2016-2018, population et santé malmenées

.

De 2016 à 2018, la municipalité de Saint-Fargeau-Ponthierry a poursuivi sa désinformation. Un nouvel épisode du feuilleton d’été de RPA avec une courte sélection.

 

L’ACCROISSEMENT ANNUEL DE LA POPULATION EST 3 FOIS MOINDRE DEPUIS 2014

(Journal municipal mars-avril 2017)

Pour masquer sa politique d’urbanisme à outrance, la municipalité s’autorise à falsifier les chiffres officiels de l’Insee. Elle affirme notamment qu’en 2016, Saint-Fargeau-Ponthierry comptait 14 122 habitants. Elle se targue d’une augmentation de 49 habitants par an depuis son installation en 2014, contre 142 habitants par an entre 1990 et 2014. Ce dernier chiffre est bon. Mais la municipalité ignore sans doute que l’Insee publie ses chiffres avec 2 ans de retard : la population de 2016 ne sera connue que le 1er janvier 2019 ! Impossible de faire référence à l’Insee pour calculer l’évolution de la population de 2014 à 2016.

Par contre, le maire et son équipe avouent 1 732 logements programmés en 6 ans soit près de 289 logements par an ! A chacun d’en déduire l’augmentation annuelle de la population sur cette période, et de la comparer avec les 142 habitants par an de la municipalité précédente.

 

Interrogé en conseil municipal le 15 mai 2017, le maire répond : « Je ne suis pas au courant ! » Nous sommes donc face à une manipulation grossière destinée à faire oublier l’urbanisation galopante et l’absence d’anticipation en termes d’équipement et de services.

 

LA MAISON LIBERALE DE SANTE EST UNE INITIATIVE DE LA MUNICIPALITE

Quelques médecins de la commune, ainsi que des paramédicaux, se sont regroupés dans ce qui est nommé une « Maison libérale de santé » grâce à un investissement de 600 000€ d’argent public !

Mais cette création dans l’espace public se fait sans aucune contrepartie en termes de services ni de liens véritables avec le centre municipal de santé. Pourtant la municipalité, trop contente de trouver une réalisation à mettre à son actif, se vante publiquement d’être à l’initiative de cet équipement.

 

Rappelons que le projet de santé de l’agglomération melunaise (CAMVS), voté en début d’année 2017, annonce la mise en place de la future maison libérale à Saint-Fargeau-Ponthierry en précisant bien que cette initiative est celle… d’un médecin de la commune ! Ce projet a été adopté par les élus de l’Agglo, dont l’adjointe à la santé de Saint-Fargea-Pontherry. Mais la municipalité n’en est plus à une contradiction près !

Détail, et non des moindres, le projet de la CAMVS ne mentionne pas le centre de santé féréopontain, le seul du département.

Il est donc compréhensible qu’il n’y ait pas d’approche d’un service public de santé dans cette maison libérale, comme par exemple la mise en place d’une permanence de soins pourtant tant attendue sur la ville.

Doit-on donc fin se préparer à ce que la municipalité réponde à l’avenir favorablement à toutes les demandes de praticien de la commune qui exigerait la même chose ?

Sixième épisode le 24 août :

Spécial fiction 2019-2020

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *