont voté la suppression de la subvention départementale.

De 12€ jusqu’alors, la carte Optile passe à 182,30€ pour un trajet domicile collège compris entre 3 et 5km.

Cette modification de prise en charge alourdit donc la facture pour les familles concernées.

Elles devront donc prendre la carte Imagin’R à 115,14€, soit une augmentation de 859%.

 

Reste à espérer que ces familles seront comptabilisées dans les bénéficiaires du coup de pouce municipal !

 

Pour bénéficier de cette prise en charge :

  • Remplissez votre formulaire Imagin’R scolaire (que vous avez reçu si c’est un renouvellement, ou allez vous le procurer au guichet de la gare de Melun).
  • Faites le tamponner par le Collège
  • Allez en mairie pour qu’ils apposent leur cachet « tiers payant »
  • « Quid des familles pringiaciennes ? Le maire de Pringy prendra-t-il lui aussi le relais de la Communauté de Communes ? »

Plus d’informations

 

Tarification des NAP : l’inéquité érigée en principe

Les NAP, Nouvelle Activités Périscolaires,

deviennent payantes

dès la rentrée scolaire 2015 !

C’est l’une des décisions votée par la liste majoritaire du Conseil Municipal de Saint-Fargeau-Ponthierry du 22 juin 2015 :

Ce choix va accentuer les difficultés des familles et rompre un peu plus l’égalité d’accès aux activités et l’équité de traitement de chaque citoyen.

Sur la forme, cette décision arrive

comme le fait du prince.

Depuis la mise en place des nouveaux rythmes scolaire, un Comité de Pilotage (COPIL) permet de discuter des différentes modalités de mise en œuvre de ces nouveaux temps, de proposer des ajustements et de faire le bilan des activités.

Or, ce COPIL n’a jamais discuté de cette création de tarification. A aucun moment cette éventualité n’a été débattue. Récemment encore, en conseil d’école, Mme Nadal, adjointe au maire (déléguée aux affaires scolaires, périscolaires, à la Jeunesse et à la Petite Enfance), a refusé de répondre clairement à la question d’un parent d’élève sur le maintien ou non de la gratuité des NAP.

Doit-on encore rappeler que dans le journal municipal du mois de janvier 2015, Mme Nadal réaffirmait :

« …nous ferons tout pour éviter d’ajouter une pression financière sur les familles… ». Et: « Nous travaillons […] pour apporter de la qualité sans coût supplémentaire… » Ou encore : « … Ne pas faire peser le coût sur les utilisateurs, mais le répartir sur le budget communal ».

Cette décision est d’autant plus inacceptable que les familles sont mises devant le fait accompli. Les dossiers d’inscription, qu’elles ont déjà renvoyés, ne précisaient pas que les NAP devenaient payantes.

Ces NAP sont présentées par la municipalité comme des « activités complémentaires aux apprentissages scolaires ». Nous avions déjà fait part de nos réserves sur le bien-fondé de proposer des activités voulant être le complément de l’enseignement fait en classe. Le premier projet prévoyait en effet que ces activités s’appuient sur les progressions pédagogiques des enseignants.

Le rôle d’une collectivité n’est pas de s’immiscer dans le parcours pédagogique, mais plutôt d’offrir à tous des activités éducatives citoyennes et d’ouverture culturelle.

En instaurant un tarif pour ces NAP, la municipalité rompt complètement avec l’égalité d’accès due à tous les enfants, puisque des familles « choisiront » de priver leurs enfants de ce temps d’activités faute de moyens financiers suffisants.

Sur le fond, la tarification des NAP se rajoute à la hausse des tarifs des autres services périscolaires et extrascolaires.

Pour un enfant, les NAP reviennent à 128€ par an.

Pour une famille avec deux enfants ce coût s’élève à 192€ par an. Et cela quels que soient ses revenus, puisque le quotient familial ne s’applique pas pour les NAP.

Les autres tarifs augmentent eux d’un peu plus de 1% selon les quotients familiaux.

Alors certes, les tarifs de la restauration scolaire baissent de 8,5% à 10,5% : de 13 à 40 centimes par repas selon le quotient familial. (Voir ci-dessous « Restauration scolaire : une baisse des tarifs à minima »)

Mais au final, c’est bien une nouvelle charge que devront supporter les familles.

Prenons un enfant qui mange à la cantine et reste aux NAP, et comparons les tarifs de 2014/2015 à ceux de 2015/2016.

  • Pour le tarif A (plus bas quotient familial), la famille paiera 52 centimes de moins par semaine pour la cantine (soit 16,64€ de moins par an), mais devra débourser 128€ par an pour les NAP. Soit 111,36€ de plus cette année scolaire.
  • Pour le tarif C (quotient familial moyen), la famille paiera 1,40€ de moins par semaine pour la cantine (soit 44,80€ de moins par an), mais devra débourser 128€ par an pour les NAP. Soit 83,20€ de plus que cette année.
  • Pour le tarif E (quotient des familles les plus aisées), c’est 1,60€ de moins par semaine pour la cantine (soit 51,20€ de moins par an), et toujours 128€ par an pour les NAP. Soit 76,80€ de plus que cette année.

 

Quotient familial Cantine NAP Surcoût total
A (faibles revenus) -16,64€ / an +128€ / an +111,36€ / an
C (revenus moyens) -44,80€ / an +128€ / an +83,20€ / an
E (revenus élevés) -51,20€ / an +128€ / an +76,80€ / an

 

Ce sont les familles les plus modestes qui supporteront la charge budgétaire la plus lourde. Ce qui est injuste et inacceptable !

A la rentrée,

beaucoup de familles devront faire des choix.

Si elles inscrivent leurs enfants aux NAP, c’est l’inscription à une association sportive ou culturelle qu’ils risquent de ne pas pouvoir faire. Des associations pourraient donc voir leurs effectifs baisser.

A moins que les familles préfèrent abandonner les NAP, donnant ainsi un prétexte à la municipalité d’arrêter ces activités faute d’inscriptions suffisantes ?

Etant donné que de nombreux intervenants des NAP n’ont pas vu leurs contrats renouvelés, cela laisse supposer que la baisse de la fréquentation a déjà été anticipée.

Les familles paieront donc un lourd tribut en raison de ces choix budgétaires. Pour beaucoup d’entre elles, l’ouverture sportive, éducative et culturelle qui était offerte à tous les enfants (même si tout n’était pas parfait) ne leur sera plus accessible.

La municipalité fait ainsi le choix de rompre non seulement avec l’égalité d’accès aux activités mais aussi de rompre avec l’équité de traitement des familles, et de ne plus investir sur l’avenir de nos enfants.

 


Restauration scolaire :

une baisse des tarifs à minima

Le contrat de l’entreprise Sodexo, qui gère la restauration scolaire, arrive à son terme le 31 août 2015. Les investissements faits par l’entreprise au moment de son implantation sur la ville sont aujourd’hui entièrement payés.

D’où  la baisse de 1,084 € du tarif du repas acté  au Conseil municipal du 11 mai 2015 par un avenant entre  la commune et  Sodexo à compter du 1er septembre 2015 jusqu’au 29 juin 2016.

Or, le tarif voté le 22 juin ne laisse apparaitre qu’une baisse de 13 à 40 centimes par repas selon les familles !