Les cafés du maire, une démocratie de comptoirs

 

Après une amnésie prolongée, le maire a eu une envie subite de proximité en invitant les habitants à venir le rencontrer dans un café le 28 novembre.

Comme l’a écrit avec lucidité La République de Seine-et-Marne du 27 novembre : « L’équipe municipale se lance dans une opération de communication ».

A 8h30 un mardi matin, quels sont les habitants qui peuvent se déplacer ? Trop tôt pour les retraités, impossible pour les actifs et à l’heure où les enfants entrent à l’école…

De qui se moque-t-on !

Vous avez dit concertation ?

AVANT en démocratie, les habitants répondaient à une invitation de leurs élus dans un lieu public :  salle du conseil municipal, écoles ou salles de quartier, rencontre rue par rue ou sur le marché quand les élus tenaient permanence tous les dimanches à l’écoute des habitants.

C’était AVANT.  Car depuis trois ans tout a été progressivement déconstruit, vidé de sens et balayé : concertations, conseils de quartier, débat public, etc… tout ce qui permettait aux habitants d’être informés, consultés et acteurs de leur quotidien. « La démocratie participative ne fait pas partie de mon vocabulaire » se vantait le maire au Conseil municipal de décembre 2015. Promesse tenue !

AUJOURD’HUI l’équipe municipale fait son bilan dans un café. Résultat de l’opération pour l’ensemble de la commune : dix habitants présents. Cela illustre clairement une politique qui va à rebours de ce qu’il convient de faire pour écouter et associer un maximum de citoyens à la réflexion sur les choix municipaux.

Pas plus que l’avenir, la démocratie ne peut se lire dans le marc de café.

© RPA

A votre écoute sur l’explosion immobilière

Explosion immobilière sur la commune

L’association « Rassembler Pour l’Avenir » et les élus de l’opposition vous donnent un nouveau rendez-vous !

Le dimanche 19 novembre 2017

de 10h à 12h

Place Leclerc

  • Plus de 2 000 logements en 6 ans
  • Plus 6 000 habitants en un seul mandat
  • Une ville à plus de 20 000 habitants d’ici 2021

Parlons-en !

 

Ce temps d’échange est ouvert à tous.

© RPA

Des élus en fuite

 

Le dernier Conseil municipal du lundi 6 novembre a failli ne pas se tenir. Le quorum, fixé à 17 élus présents (soit 50% des 33 sièges), a été atteint avec difficulté.

Seuls 18 élus de la majorité avaient fait le déplacement. Heureusement, les élus de l’opposition avaient décidé, pour leur part, de rester, des points majeurs figurant à l’ordre du jour (voir encadré ci-dessous).

A noter que sur les 26 postes dévolus à la majorité, seuls 24 sont encore pourvus, la faute aux neuf démissions successives.

Tant d’absents…

Et pourtant tous les élus majoritaires se sont votés par 3 fois une augmentation de leurs indemnités. Soit au total une hausse de 30% par rapport à leurs prédécesseurs.

Peut-être les nombreux absents attendent-ils une nouvelle augmentation ? Il est vrai qu’ils ont pour modèle l’exemple de cet élu fictif touchant une indemnité depuis presqu’un an, sans que personne ne l’ait jamais vu, ni en mairie ni au conseil municipal ! Même pas le jour de son installation !

On comprend la frustration de celles et ceux qui se dévouent à leurs fonctions. De moins en moins nombreux depuis bientôt quatre ans, beaucoup sont lassés par les mensonges érigés en règles de fonctionnement.

A l’image des mensonges sur l’urbanisme maîtrisé, par exemple…

…A suivre !

Au conseil municipal du 6 novembre, les élus de l’opposition ont notamment dénoncé :

 

  • La publication scandaleuse, dans les documents du conseil municipal, des noms, livrés en pâture publique, des personnes en difficultés pour payer les différents services publics de la commune.
  • Le bradage des bords de Seine aux promoteurs avec des immeubles jusqu’à 9 étages en entrée de ville.
  • Le nouveau PLU avec la même vision catastrophique pour la commune que l’ancien.

Une nouvelle atteinte à la démocratie locale !

Le maire empêche la tenue d’une conférence-débat citoyenne sur l’eau.

RPA a pour projet l’organisation d’une conférence-débat sur le thème de l’eau : enjeux, préservation, interactions avec le climat, droit à l’eau…

Le thème est d’une actualité criante. Il concerne toute la planète. Manque d’eau, répartition très inégale, pollution, gestion catastrophique… Les problèmes d’inondations sont récurrents, dans le monde, comme en France.

Localement, sur Saint-Fargeau-Ponthierry, le phénomène est connu. Il est subi, régulièrement, et encore tout récemment.

Cette conférence-débat est un temps d’informations, d’échanges, un moment citoyen ouvert à tous pour réfléchir ensemble sur les enjeux de société. Une salle a été demandée en juin pour la fin d’année.

Mais le maire nous refuse une salle… quelle qu’elle soit, et quelle que soit la date !

Motif : nous ne serions pas capables de rendre la salle en bon état.

Faux, bien entendu.

RPA a déjà organisé avec succès deux soirées-débat en 2015, à Seine-Ecole, l’une sur le TAFTA et le danger des gaz de schistes, l’autre sur la COP 21 et le climat. Dans le respect des lieux.

Pourquoi alors empêcher ce débat qui intéresse tous les citoyens ? Pour masquer l’inaction de la municipalité depuis les inondations de juin 2016 ?

Le débat citoyen doit déplaire au maire de Saint-Fargeau-Ponthierry. Qu’importe les objectifs de la réunion, l’expression publique des Féréopontains ne doit pas pouvoir exister.

Mais nous ne lâcherons rien.

Malgré cette volonté de blocage, nous comptons bien organiser cette conférence-débat.

Inquiet pour son autorité, alors que sa majorité se délite un peu plus au fil des mois, et que les Féréopontains s’agacent de tournure de ce mandat qui met en péril la commune, le maire se retranche et se rassure sur ses prérogatives.

Le débat démocratique fait les frais de l’incompétence du premier magistrat de la ville.

 

 

 

A votre écoute fait sa rentrée

 

L’association « Rassembler Pour l’Avenir » et les élus de l’opposition reprennent leurs rencontres publiques.

Ils seront place Leclerc, à Saint-Fargeau-Ponthierry

le dimanche 24 septembre 2017, de 10h à 12h.

 

Projets immobiliers qui se multiplient, l’ENS Parc Sachot en sursis, la gestion des inondations au point mort, la conférence-débat sur l’eau interdite, le PLU retoqué,… les sujets de discussion ne manquent pas.

 

Venez vous exprimer sur ce qui fait le quotidien de la commune.

Ce temps d’échange est ouvert à tous.

 

Gestion de l’eau : la municipalité sèche

« Je suis sec sur l’eau ! »

Le premier adjoint au maire, pas plus que le maire, n’ont été capables de répondre aux interrogations des élus de l’opposition sur la gestion de l’eau sur la commune.

Lors d’un précédent conseil municipal, à l’occasion de la présentation du rapport de la délégation de service public de l’eau, des questions précises ont été portées par les élus de l’opposition sur la gestion du service par la SEE.

Prix, impayés, marges de la SEE, accompagnement des abonnés débiteurs, autant de sujets qui, normalement, sont détaillés lors des échanges entre le prestataire et la municipalité.

Sauf que là, la méconnaissance des dossiers par la municipalité s’est encore manifestée. Aucune réponse aux questions. « Je suis sec sur l’eau », a cru devoir ironiser le premier adjoint.

Relancé par courrier, le flou s’est un peu plus installé. Après une première réponse écrite précisant que « les services municipaux allaient apporter une réponse rapide… », un deuxième courrier renvoyait la réponse à la prochaine réunion de la commission consultative des services publics… dans plusieurs mois.

Non seulement le maire et son équipe restent incapables d’apporter des réponses sur des dossiers qu’ils sont censés suivre, mais en plus, ils ne prennent même pas la peine de trouver les renseignements demandés. A moins qu’ils n’osent pas…

Il n’y a donc pas de contrôle sur les délégations de service public.

Pour le coup, la gestion municipale prend l’eau.

Improvisation, précipitation, incompétence…

ou la gestion plus qu’approximative de la commune.

Permanences des élus municipaux AVRA du 9 et 16 septembre 2017

A votre écoute : Exprimez-vous sur l’Agglo

Après les élections nationales… retour à l’action locale.

La Communauté d’Agglomération Melun Val de Seine (CAMVS) consulte actuellement la population, par internet, sur les aménagements de notre territoire et sur les déplacements de ses habitants, http://mvs-avis.fr/blog/ jusqu’au 13 juillet 2017.

Faute d’initiative de la municipalité Saint-Fargeau-Ponthierry, l’association RPA (Rassembler Pour l’Avenir) et les élus d’opposition vous consultent sur ces sujets qui engagent directement l’avenir de votre cadre de vie

Questionnaire A votre écoute : Exprimez-vous sur l’Agglo

(à télécharger)

Urbanisation, Transports, Économie, Environnement : ce questionnaire vous permet de vous exprimer !

Vous pouvez remplir le questionnaire ci-joint et nous le retourner avant le 10 juillet :

  • soit en le scannant et en l’envoyant par mail, rassembler.avenir.stfp@gmail.com
  • soit en l’envoyant par voie postale, Association « Rassembler Pour l’Avenir », 46 avenue du Parc, 77310 St-Fargeau-Ponthierry
  • soit en nous le remettant le samedi 1er juillet, entre 10h30 et 12h, lors de la permanence des élus de l’opposition, à leur local, à côté de la bibliothèque.

1 2 3 6